©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Vayetse 5777



Les documents

Jacob sortit de Beer Shava et se dirigea vers Haran. 11 Il heurta  dans un endroit où il établit son gîte, parce que le soleil était couché. II prit une des pierres de l'endroit, en fit son chevet et passa la nuit dans ce lieu. 12 Il eut un songe que voici: Une échelle était dressée sur la terre, son sommet atteignait le ciel et des messagers divins montaient et descendaient le long de cette échelle. 13 Puis, l'Éternel apparaissait au sommet et disait: "Je suis l'Éternel, le Dieu d'Abraham ton père et d'Isaac; cette terre sur laquelle tu reposes, je te la donne à toi et à ta postérité. 14 Elle sera, ta postérité, comme la poussière de la terre; et tu déborderas au couchant et au levant, au nord et au midi; et toutes les familles de la terre seront heureuses par toi et par ta postérité. 15 Oui, je suis avec toi; je veillerai sur chacun de tes pas et je te ramènerai dans cette contrée, car je ne veux point t'abandonner avant d'avoir accompli ce que je t'ai promis." 16 Jacob, s'étant réveillé, s'écria "Assurément, l'Éternel est présent en ce lieu et moi je l'ignorais." 17 Et, saisi de crainte, il ajouta: "Que ce lieu est redoutable! ceci n'est autre que la maison du Seigneur et c'est ici la porte du ciel." 18 Jacob se leva de grand matin; il prit la pierre qu'il avait mise sous sa tête, l'érigea en monument et répandit de l'huile à son faite. 19 Il appela cet endroit Béthel; mais Louz était d'abord le nom de la ville. 20 Jacob prononça un vœu en ces termes: "Si le Seigneur est avec moi, s'il me protège dans la voie où je marche, s'il me donne du pain à manger et des vêtements pour me couvrir; 21 si je retourne en paix à la maison paternelle, alors le Seigneur aura été un Dieu pour moi 22 et cette pierre que je viens d'ériger en monument deviendra la maison du Seigneur et tous les biens que tu m'accorderas

Rashi

Il atteignit l’endroit Le texte ne spécifie pas le nom de l’endroit. Il s’agit d’un « endroit » mentionné ailleurs, à savoir le Mont Moria (‘Houlin 91b), ainsi qu’il est écrit : « il vit “l’endroit” de loin » (supra 22, 4).

Il atteignit (wayifga’) Comme dans : « il atteignit (oufaga’) Jéricho » (Yehochou‘a 16, 7), « il atteignit (oufaga’) Dabècheth » (Yehochou‘a 19, 11). Nos rabbins ont expliqué ce mot comme impliquant l’idée de prière (Berakhoth 26b, Beréchith raba 68, 9), comme dans : « Ne cherche pas à me fléchir (al tifga’ bi) » (Yirmeya 7, 16). Cela nous enseigne que Ya‘aqov a institué la prière du soir (‘arvith). Le texte a cependant modifié le vocabulaire et n’a pas écrit « il pria », afin de t’apprendre que les distances ont été « supprimées » pour lui, comme expliqué dans la guemara (‘Houlin 91a).

Car le soleil s’était couché Le texte aurait dû porter : « le soleil s’est couché et il y passa la nuit ». L’expression « car le soleil s’était couché » signifie que le soleil s’est couché prématurément, et non à son heure, afin qu’il soit obligé d’y passer la nuit (Beréchith raba 68, 10).

Les mit sous sa tête Il en a formé comme une murette de l’apparence d’une gouttière autour de sa tête, car il avait peur des bêtes féroces. Les pierres ont commencé de se disputer, l’une exigeant : « C’est sur moi que ce juste posera sa tête ! », et l’autre protestant : « Non ! c’est sur moi qu’il la posera ! » (Beréchith raba 68, 11). Aussitôt, le Saint béni soit-Il les a fondues en une seule pierre (‘Houlin 91b), ainsi qu’il est écrit : « il prit “la pierre” [au singulier] qu’il avait mise sous sa tête » (verset 18).

Il se coucha en cet endroit-là L’expression implique une restriction : Il s’est couché en cet endroit-là, mais durant les quatorze ans qu’il avait passés à étudier dans la maison de ‘Evèr, il ne s’était pas couché la nuit, car il y étudiait la Tora sans interruption. Y montaient et descendaient Ils montaient d’abord, puis ils descendaient (Beréchith raba 68, 12). Les anges qui l’avaient accompagné à l’intérieur d’Erets Israël ne devaient pas sortir du pays : ils sont donc remontés au ciel. Et ceux attachés aux autres pays sont descendus pour l’accompagner.

Et moi je ne le savais pas Car si je l’avais su, je n’aurais pas dormi dans un lieu aussi saint.

L'ailleurs est un miroir en négatif. Le voyageur y reconnaît le peu qui lui appartient, et découvre tout ce qu'il n'a pas eu, et n'aura pas.

Italo calvino, les villes invisibles.

