©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Vayishlah 5777



Les documents

Texte 1

Voyant qu'il ne pouvait le vaincre, il lui pressa la cuisse; et la cuisse de Jacob se luxa tandis qu'il luttait avec lui. 27 Il dit: "Laisse moi partir, car l'aube est venue." II répondit: "Je ne te laisserai point, que tu ne m'aies béni." 28 Il lui dit alors: "Quel est ton nom?" II répondit: "Jacob." 29 Il reprit: "Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté contre des puissances célestes et humaines et tu es resté fort." 30 Jacob l'interrogea en disant: "Apprends-moi, je te prie, ton nom." II répondit: "Pourquoi t'enquérir de mon nom?" Et il le bénit alors. 31 Jacob appela ce lieu Penïel "parce que j'ai vu un être divin face à face et que ma vie est restée sauve." 32 Le soleil commençait à l'éclairer lorsqu'il eut quitté Penïél; il boitait alors à cause de sa cuisse. 33 C'est pourquoi les enfants d'Israël ne mangent point aujourd'hui encore le nerf sciatique, qui tient à la cavité de la cuisse; parce que Jacob fut touché à la cavité de la cuisse, sur le nerf sciatique.

rashi

Ya’aqov ne sera plus On ne pourra plus soutenir que c’est par ruse et par éviction (‘iqva – même racine que Ya‘aqov) que tu as obtenu les bénédictions, mais en toute dignité et ouvertement. Le Saint béni soit-Il va se révéler à toi à Beith-El, Il y changera ton nom et te bénira. J’y serai moi-même et j’y consentirai. C’est ce que dira le prophète : « Il a lutté avec un ange et il l’a vaincu. Il a pleuré et l’a supplié » (Hoché‘a 12, 5). Que lui demandait-il ? « A Beith-El il nous trouvera, et là il nous parlera » (ibid.). Autrement dit : « Attends jusqu’à ce qu’Il nous y parle, et c’est alors que je reconnaîtrai ton droit aux bénédictions ! » Mais Ya‘aqov ne l’a pas voulu ainsi, et l’ange a dû, malgré lui, lui confirmer son droit. C’est ce que veut dire le verset suivant : « Il le bénit “là-bas” » – Il l’avait supplié d’attendre, mais Ya‘aqov avait refusé (Beréchith raba 78, 3).

Et avec des hommes ‘Essaw et Lavan.

רד"ק בראשית פרשת וישלח פרק לב פסוק כו

ויגע בכף ירכו - רמז לו שעשו לא יוכל לו אבל הוא יכאב לו מצד אחר, מצד ירכו, רמז לו בזה שיכאיב באחד מיוצאי ירכו, והוא בתו שנבעלה לכנעני, לפיכך נגע בכף, כי כף לשון נקבה. וכל זה הבין יעקב ממעשה המלאך, אך דבר בתו סבר איפשר שתחלה או שתמות

il lui pressa la cuisse; et la cuisse de Jacob se luxa : dans ce combat l’ange explique de manière allusive a jacob, qu’essav ne pourra pas lui faire du mal, mais qu’il aura du mal d’un autre endroit, du cote de sa hanche, c’est-à-dire ses enfants, ceux qui sortent de sa hanche, il parle de sa fille qui va avoir des relations avec un kenaani, c’est pour cela qu’il a frappé la paume de la hanche, car la paume « caf », est la partie féminine de la hanche, et yaakov a compris tout cela lors de l’interaction avec l’ange, cependant il pensait que sa fille allait tomber malade ou mourir has vechalom.

Texte 2

Jacob arriva ensuite à Salem, ville de Sichem, dans le pays de Canaan, à son retour du territoire d’Aram; et il se fixa à l’entrée de cette ville. 19 Il acquit la portion de terrain ou il établit sa tente, de la main des enfants de Hamor, père de Sichem pour cent kesita. 20 Il y érigea un autel qu’il dénomma: "le Seigneur est le Dieu d’Israël."

