• Rav Uriel Aviges

La techouva - un combat moral

Updated: Oct 16, 2018


1- Introduction

Le talmud (traité avodah zarah 4b) explique qu’il y a deux passages de référence pour comprendre l’essence de la techouvah. Un passage explique la techouvah d’un individu, alors que l’autre parle de la techouvah collective.

« Rabi yohanan dit au nom de Rabi chimon bar yohay : « il est certain que les juifs n’étaient pas aptes à faire la faute du veau d’or, il est également certain que David n’était pas apte à fauter avec Bethsabée. Alors pourquoi ces passages de la bible existent-ils ?pourquoi ces évènements sont-ils advenus ? C’est pour nous enseigner ce qu’est la techouvah. Les deux passages sont nécessaires puisqu’un passage nous apprend ce qu’est la techouvah collective alors que l’autre passage nous enseigne ce qu’est la techouvah d’un individu »


Dans ce texte je vais essayer de comprendre ce qu’est la techouvah individuelle, c’est pour cette raison que je vais essayer d’analyser sous cet angle, l’histoire de David et Bethsabée, pour comprendre en quoi cette histoire nous apprend plus que tous les autres textes bibliques ce qu’est la techouvah d’un individu.

Analyse du discours que le prophète Nathan fait à David

Lorsque David faute avec Bethsabée, c’est le prophète Nathan qui est envoyé par D pour lui faire une réprimande, c’est aussi grâce au prophète Nathan que David fait techouvah

Dans la bible le discours du prophète Nathan est rapporté comme suit.

« Envoyé́ par le Seigneur vers David, Nathan alla le trouver et lui dit: "Deux hommes habitaient une même ville, l'un riche, l'autre pauvre. 2 Le riche possédait menu et gros bétail en très grande quantité́. 3 Mais le pauvre ne possédait rien qu'une petite brebis, qu'il avait achetée. Il la nourrissait, et elle grandissait auprès de lui et de ses enfants, mangeant de son pain, buvant dans sa coupe, reposant sur son sein, traitée comme sa fille. 4 Or, l'homme riche reçut la visite d'un voyageur, et, trop ménager de ses propres bêtes pour en offrir une à son hôte, il s'empara de la brebis du pauvre et la servit à l'hôte qui était venu chez lui..." 5 David entra dans une grande colère contre cet homme et dit à̀ Nathan: "Par le Dieu vivant! Il mérite la mort, l'auteur d'une telle action; 6 et la brebis, il doit en payer quatre fois la valeur, parce qu'il a commis cet acte et n'a pas eu de pitié́!" 7 Nathan dit à̀ David: "Cet homme, c'est toi- même! Ainsi a parlé́ l'Eternel, Dieu d'Israël: Je t'ai sacré roi d'Israël, je t'ai préservé́ de la main de Saul; 8 je t'ai donné́ la maison de ton maitre, j'ai mis dans tes bras les femmes de ton maitre, je t'ai établi chef de la maison d'Israël et de Juda; et si c'était trop peu, je t'en aurais encore ajouté tant et plus. 9 Pourquoi donc as-tu méprisé la parole du Seigneur et fait ce qu'il lui déplaît? Tu as fait périr par le glaive Urie le Héthéen et pris sa femme pour épouse; oui, tu l'as tué par l'épée des Ammonites. 10 Eh bien! L'épée ne cessera jamais de menacer ta maison, parce que tu m'as méprisé, parce que tu as pris la femme d'Urie le Héthéen pour en faire ton épouse. 11 Ainsi a parlé́ le Seigneur: Je susciterai le malheur contre toi, de ta propre maison; je prendrai tes femmes, toi vivant, et je les donnerai à l'un des tiens, et il aura commerce avec elles à la face de ce soleil! 12 Si tu as agi, toi, clandestinement, moi j'exécuterai cette menace en présence de tout Israël et à la face du soleil." 13 David dit à̀ Nathan: "J'ai pêché envers le Seigneur..." Et Nathan répondit à David: "Eh bien! Le Seigneur a effacé ta faute: tu ne mourras point. 14 Toutefois, comme tu as, par ce pêché, induit en blasphème les ennemis du Seigneur, l'enfant qui t'est né doit mourir." 15 Nathan regagna sa demeure et Dieu frappa l'enfant que la femme d'Urie avait donné́ à David; il tomba gravement malade. 16 David implora Dieu pour cet enfant, s'imposa un jeune et passa la nuit près de lui, couché par terre. 17 Les plus anciens de sa maison s'empressèrent autour de lui pour l'engager à se relever; mais il refusa et ne gouta aucune nourriture avec eux. 18 Or, le septième jour, l'enfant mourut. »

Un premier point qui mérite d’être analyser dans le discours du prophète, c’est qu’il compare Bethsabée à une brebis semblable à d’autres brebis. Le riche qui prend la brebis du pauvre, y est en réalité, si peu attaché, qu’il la donne à manger a un de ses amis. Il l’offre a quelqu’un et il ne la mange pas lui-même. Si on suit le sens de la parabole, Nathan semble dire que pour David Bethsabée était une femme comme une autre, qui ne valait pas plus ni moins que la multitude de femme qu’il avait dans son harem. On a l’impression que la faute de Bethsabée était uniquement d’ordre sexuelle. C’est comme si David avait cédé aux pulsions de son désir.

Pourtant le talmud et la suite de l’histoire de David montre bien que si David avait une relation avec Bethsabée ce n’était pas par ce qu’elle était belle physiquement. Les femmes du harem de David étaient plus belles. Mais si David a aimé Bethsabée c’est par ce qu’elle était son véritable zivoug, c’était son âme sœur, Bethsabée était la femme qui lui était destinée, et c’est pour cela qu’il l’a aimée.

Comme le dit le rav digatilkah, le véritable zivoug de David c’était Bethsabée, les autres femmes, pour David c’était uniquement sexuel. On le voit bien, puisque par la suite David considère Bethsabée comme sa seule véritable épouse.

Quand Nathan dit à David qu’il aurait pu prendre encore une vingtaine de femmes si il avait voulu, et que donc cela n’avait pas de sens qu’il choisisse une femme mariée, il semble oublier que la faute de David n’était pas d’ordre sexuel.

Comme le dit Le talmud (sanhédrin 107)

« Rabbi Ismaël dit Bethsabée était prédestinée à David depuis les six jours de la création, seulement il l’a mangé alors qu’elle n’était pas encore mure »

Il y a un deuxième point difficile dans le plaidoyer du prophète Nathan. Lorsqu’il dit « Ainsi a parlé́ le Seigneur: Je susciterai le malheur contre toi, de ta propre maison; je prendrai tes femmes, toi vivant, et je les donnerai à l'un des tiens, et il aura commerce avec elles à la face de ce soleil! 12 Si tu as agi, toi, clandestinement, moi j'exécuterai cette menace en présence de tout Israël et à la face du soleil. »

En général, la punition divine est toujours « mesure contre mesure » c’est-à-dire qu’il y a toujours une correspondance entre la faute et la punition. Or, ici, le texte met en opposition la faute et la punition. David a faute en cachette, il aurait été logique qu’il soit puni d’une manière privée en cachette. Or c’est exactement le contraire que dit le prophète. Il lui dit « tu as fauté en cachette et par conséquent tu va être puni publiquement». Cette déclaration de Nathan est complètement contraire au principe selon lequel D punit uniquement mesure contre mesure.

Il y a donc deux problèmes évident dans le discours de Nathan. Premièrement, il compare Bethsabée à une brebis que le riche propriétaire vole au pauvre pour l’offrir à un ami, comme si pour David, Bethsabée était une marchandise échangeable. Alors que le talmud nous explique au contraire que Bethsabée était la véritable âme sœur de David.

Deuxièmes, le prophète dit que puisque David a faute en privé il sera puni publiquement alors que normalement la punition divine est toujours comparable à la faute commise.

2- Analyse de la réaction de David au discours de Nathan

Le texte du livre de Samuel est assez succinct sur la réaction de David, il dit simplement « 13 David dit à̀ Nathan: "J'ai pêché envers le Seigneur..." » Que cachent les points de suspension ? (introduits par la traduction du rabinât)

Dans le psaume 51 la réaction de David est plus explicite. C’est ce texte que nous allons essayer d’analyser.

Psaumes, 51 1 Au chef des chantres. Psaume de David 2 lorsque le prophète Nathan fut venu le trouver, à la suite de ses relations avec Bethsabée. 3 Prends-moi en pitié, ô Dieu, dans la mesure de ta bonté; selon la grandeur de ta clémence, efface mes fautes. 4 Lave-main à grandes eaux de mon iniquité, purifie-moi de mon péché. 5 Car je reconnais mes fautes, et mon péché est sans cesse sous mes regards. 6 Contre toi seul j’ai failli, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux; ainsi tu serais équitable dans ton arrêt, tu aurais le droit pour toi en me condamnant. 7 Mais, en vérité, j’ai été enfanté dans l’iniquité, et c’est dans le péché que ma mère m’a conçu. 8 Or, toi tu exiges la vérité dans le secret des cœurs, dans mon for intime tu m’enseignes la sagesse. 9 Puisses-tu me purifier avec l’hysope, pour que je sois pur! Puisses-tu me laver, pour que je sois plus blanc que neige! 10 Puisses-tu me faire entendre des accents d’allégresse et de joie, afin que ces membres que tu as broyés retrouvent leur joyeux entrain! 11 Détourne ton visage de mes péchés, efface toutes mes iniquités. 12 O Dieu, crée en moi un cœur pur, et fais renaître dans mon sein un esprit droit. 13 Ne me rejette pas de devant ta face, ne me retire pas ta sainte inspiration. 14 Rends-moi la pleine joie de ton secours, et soutiens-moi avec ton esprit magnanime. 15 Je voudrais enseigner tes voies aux pécheurs, afin que les coupables reviennent à toi. 16 Préserve-moi, ô Dieu, Dieu de mon salut, d’un arrêt sanglant: ma langue célébrera ton équité. 17 Seigneur, puisses-tu m’ouvrir les lèvres, pour que ma bouche proclame tes louanges! 18 Car tu ne souhaites pas de sacrifices, je les offrirais volontiers tu ne prends point plaisir aux holocaustes: 19 les sacrifices [agréables] à Dieu, c’est un esprit contrit; un cœur brisé et abattu, ô Dieu, tu ne le dédaignes point. 20 Ah! Dans ta bienveillance, daigne restaurer Sion, rebâtir les murailles de Jérusalem. 21 Alors tu agréeras des sacrifices pieux, holocaustes et victimes parfaites alors on présentera des taureaux sur ton autel.

A propos de ce psaume je voudrais m’arrêter sur deux versets en particulier. Premièrement les versets 7 et 8. « 7 Mais, en vérité, j’ai été enfanté dans l’iniquité, et c’est dans le péché que ma mère m’a conçu. 8 Or, toi tu exiges la vérité dans le secret des cœurs, dans mon for intime tu m’enseignes la sagesse. »

Quel est le sens de ces versets ?

Le midrash explique (yalkout hamakiri 118, rapporté dans une autre version dans le birkei yossef 240,4), que le père de David, Ishai, ne supportait plus sa femme, et qu’il voulait à la place avoir des relations avec son esclave.

Il avait donné rendez-vous à cette esclave pour avoir des relations avec elle. En échange, il avait promis de la libérer puisqu’il est interdit selon la torah pour un homme juif d’avoir des relations avec une esclave non juive.

Mais l’esclave voulant rester fidèle à sa maitresse, décide d’avertir cette dernière. Le soir venu, la femme d’Ishai s’est déguisée et c’est faite passer pour son esclave.

Ishai a eu des rapports avec sa femme en croyant avoir des relations avec l’esclave. Lorsque la mère de David l’a enfanté, David ressemblait à l’esclave, car selon la tradition l’enfant que l’on enfante ressemble au partenaire au quel on a pensé au moment de la conception.

Ishai avait honte de David, puisque la rousseur de ses cheveux lui rappelait sa faute c’est pour cette raison que David était tenu à l’écart de ses frères, il était la honte de son père. C’est ainsi que le midrash interprète le verset 7. (Toutes les références bibliographiques dans la littérature rabbinique sur ce midrash peuvent être trouvées dans le hazon ovadyah, la hagadah de rav ovadyah yossef, dans son commentaire sur le hallel.)