Rashi

Qu’il appela : « Qél est Eloqim d’Israël » Non pas que l’autel ait été appelé « Eloqim d’Israël », mais étant donné que le Saint béni soit-Il avait été avec lui et l’avait sauvé, il a rappelé, en donnant ce nom à l’autel, le miracle dont il avait bénéficié, de manière que l’on proclame la louange de Dieu chaque fois que l’on prononcera le nom de cet autel. C’est-à-dire : Lui qui est Dieu, Lui le Saint béni soit-Il, Il est Dieu pour moi qui m’appelle Israël. Il en est de même pour Mochè : « Mochè érigea un autel. Et il appela son nom : “Hachem est ma bannière” » (Chemoth 17, 15). Non pas que l’autel ait été appelé : « Hachem », mais c’est pour rappeler le miracle qu’il a donné ce nom à l’autel, afin de proclamer la louange du Saint béni soit-Il : « Hachem, c’est Lui qui est ma bannière ! » Le midrach explique que c’est le Saint béni soit-Il qui a donné à Ya‘aqov le nom de él (« le  D»), [le verset pouvant se traduire par : « le Dieu d’Israël l’appela (Ya‘aqov) él »] (Meguila 18a). Les paroles de la Tora, que l’on peut comparer (Chabath 88b) au « marteau qui brise la roche » (Yirmeya 23, 29), sont susceptibles de maintes interprétations. Quant à moi, je ne suis venu que pour fixer le sens littéral du texte

בראשית רבה (וילנא) פרשת וישלח פרשה עט סימן ח

ח ויצב שם מזבח ויקרא לו אל, אר"ל ויקרא לו אל אלהי ישראל אמר אתה אלוה בעליונים ואני אלוה בתחתונים, ר' הונא בשם ריש לקיש אמר אפילו חזן הכנסת אינו נוטל שררה לעצמו ואתה היית נוטל שררה לעצמך מחר בתך יוצאה ומתענה, הה"ד ותצא דינה בת לאה.

Il y érigea un autel qu’il dénomma : "le Seigneur est le Dieu d’Israël."Rech Lakich a dit « et il l’appela dieu, le D d’israel », il a dit « tu es le dieu dans les mondes supérieurs, mais moi je suis le dieu dans les mondes inferieurs ». Rabi Huna a dit au nom de rech lakish, D aurait répondu, « même le hazan de la shull, ne prend pas le pouvoir de lui-même et toi tu te donnes le pouvoir a toi-même ! demain ta fille, va sortir, et se faire violer », c’est ce que le verset dit et dinah est sortie.

Texte3

  Or, Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour faire connaissance avec les filles du pays. 2 Elle fut remarquée de Sichem, fils de Hamor le Hévéen, gouverneur du pays; il l'enleva et s'approcha d'elle en lui faisant violence. 3 Puis son cœur s'attacha à Dina, fille de Jacob; il aima la jeune fille et il parla à son cœur.

Rashi

La fille de Léa Et non la fille de Ya‘aqov ! Si on l’appelle ici « la fille de Léa », c’est à cause de sa « sortie ». Car Léa aussi avait l’habitude de sortir, ainsi qu’il est écrit (supra 30, 16): «  Jacob revenant des champs, le soir, Léa sortit à sa rencontre et dit: "C'est à mes côtés que tu viendras, car je t'ai loue pour les mandragores de mon fils." Et il reposa près d'elle cette nuit là. 17 Le Seigneur exauça Léa: elle conçut et enfanta à Jacob un cinquième fils  » (Beréchith raba 80, 1). D’où le proverbe : Telle mère, telle fille !

Texte 4

Le Seigneur dit à Jacob: "Va, monte à Béthel et y séjourne; et élèves-y un autel au Dieu qui t’apparut, lorsque tu fuyais devant Ésaü ton frère." 2 Jacob dit à sa famille et à tous ses gens: "Faites disparaître les dieux étrangers qui sont au milieu de vous; purifiez vous et changez de vêtements. 3 Disposons-nous à monter à Béthel; j'y érigerai un autel au Dieu qui m'exauça à l'époque de ma détresse et qui fut avec moi sur la route où je marchais." 4 Ils remirent à Jacob tous les dieux étrangers qui étaient en leur possession et les joyaux qui étaient à leurs oreilles et Jacob les enfouit sous le tilleul qui était près de Sichem. 5 Ils partirent; dominées par une terreur divine, les villes d'alentour ne poursuivirent pas les fils de Jacob. 6 Jacob arriva à Louz, qui est dans le pays de Canaan, la même que Béthel, lui et tous ceux qui l'accompagnaient. 7 Là il dressa un autel et il appela l'endroit Él béth Él; car là les puissances célestes lui étaient apparues, comme il fuyait à cause de son frère. 8 Débora, nourrice de Rébecca, étant morte alors, fut enterrée au dessous de Béthel, au pied d'un chêne qui fut appelé le Chêne des Pleurs. 9 Dieu apparut de nouveau à Jacob, à son retour du territoire d'Aram et il le bénit. 10 Dieu lui dit: "Tu te nommes Jacob; mais ton nom, désormais, ne sera plus Jacob, ton nom sera Israël"; il lui donna ainsi le nom d'Israël" 11 Et Dieu lui dit: "Je suis le Dieu tout puissant: tu vas croître et multiplier! Un peuple, un essaim de peuples naîtra de toi et des rois sortiront de tes entrailles. 12 Et le pays que j'ai accordé à Abraham et à Isaac, je te l'accorde et à ta postérité après toi je donnerai ce pays." 13 Le Seigneur disparut d'auprès de lui, dans le lieu où il lui avait parlé. 14 Jacob érigea un monument dans l'endroit où il lui avait parlé, un monument de pierre; il fit couler dessus une libation et y répandit de l'huile. 15 Et Jacob nomma cet endroit, où le Seigneur s'était entretenu avec lui, Béthel.