Selon ce midrash, on a l’impression que le roi David s’excuse de sa faiblesse par le fait qu’il a lui-même été conçu dans la faute. Un peu comme pour dire, « ce n’est pas de ma faute si je fais des erreurs, je viens d’une famille ou l’on fait des erreurs de ce type ».

Si c’est cela le sens des paroles de David, on ne comprend pas pourquoi cette réaction doit servir d’exemple à celui qui fait techouvah. En effet de manière générale la techouvah commence par le fait d’assumer sa responsabilité devant la faute.

Pendant les selihot et a Yom kippour on commence le texte du vidouy « la reconnaissance de ses fautes » en disant « ashamnou » ce qui se traduit comme « nous sommes responsables ».

Lorsque David dit « j’ai été conçu dans la faute etc.. » on a l’impression qu’il veut remettre la responsabilité de sa faute sur ses parents, ce qui est le contraire de la techouvah.

Il est évident que le verset 8 est encore plus énigmatique « Or, toi tu exiges la vérité dans le secret des cœurs, dans mon for intime tu m’enseignes la sagesse ». En quoi le fait d’exiger la vérité dans le secret des cœurs serait une contradiction au fait qu’il été enfante dans l’iniquité ?

Un autre passage dans ce psaume pose problème c’est le verset suivant « les sacrifices [agréables] à Dieu, c’est un esprit contrit; un cœur brisé et abattu ». Comment David peut-il penser que D est heureux quand un homme est brise et abattu ? Comment penser cette pensée peut-elle constituer l’essence de la techouvah ?

En bref, la réaction de David au discours de Nathan nous pose deux problèmes. Premièrement, par ce qu’il semble se décharger de sa responsabilité en incriminant ses parents, ce qui n’est pas, a priori, l’essence du mouvement de la techouvah. Et deuxièmement, par ce qu’il semble affirmer que D est joyeux lorsque l’homme est abattu et brisé, ce qui ne semble pas compatible avec une relation d’amour avec D.

3- Analyse des passages du talmud concernant David et Bethsabée

Le talmud (sanhédrin 107) interprète le verset « Contre toi seul j’ai failli, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux; ainsi tu serais équitable dans ton arrêt, tu aurais le droit pour toi en me condamnant ». Comme signifiant que, David a fauté pour donner raison à D.

Le verset semble dire que David a faute par ce qu’il voulait que D soit équitable dans son arrêt, or ceci n’eut été possible que si David fautait. Le talmud dit :

David a dit : «maitre de monde, il est clair à tes yeux, que si j’avais voulu, j’aurais pu dominer mon penchant, mais je ne l’ai pas fait pour que l’on ne puisse pas dire, voilà un esclave qui est plus fort que son maitre »

Pour le talmud David n’aurait pas faute parce qu’il aimait Bethsabée, il aurait faute uniquement par ce qu’il voulait prouver la droiture et la force de la justice divine. Par ce que s’il avait été trop parfait, sa perfection morale aurait été une injure pour D. Comme si D lui-même, ne s’était pas montre à la hauteur de la perfection de David.

Ce sentiment peut se comprendre. Parfois on choisit de fauter pour rationaliser la misère dans laquelle on se trouve. Un homme qui ne réussit pas à faire de l’argent préfère devenir paresseux, pour pouvoir se dire que c’est à cause de sa paresse qu’il ne réussit pas, mieux vaut incriminer un défaut que l’on a créé de toute pièce, plutôt que d’incriminer la providence ou son propre manque d’intelligence.

Mais, même si c’est le cas chez David, il est difficile de comprendre pourquoi le fait de faire cette constatation, soit l’essence de la techouvah. En disant qu’il a faute pour donner raison à D, n’est-il pas plutôt en train de se justifier plutôt que d’accepter la responsabilité de sa faute ?

4- L’homme s’invente des combats moraux pour ne pas assumer sa monstruosité

Pour résoudre les problèmes que nous avons soulevés, on peut partir de la thèse suivante. Lorsque David qu’il a été enfantée dans l’iniquité, il ne cherche pas décharger la responsabilité de sa faute sur ces parents ou son éducation, au contraire il assume complétement la responsabilité de sa faute.

Pourquoi ?

En fait, si on regarde l’histoire de David jusqu’à sa rencontre avec Bethsabée, on se rend compte qu’il est parfait sur toute la ligne. C’est un grand musicien, un grand poète un grand guerrier un grand talmid haham. Il est surtout prodigieux par le contrôle qu’il a de lui-même. Comme le dit le talmud David disait « même si on déchire ma peau je peux me contrôler au point au mon sang ne coulera pas ».

Dans tous les passages de la bible ou David apparait, le texte veut nous montrer la capacité de David à se contrôler. Lorsqu’il est seul avec Saul et qu’il peut le tuer il ne le fait pas. Lorsqu’il engage une bataille contre ses ennemis le prophète lui dit qu’il n’a pas le droit de commencer à se battre tant que le vent n’a pas souffle dans les saules, et il ne se bat pas. L’ennemie arrive à deux mètres, et David reste fidèle à la commande du prophète, et il empêche son armée d’engager le combat jusqu’à ce que le vent souffle dans les saules. David n’est jamais pris de panique de colère ou de dépression, il est toujours parfaitement en contrôle de lui-même.

Apres la rencontre avec Bethsabée on a faire avec un autre David, il tombe dans la dépression, il panique devant les armées de ses ennemis, il est incapable de combattre son affection pour Absalon, ce sont ses généraux qui doivent le sauver en bataille.

Au point qu’ils décident de lui interdire d’assister aux combats. Il fait des erreurs bettes en décidant de compter les juifs, et d’apporter l’arche sainte sur un chariot.

Avant Bethsabée la bible nous montre le portrait d’un David robocop, toujours « on target », après Bethsabée, on nous montre un David faillible, hyper sensible, humain.

A priori, on a l’impression que David a fait le contraire de la techouvah. Avant il était le parfait serviteur de D, alors que par la suite, il a l’air d’être simplement un homme hyper sensible.

Pourtant, comme nous l’avons vu le talmud nous dit que la réaction de David après la faute avec Bethsabée c’est l’exemple même de la techouvah, pourquoi ?

En réalité la perfection de David masquait un nœud qu’il ne voulait pas assumer. David avait été rejeté par sa famille, par presque tout le peuple d’Israël c’était un paria.

David avait fait son chemin en devenant la roi d’Israël par ce qu’il avait montré une perfection et un courage exceptionnel, en se battant contre Goliath, en étant un musicien virtuose, l’homme parfait en tout point.

Lorsqu’il aait été oint pas Samuel comme rois d’Israël, ses frères et son père, l’avait accepté et avait été fière de lui. Mais David n’était dupe de cette reconnaissance tardive.

En fait, la véritable monstruosité de David c’était sa blessure, le reste, les top-modèles le harem et les millions, les poèmes et les médailles, ce n’était qu’une vitrine.

Faire techouvah pour David c’était assumer sa blessure et servir D à travers elle. C’est ce qui explique les versets doloristes des psaumes.

Tous les psaumes doloristes sont postérieurs à l’histoire de Bethsabée. Ce n’est qu’après l’histoire de Bethsabée qu’il dit « D se réjouit de voir un homme abattu et meurtri ». Ce verset ne veut pas dire que D aime la souffrance de l’homme. Il veut dire que D veut que l’homme qui souffre puisse le servir à travers sa douleur.

Et puisque David est un homme qui souffre, c’est pour lui une libération et une véritable techouvah que de pouvoir l’affirmer.

Lorsque le prophète Nathan dit à David qu’il va le punir publiquement bien que David est faute en cachette ce n’est pas par ce que D veut être cruel avec David. C’est par ce que c’est exactement ce que David cherchait à travers la faute. David n’a faute que par ce qu’il voulait faire sauter le masque qui l’enferme dans un rôle ou il ne pouvait pas être lui-même.

Les lecteurs des psaumes sont toujours interpelés par le fait que David fustige ses ennemis et même sa famille et ses frères, mais pour David, il était essentiel de pouvoir louer D même à travers la trahison de ses amis et de son père.

Lorsque Nathan compare Bethsabée a une brebis offerte à un ami, il ne veut pas dire que Bethsabée est un objet échangeable. Le but de Nathan est de placer David devant ses propres contradictions pour lui permettre de comprendre les motivations de son acte. Avant le discours de Nathan, David n’a pas compris lui-même pourquoi il a faute avec Bethsabée.

David devait se dire : « je ne sais pas ce qui m’a pris, c’est accident de parcours mieux vaut ne pas y penser ». Lorsque Nathan vient et il lui montre l’absurdité de son acte, il lui explique que cette action n’était pas un accident de parcours, mais que c’était le symptôme d’un problème plus profond.

Si Bethsabée n’était qu’une brebis pour David, alors toute cette histoire n’a pas de sens. Si David a faute c’est que cette faute révélait un problème beaucoup plus profond et beaucoup plus fondamentale dans la relation que David avait à D.

Nathan veut dire à David qu’il ne faut pas minimiser l’incident, qu’il ne faut pas le cacher, qu’au contraire, le but de David était de mettre au grand jour une blessure qu’il avait tenté de cacher jusqu’à présent.

Par ce que justement Bethsabée n’était pas une brebis, c’était les autres femmes de David qui étaient des brebis interchangeables.

Faire techouvah, c’est comprendre la cause profonde de ses faiblesses et utiliser cette cause pour servir D. d’une manière plus honnête et plus profonde.

Dans le cas de David c’est une blessure qui était occultée, mais parfois le plus souvent c’est un talent et potentiel positif que l’on occulte.

5- Le contre-exemple du roi Saul

Dans la bible la torah nous montre un exemple contraire à celui de David, celui du roi Saul.

Saul est plus beau et plus intelligent que le reste des juifs. Le texte dit à son sujet Il y avait alors un homme de la tribu de Benjamin, nommé Kirch, fils d'Abiel, fils de Ceror, fils de Bekhorat, fils d'Afïah, fils d'un Benjamite; c'était un vaillant homme. 2 Il avait un fils nommé Saül, jeune et beau, que nul enfant d'Israël ne surpassait en beauté, et qui dépassait de l'épaule tout le reste du peuple. » Mais Saul n’arrive pas à assumer sa supériorité, comme David, il nie sa monstruosité. Lorsque il laisse en vie amalek le prophète Samuel commence par lui dire « Samuel dit: "Quoi! Si tu es petit à tes propres yeux, n'es-tu pas le chef des tribus d'Israël? Et le Seigneur ne t'a-t-il pas sacré roi d'Israël? »

Contrairement à David, Saul est considéré comme celui qui ne fait pas techouvah, bien qu’il fût plus parfait moralement que David.

Par ce que faire techouvah c’est assumer sa propre monstruosité qu’elle soit positive ou négative. David a fait techouvah par ce qu’il a assume sa propre monstruosité, en décidant de servir D à travers elle

Conclusion : Faire techouvah c’est comprendre de quoi nos fautes sont le symptôme

Les combats moraux donnent à l’homme l’impression de se connaitre. L’homme aime à penser qu’il est paresseux, et qu’il lutte contre un paraisse naturelle, ou il aime à penser qu’il est timide et qu’il lutte contre sa timidité, qu’il est gourmant ou alcoolique et qu’il lutte contre ses désirs.

Ces combats donnent l’illusion à l’homme de croire qu’il est libre puisqu’il a un choix, qu’il se connait et qu’il pourrait se contrôler.

Phillips Morris et les Marlborough sont deux filiales de la même compagnie, les propriétaires savent qu’il faut garder deux marques pour faire croire au consommateur qu’il fait un choix lorsqu’il achète. La grande compagnie ne font que reproduire des stratégies que l’on utilise inconsciemment nous même pour nous anesthésier.

Si la doxa moderne est si intransigeante sur l’obésité, le tabac l’alcool, la productivité, c’est par ce qu’elle veut enfermer l’individu dans des combats moraux minables, pour l’empêcher de prendre conscience de son génie et de sa monstruosité.