Rashi

Lève-toi, monte C’est parce que tu as retardé [l’offrande du sacrifice que tu avais formé le vœu de me consacrer à Beith-El] que tu as été puni par ce qui est arrivé à ta fille (Midrach tan‘houma).

Devora mourut Qu’était venue faire Devora chez Ya‘aqov ? L’explication est la suivante : Rivqa avait dit à Ya‘aqov : « j’enverrai te prendre de là-bas » (supra 27, 45). Elle a envoyé Devora auprès de lui à Padan Aram pour qu’il quitte cet endroit, mais elle est morte en cours de route. Je dois cette explication à rabi Mochè Hadarchan.

Au-dessous de Beith-El La ville était sur la montagne, et elle a été enterrée au pied de la montagne.

Au-dessous du chêne (haalon) Traduction du Targoum Onqelos : « au bas de la plaine ». La plaine se trouvait en hauteur, au-dessus de la déclivité de la montagne, et la tombe en bas. Et l’on appelait alon la plaine de Beith-El. La hagada indique que Ya‘aqov a reçu à cet endroit la nouvelle d’un autre deuil, celui de sa mère (Beréchith raba 81, 5), le mot grec allon signifiant « un deuil ». Si le texte a dissimulé la date de sa mort, c’est pour qu’on n’en vienne pas à maudire « le ventre qui a donné le jour » à ‘Essaw. Voilà pourquoi il n’en est pas fait mention (Midrach tan‘houma Ki tétsé 4).

מדרש תנחומא (בובר) פרשת תולדות סימן ט

[ט] ד"א ויאמר אליו בני ויאמר אליו הנני. ושלמה צווח כסף סגים מצופה על חרס שפתים דולקים ולב רע (משלי כו כג), למה עשו היה דומה למולייר שמבחוץ הוא של זהב, ומרגליות קבועות בו, אלא מבפנים הוא של חרס [כך היה עשו אומר לאביו הנני, ובלבו היה אומר מתי ימות], שנאמר ויאמר עשו בלבו יקרבו ימי אבל אבי ואהרגה את יעקב אחי (בראשית כז מא), הרי כסף סגים מצופה על חרס וגו', וכן אתה מוצא שזרעו של [עשו] המן אומר בלבו, ויאמר המן בלבו (אסתר ו ו),

Une autre explication et il lui a dit « mon fils », et il a repondu « me voici ». et salomon crie « De l'alliage d'argent recouvrant un vase d'argile, telles sont des lèvres brûlantes d'amitié et un cœur méchant » a quoi essav ressemblait il ? a un vase qui est recouvert d’or, incruste de pierre precieuse, mais a l’interieur il est de l’argile, ainsi essav disait a son père « me voici » alors que dans son cœur, il se disait « mais quand va-t-il mourir » comme le dit le verset « Et Ésaü se dit en lui même: "Le temps du deuil de mon père approche; je ferai périr Jacob mon frère. »voila donc de « De l'alliage d'argent recouvrant un vase d'argile, » et ainsi on retrouve toujours que la descendance d’essav dit en son cœur comme on le voit au sujet d’haman « et haman dit dans son cœur »

ויקרא רבה (וילנא) פרשת שמיני פרשה יג

ואת השפן זו מדי כי מעלה גרה שגררה מלכות אחריה ואת החזיר זו אדום והוא גרה לא יגר שאינה גוררת מלכות אחריה ולמה נקרא שמה חזיר שמחזרת עטרה לבעליה הדא הוא דכתיב (עובדיה א) ועלו מושיעים בהר ציון לשפוט את הר עשו והיתה לה' המלוכה.

Et le lapin ce sont les medes qui ont entraine un autre royaume apres eux, et le cochon c’est edom, car il ne remine pas il n’entrainera pas une autre civilisation apres lui, et pourquoi est il appele hazir cochon, par ce qu’il rapporte la courone a son proprietaire initial, comme le dit le verset « Et des libérateurs monteront sur la montagne de Sion, pour se faire les justiciers du mont d'Esaü; et la royauté appartiendra à l'Eternel »