Toutes les fautes que nous faisons contre notre volonté, sont le symptôme d’une monstruosité positive ou négative que l’on ne veut pas assumer.

Si un homme n’arrive pas à se lever au selihot, malgré son désir de le faire. Si une femme n’arrive pas s’empêcher de crier hystériquement sur son mari ou ses enfants ou ses parents, malgré son désir d’arrêter, c’est par ce que le problème est ailleurs.

Lorsque l’on s’enlise dans un combat moral sans jamais progresser, cela montre que l’on affronte un symptôme en ignorant la source du problème. C’est comme si on voulait soigner une tumeur au cerveau avec des antalgiques.

Le combats moraux dans lesquelles on ne progresse pas, ce sont des dilemmes que l’on crée pour se masquer une autre responsabilité beaucoup plus fondamentale, ou pourrait s’exprimer notre véritable liberté.

Faire techouvah c’est comprendre l’essence de cette responsabilite.


Les documents

תלמוד בבלי מסכת עבודה זרה דף ד עמוד ב

 וא"ר יהושע בן לוי: לא עשו ישראל את העגל אלא ליתן פתחון פה לבעלי תשובה, שנאמר: +דברים ה+ מי יתן והיה לבבם זה להם ליראה אותי כל הימים וגו'. והיינו דא"ר יוחנן משום ר"ש בן יוחאי: לא דוד ראוי לאותו מעשה, ולא ישראל ראוין לאותו מעשה; לא דוד ראוי לאותו מעשה, דכתיב: +תהלים קט+ ולבי חלל בקרבי; ולא ישראל ראוין לאותו מעשה, דכתיב: מי יתן והיה לבבם זה להם ליראה אותי כל הימים, אלא למה עשו?  

לומר לך, שאם חטא יחיד - אומרים לו: כלך אצל יחיד, ואם חטאו צבור - אומרים (לו: כלך) +מסורת הש"ס: [להו לכו]+ אצל צבור. וצריכא, דאי אשמועינן יחיד, משום דלא מפרסם חטאיה, אבל צבור דמפרסם חטאיהו אימא לא; ואי אשמועינן צבור, משום דנפישי רחמייהו, אבל יחיד דלא אלימא זכותיה אימא לא, צריכא. והיינו דרבי שמואל בר נחמני א"ר יונתן, מאי דכתיב: +שמואל ב' כג+ נאם דוד בן ישי ונאם הגבר הוקם על? נאם דוד בן ישי שהקים עולה של תשובה.

R. Joshua b. Levi further said: The Israelites made the [golden] calf only in order to place a good argument in the mouth of the penitents,25  as it is said, O that they had such a heart as this alway, to fear Me and keep all My commandments etc.26

This last statement accords with what R. Johanan said in the name of R. Simeon b. Yohai: David was not the kind of man to do that act,27  nor was Israel the kind of people to do that act.28  David was not the kind of man to do that act, as it is written, My heart is slain within me;29  nor were the Israelites the kind of people to commit that act, for it is said, O that they had such a heart as this alway etc. Why, then, did they act thus?

[God predestined it so] in order to teach thee that if an individual hath sinned [and hesitates about the effect of repentance] he could be referred to the individual [David], and if a community commit a sin they should be told: Go to the community.1  And both these instances are necessary; for if [the case of] the individual only were mentioned. [it might have been thought that pardon is granted] because his sin is not generally known, but in the case of a community whose sins are publicly known it might not be so; if, on the other hand, the case of a community only were mentioned, it might have been thought, because they command greater mercy,2  but with an individual, whose merits are not so numerous, it is not so; hence both are necessary.

This accords with the following saying of R. Samuel b. Nahmani, who said in the name of R. Jonathan: What is the meaning of the verse The saying of David the son of Jesse, and the saying of the man raised on high.3  [It means this:] The saying of David the son of Jesse, the man who elevated the yoke of repentance.4

תלמוד בבלי מסכת סנהדרין דף קז עמוד א

מאי דכתיב +תהלים י"א+ למנצח לדוד בה' חסיתי איך תאמרו לנפשי נודי הרכם צפר, אמר דוד לפני הקדוש ברוך הוא: רבונו של עולם, מחול לי על אותו עון, שלא יאמרו: הר שבכם צפור נדדתו. דרש רבא: מאי דכתיב +תהלים נ"א+ לך לבדך חטאתי והרע בעיניך עשיתי למען תצדק בדברך תזכה בשפטך. אמר דוד לפני הקדוש ברוך הוא: גליא וידיעא קמך דאי בעיא למכפייה ליצרי - הוה כייפינא, אלא אמינא, דלא לימרו: עבדא זכי למריה. דרש רבא: מאי דכתיב +תהלים ל"ח+ כי אני לצלע נכון ומכאובי נגדי תמיד - ראויה היתה בת שבע בת אליעם לדוד מששת ימי בראשית, אלא שבאה אליו במכאוב. וכן תנא דבי רבי ישמעאל: ראויה היתה לדוד בת שבע בת אליעם, אלא שאכלה פגה. דרש רבא: מאי דכתיב +תהלים ל"ה+ ובצלעי שמחו ונאספו נאספו עלי נכים [ולא ידעתי] קרעו ולא דמו. אמר דוד לפני הקדוש ברוך הוא: רבונו של עולם, גלוי וידוע לפניך שאם היו קורעין בשרי - לא היה דמי שותת. ולא עוד אלא, בשעה שהם עוסקין בארבע מיתות בית דין - פוסקין ממשנתן ואומרים לי: דוד, הבא על אשת איש מיתתו במה? אמרתי להם: הבא על אשת איש - מיתתו בחנק, ויש לו חלק לעולם הבא. אבל המלבין פני חבירו ברבים - אין לו חלק לעולם הבא.

Raba expounded: What is meant by the verse, To the Chief Musician, A Psalm of David. In the Lord put I my trust: how say ye to my soul, Flee as a bird to your mountain?12  David pleaded before the Holy One, blessed be He: 'Sovereign of the Universe! Forgive me that sin, that men may not say, "Your mountain [sc. the king] has been put to flight by a bird."'13

Raba expounded: What is meant by the verse, Against thee, thee only, have I sinned, and done this evil in thy sight: that thou mightest be justified when thou speakest, and be clear when thou judgest?14  David pleaded before the Holy One, blessed be He: 'Thou knowest full well that had I wished to suppress my lust, I could have done so, but, thought I, let them [the people] not say, "The servant triumphed against his Master."'15

Raba expounded: What is meant by the verse, For I am ready to halt, and my sorrow is continually before me?16  Bath Sheba, the daughter of Eliam, was predestined for David from the six days of Creation, but that she came to him with sorrow.17  And the school of R. Ishmael taught likewise: She was worthy [i.e., predestined] for David from the six days of Creation, but that he enjoyed her before she was ripe.18

Raba expounded: What is meant by the verse, But in mine adversity they rejoiced, and 'gathered themselves together: yea, the abjects gathered themselves together against me, and I knew it not; they did tear me, and ceased not?19  David exclaimed before the Holy One, blessed be He, 'Sovereign of the Universe! Thou knowest full well, that had they torn my flesh, my blood would not have flown.20  Moreover, when they are engaged in studying the four deaths inflicted by Beth din they interrupt their studies and taunt me [saying], "David, what is the death penalty of him who seduces a married woman?" I reply to them, "He who commits adultery with a married woman is executed by strangulation, yet has he a portion in the world to come. But he who publicly puts his neighbour to shame has no portion in the world to come."

ברכי יוסף אורח חיים סימן רמ ס"ק ד

אחרי כתבי זה ימים רבים בא לידי יד כהה קובץ ישן נושן כתיבת יד על קלף ובו פסקי הלכות מרבוואתא קמאי ומצאתי שם שכתב וז"ל, צריך לכל איש להזהיר לאשתו להיות' זריזה ולשמור עצמה מאד, כי הכל מוטל על האשה לשמור ולעשות כפלים יותר מהאיש, כי ארז"ל (ב"ב יז א) ד' מתו בעטיו של נחש בנימין ישי וכלאב, והנה אמר דוד המע"ה (תהלים נא, ז) הן בעון חוללתי, וכו' ודרז"ל כי אשת ישי שמה הצללפונית, וישי היה שונא אותה, והי"ל לישי פלגש, פעם אחת באה אשתו של ישי במקום הפלגש בלא ידיעת ישי ובאותו הלילה נתעברה וילדה ממנו דוד, ודאי דעת הצללפונית היתה על בעלה וכל רעיוניה. ומחשבת ישי לא היתה עליה כלל, כי היה סבור לבא על פלגשו. וכו' וכן ראיה מיעקב אבינו דכתיב ויהי בבקר והנה היא לאה. הרי שכל הלילה היה סבור יעקב להיות עם רחל. וכן ראיה מיהודה ותמר שלא היה יודע מי היא והיא יודעת שחמיה הוא, ויצאו ממנה בנים צדיקים, עכ"לה. ומ"ש דהצללפונית היתה אשת ישי אמו של דוד המע"ה, הנה בש"ס בתרא דף צ"א אמרו דצללפונית אמיה דשמשון, ואמיה דדוד נצבת בת עדאל.

תלמוד בבלי מסכת יומא דף כב עמוד ב

+שמואל א' יג+ בן שנה שאול במלכו. אמר רב הונא: כבן שנה, שלא טעם טעם חטא. מתקיף לה רב נחמן בר יצחק: ואימא כבן שנה שמלוכלך בטיט ובצואה? אחויאו ליה לרב נחמן סיוטא בחלמיה. אמר: נעניתי לכם עצמות שאול בן קיש. הדר חזא סיוטא בחלמיה. אמר: נעניתי לכם עצמות שאול בן קיש מלך ישראל. אמר רב יהודה אמר שמואל: מפני מה לא נמשכה מלכות בית שאול - מפני שלא היה בו שום דופי. דאמר רבי יוחנן משום רבי שמעון בן יהוצדק: אין מעמידין פרנס על הציבור אלא אם כן קופה של שרצים תלויה לו מאחוריו, שאם תזוח דעתו עליו - אומרין לו: חזור לאחוריך. אמר רב יהודה אמר רב: מפני מה נענש שאול - מפני שמחל על כבודו, שנאמר +שמואל א' י+ ובני בליעל אמרו מה ישענו זה ויבזהו ולא הביאו לו מנחה ויהי כמחריש וכתיב +שמואל א' יא+ ויעל נחש העמוני ויחן על יבש גלעד וגו'. ואמר רבי יוחנן משום רבי שמעון בן יהוצדק: כל תלמיד חכם  שאינו נוקם ונוטר כנחש - אינו תלמיד חכם. - והכתיב לא תקם ולא תטר! - ההוא בממון הוא דכתיב.

R. Huna said: How little does he whom the Lord supports need to grieve or trouble himself! Saul sinned once and it brought [calamity] upon him, David sinned twice and it did not bring evil upon him — What was the one sin of Saul? The affair with Agag.19 But there was also the matter with Nob,20 the city of the priests? — [Still] it was because of what happened with Agag that Scripture says: It repenteth Me that I have set up Saul to be king.21 What were the two sins of David? — The sin against Uriah22 and that [of counting the people to which] he was enticed.23 But there was also the matter of Bathsheba?24 — For that he was punished, as it is written, And he shall restore the lamb fourfold:25 the child, Amnon, Tamar and Absalom.26 But for the other sin he was also punished as it is written: So the Lord sent a pestilence upon Israel from the morning even to the time appointed?27 — There his own body was not punished — But in the former case, too, his own body was not punished either?28 Not indeed? He was punished on his own body, for Rab Judah said in the name of Rab: For six months David was smitten with leprosy, the Sanhedrin removed from him, and the Shechinah departed from him, as it is written: Let those that fear Thee return unto me, and they that know Thy testimonies,29 and it is also written: Restore unto me the joy of Thy salvation.30 But Rab said that David also listened to evil talk?31 — We hold like Samuel [who says] that David did not do so. And even according to Rab, who says that David listened to calumny, was he not punished for it? For Rab Judah said in the name of Rab. At the time when David said to Mephibosheth: I say: Thou and Ziba divide the land,32 a heavenly voice came forth to say to him: Rehoboam and Jeroboam will divide the Kingdom. Saul33 was a year old34 when he began to reign. R. Huna said: Like an infant of one year, who had not tasted the taste of sin. R. Nahman b. Isaac demurred to this: Say perhaps: Like an infant of one year old that is filthy with mud and excrement?35 R. Nahman thereupon was shown a frightening vision in his dream, whereupon he said: I beg your pardon,36 bones of Saul, son of Kish. But he saw again a frightening vision in his dream, whereupon he said: I beg your pardon, bones of Saul, son of Kish,37 King in Israel. Rab Judah said in the name of Samuel: Why did the kingdom of Saul not endure? Because no reproach rested on him,38 for R. Johanan had said in the name of R. Simeon b. Jehozadak: One should not appoint any one administrator of a community, unless he carries a basket of reptiles on his back, so that if he became arrogant, one could tell him: Turn around!39 Rab Judah said in the name of Rab: Why was Saul punished? Because he forewent the honour due to himself, as it is said: But certain base fellows said: ‘How shall this man save us?’ And they despised him and brought him no present. But he was as one that held his peace,40 and it is written [immediately following that]: Then Nahash the Ammonite came up and encamped against Jabesh-gilead.41

רמב"ם הלכות תשובה פרק ב

הלכה ד

מדרכי התשובה להיות השב צועק תמיד לפני השם בבכי ובתחנונים ועושה ג צדקה כפי כחו ומתרחק הרבה מן הדבר שחטא בו ומשנה שמו כלומר אני אחר ואיני אותו האיש שעשה אותן המעשים ומשנה מעשיו כולן לטובה ולדרך ישרה וגולה ממקומו, שגלות מכפרת עון מפני שגורמת לו להכנע ולהיות עניו ושפל רוח.

Halacha 4

Among the paths of repentance is for the penitent to

a) constantly call out before God, crying and entreating;

b) to perform charity according to his potential;

c) to separate himself far from the object of his sin;

d) to change his name, as if to say "I am a different person and not the same one who sinned;"

e) to change his behavior in its entirety to the good and the path of righteousness; and f) to travel in exile from his home. Exile atones for sin because it causes a person to be submissive, humble, and meek of spirit.

Samuel 2

Envoyé par le Seigneur vers David, Nathan alla le trouver et lui dit: "Deux hommes habitaient une même ville, l'un riche, l'autre pauvre. 2 Le riche possédait menu et gros bétail en très grande quantité. 3 Mais le pauvre ne possédait rien qu'une petite brebis, qu'il avait achetée. Il la nourrissait, et elle grandissait auprès de lui et de ses enfants, mangeant de son pain, buvant dans sa coupe, reposant sur son sein, traitée comme sa fille. 4 Or, l'homme riche reçut la visite d'un voyageur, et, trop ménager de ses propres bêtes pour en offrir une à son hôte, il s'empara de la brebis du pauvre et la servit à l'hôte qui était venu chez lui..." 5 David entra dans une grande colère contre cet homme et dit à Nathan: "Par le Dieu vivant! Il mérite la mort, l'auteur d'une telle action; 6 et la brebis, il doit en payer quatre fois la valeur, parce qu'il a commis cet acte et n'a pas eu de pitié!" 7 Nathan dit à David: "Cet homme, c'est toi- même! Ainsi a parlé l'Eternel, Dieu d'Israël: Je t'ai sacré roi d'Israël, je t'ai préservé de la main de Saül; 8 je t'ai donné la maison de ton maître, j'ai mis dans tes bras les femmes de ton maître, je t'ai établi chef de la maison d'Israël et de Juda; et si c'était trop peu, je t'en aurais encore ajouté tant et plus. 9 Pourquoi donc as-tu méprisé la parole du Seigneur et fait ce qu'il lui déplaît? Tu as fait périr par le glaive Urie le Héthéen et pris sa femme pour épouse; oui, tu l'as tué par l'épée des Ammonites. 10 Eh bien! L'épée ne cessera jamais de menacer ta maison, parce que tu m'as méprisé, parce que tu as pris la femme d'Urie le Héthéen pour en faire ton épouse. 11 Ainsi a parlé le Seigneur: Je susciterai le malheur contre toi, de ta propre maison; je prendrai tes femmes, toi vivant, et je les donnerai à l'un des tiens, et il aura commerce avec elles à la face de ce soleil! 12 Si tu as agi, toi, clandestinement, moi j'exécuterai cette menace en présence de tout Israël et à la face du soleil." 13 David dit à Nathan: "J'ai péché envers le Seigneur..." Et Nathan répondit à David: "Eh bien! Le Seigneur a effacé ta faute: tu ne mourras point. 14 Toutefois, comme tu as, par ce péché, induit en blasphème les ennemis du Seigneur, l'enfant qui t'est né doit mourir." 15 Nathan regagna sa demeure et Dieu frappa l'enfant que la femme d'Urie avait donné à David; il tomba gravement malade. 16 David implora Dieu pour cet enfant, s'imposa un jeûne et passa la nuit près de lui, couché par terre. 17 Les plus anciens de sa maison s'empressèrent autour de lui pour l'engager à se relever; mais il refusa et ne goûta aucune nourriture avec eux. 18 Or, le septième jour, l'enfant mourut.

Psaumes, 51 (Français) 1 Au chef des chantres. Psaume de David 2 lorsque le prophète Nathan fut venu le trouver, à la suite de ses relations avec Bethsabée. 3 Prends-moi en pitié, ô Dieu, dans la mesure de ta bonté; selon la grandeur de ta clémence, efface mes fautes. 4 Lave-moi à grandes eaux de mon iniquité, purifie-moi de mon péché. 5 Car je reconnais mes fautes, et mon péché est sans cesse sous mes regards. 6 Contre toi seul j’ai failli, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux; ainsi tu serais équitable dans ton arrêt, tu aurais le droit pour toi en me condamnant. 7 Mais, en vérité, j’ai été enfanté dans l’iniquité, et c’est dans le péché que ma mère m’a conçu. 8 Or, toi tu exiges la vérité dans le secret des cœurs, dans mon for intime tu m’enseignes la sagesse. 9 Puisses-tu me purifier avec l’hysope, pour que je sois pur! Puisses-tu me laver, pour que je sois plus blanc que neige! 10 Puisses-tu me faire entendre des accents d’allégresse et de joie, afin que ces membres que tu as broyés retrouvent leur joyeux entrain! 11 Détourne ton visage de mes péchés, efface toutes mes iniquités. 12 O Dieu, crée en moi un cœur pur, et fais renaître dans mon sein un esprit droit. 13 Ne me rejette pas de devant ta face, ne me retire pas ta sainte inspiration. 14 Rends-moi la pleine joie de ton secours, et soutiens-moi avec ton esprit magnanime. 15 Je voudrais enseigner tes voies aux pécheurs, afin que les coupables reviennent à toi. 16 Préserve-moi, ô Dieu, Dieu de mon salut, d’un arrêt sanglant: ma langue célébrera ton équité. 17 Seigneur, puisses-tu m’ouvrir les lèvres, pour que ma bouche proclame tes louanges! 18 Car tu ne souhaites pas de sacrifices, je les offrirais volontiers tu ne prends point plaisir aux holocaustes: 19 les sacrifices [agréables] à Dieu, c’est un esprit contrit; un cœur brisé et abattu, ô Dieu, tu ne le dédaignes point. 20 Ah! dans ta bienveillance, daigne restaurer Sion, rebâtir les murailles de Jérusalem. 21 Alors tu agréeras des sacrifices pieux, holocaustes et victimes parfaites alors on présentera des taureaux sur ton autel.

Samuel 1

Alors Samuel rejoignit Saül, et celui-ci lui dit: "Sois le bienvenu au nom du Seigneur! J'ai exécuté l'ordre de l'Eternel." 14 "Et qu'est-ce, demanda Samuel, que ces bêlements qui frappent mes oreilles, et ces mugissements de bœufs que j'entends?" 15 Saül répondit: "On a amené ces animaux de chez les Amalécites, le peuple ayant épargné les plus gras du menu et du gros bétail, pour les sacrifier à l'Eternel, ton Dieu; mais le reste, nous l'avons détruit. 16 Samuel dit à Saül: "Assez! Je veux t'apprendre ce que, cette nuit, m'a dit le Seigneur." Il lui répondit: "Parle."17 Et Samuel dit: "Quoi! Si tu es petit à tes propres yeux, n'es-tu pas le chef des tribus d'Israël? Et le Seigneur ne t'a-t-il pas sacré roi d'Israël? 18 Le Seigneur t'a chargé d'une expédition il a dit: Va détruire ce peuple coupable, cet Amalec, et fais-lui une guerre d'extermination! 19 Pourquoi donc n'as-tu pas obéi à la voix du Seigneur, et t'es-tu jeté sur le butin, faisant ainsi ce qui déplaît au Seigneur?" 20 Saül répliqua à Samuel: "Mais j'ai obéi à la voix du Seigneur! J'ai accompli la mission qu'il m'avait donnée! J'ai emmené Agag, roi d'Amalec, et Amalec je l'ai exterminé! 21 Et le peuple a choisi, dans les dépouilles, du menu et du gros bétail, le meilleur de l'anathème, pour l'immoler à l'Eternel, ton Dieu, à Ghilgal… 22 Samuel répondit "Des holocaustes, des sacrifices ont-ils autant de prix aux yeux de l'Eternel que l'obéissance à la voix divine? Ah! L'obéissance vaut mieux qu'un sacrifice, et la soumission que la graisse des béliers! 23 Mais la rébellion est coupable comme la magie, et l'insubordination comme le crime d'idolâtrie. Puisque tu as repoussé la parole de l'Eternel, il te repousse de la royauté."24 Saül dit à Samuel: "J'ai péché, car j'ai transgressé la parole de l'Eternel et tes ordres. Je craignais le peuple, et j'ai cédé à sa voix. 25 Et maintenant, sois indulgent pour ma faute reviens avec moi, que je me prosterne devant le Seigneur!" 26 Samuel répondit à Saül: "Je n'irai pas avec toi: tu as dédaigné la parole de l'Eternel, l'Eternel te déclare indigne d'être roi d'Israël."27 Comme Samuel lui tournait le dos pour s'en aller, Saül saisit le pan de sa robe, qui se déchira; 28 et Samuel lui dit: "C'est ainsi que le Seigneur t'arrache aujourd'hui la royauté d'Israël, pour la donner à ton prochain, plus digne que toi! 29 Du reste, le Protecteur d'Israël n'est ni trompeur ni versatile; ce n'est pas un mortel, pour qu'il se rétracte." 30 "Je suis coupable, dit Saül; toutefois, en ce moment, montre-moi quelque égard devant les anciens de mon peuple et devant Israël, en revenant avec moi, pour que je me prosterne devant l'Eternel, ton Dieu. 31 Samuel revint à la suite de Saül, lequel se prosterna devant l'Eternel.32 Et Samuel dit: "Amenez-moi Agag, roi d'Amalec." Agag s'avança vers lui d'un air joyeux, en disant: "En vérité, l'amertume de la mort a disparu." 33 Mais Samuel dit: "Comme ton épée a désolé les mères, qu'ainsi ta mère soit désolée entre les femmes!" Et Samuel fit exécuter Agag devant le Seigneur, à Ghilgal. 34 Samuel s'en alla à Rama, et Saül se retira dans sa maison à Ghibea-de-Saül. 35 Samuel ne revit plus Saül jusqu'au jour de sa mort, à cause de la douleur que lui inspirait Saül, le Seigneur ayant regretté d'avoir fait Saül roi d'Israël.

Samuel 1 9

Il y avait alors un homme de la tribu de Benjamin, nommé Kich, fils d'Abïel, fils de Ceror, fils de Bekhorat, fils d'Afïah, fils d'un Benjamite; c'était un vaillant homme. 2 Il avait un fils nommé Saül, jeune et beau, que nul enfant d'Israël ne surpassait en beauté, et qui dépassait de l'épaule tout le reste du peuple.

22 views

©2018 by Uriel Aviges.