Hulin 91a

R. Akiba said: I once asked R. Gamaliel and R. Joshua in the meatmarket of Emmaus where they had gone to buy a beast for the wedding feast of R. Gamaliel's son: It is written: And the sun rose upon him. Did the sun rise upon him only? Did it not rise upon the whole world? R. Isaac said: It means that the sun which had set for his sake now rose for him. For it is written: And Jacob went out from Beer-Sheba, and went toward Haran.5 And it is further written: And he lighted upon the place.6 When he reached Haran he said [to himself], ‘Shall I have passed through the place where my fathers prayed and not have prayed too?’ He immediately resolved to return, but no sooner had he thought of this than the earth contracted and he immediately lighted upon the place. After he prayed he wished to return [to where he was], but the Holy One, blessed be He said: ‘This righteous man has come to my habitation; shall he depart without a night's rest?’ Thereupon the sun set.

0 A Tanna taught: They ascended to look at the image above ( Around the Throne of Glory was the likeness of four living creatures, one being the likeness of a man, and according to Rabbinic tradition the likeness of man was the image of Jacob) and descended to look at the image below. They wished to hurt him, when Behold, the Lord stood beside him. ( R. Simeon b. Lakish said: Were it not expressly stated in the Scripture, we would not dare to say it. [God is made to appear] like a man who is fanning his son. (To protect him from the heat of the sun; so God stood over Jacob to protect him from the envy of the angels.)

    The land whereon thou liest, [to thee will I give it, and to thy seed].12 What is the greatness of this?14 — Said R. Isaac: This teaches us that the Holy One, blessed be He, rolled up the whole of the land of Israel and put it under our father Jacob, [to indicate to him] that it would be very easily conquered by his descendants.15

Chabat 88b

R. Joshua b. Levi also said: When Moses ascended on high, the ministering angels spake before the Holy One, blessed be He, 'Sovereign of the Universe! What business has one born of woman amongst us?' 'He has come to receive the Torah,' answered He to them. Said they to Him, 'That secret treasure, which has been hidden by Thee for nine hundred and seventy-four generations before the world was created.30  Thou desirest to give to flesh and blood! What is man, that thou art mindful of him, And the son of man, that thou visitest him? O Lord our God, How excellent is thy name in all the earth! Who hast set thy glory [the Torah] upon the Heavens!'31  'Return them an answer,' bade the Holy One, blessed be He, to Moses. 'Sovereign of the Universe' replied he, 'I fear lest they consume me with the [fiery] breath of their mouths.' 'Hold on to the Throne of Glory,' said He to him, 'and return them an answer,' as it is said, He maketh him to hold on to the face of his throne, And spreadeth [PaRSHeZ] his cloud over him,32  whereon R. Nahman33  observed: This teaches that the Almighty [SHaddai] spread [Pirash] the lustre [Ziw] of His Shechinah34  and cast it as a protection35  over him. He [then] spake before Him: Sovereign of the Universe! The Torah which Thou givest me, what is written therein? I am the Lord thy God, which brought thee out of the Land of Egypt.36  Said he to them [the angels], 'Did ye go down to Egypt; were ye enslaved to Pharaoh: why then should the Torah be yours? Again, What is written therein? Thou shalt have none other gods:37  do ye dwell among peoples that engage in idol worship? Again what is written therein? Remember the Sabbath day, to keep it holy:1  do ye then perform work, that ye need to rest? Again what is written therein? Thou shalt not take [tissa] [the name … in vain]:2  is there any business [massa] dealings among you?3  Again what is written therein, Honour thy father and thy mother;4  have ye fathers and mothers? Again what is written therein? Thou shall not murder. Thou shalt not commit adultery. Thou Shall not steal;5  is there jealousy among you; is the Evil Tempter among you? Straightway they conceded [right] to the Holy One, blessed be He, for it is said, O Lord, our Lord, How excellent is thy name, etc.6  whereas 'Who has set thy glory upon the heavens' is not written.7  Immediately each one was moved to love him [Moses] and transmitted something to him, for it is said, Thou hast ascended on high, thou hast taken spoils [the Torah]; Thou hast received gifts on account of man:8  as a recompense for their calling thee man [adam]9  thou didst receive gifts. The Angel of Death too confided his secret to him, for it is said, and he put on the incense, and made atonement for the people;10  and it is said, and he stood between the dead and the living, etc.11  Had he not told it to him, whence had he known it?

R. Joshua b. Levi also said: When Moses descended from before the Holy One, blessed be He, Satan came and asked Him, 'Sovereign of the Universe! Where is the Torah? 'I have given it to the earth.' answered He to him. He went to the earth and said to her, 'Where is the Torah?' 'God understandeth the way thereof, etc.'12  she replied. He went to the sea and it told him, 'It is not with me.' He went to the deep and it said to him, 'It is not in me,' for it is said. The deep saith, It is not in me: And the sea saith, It is not with me. Destruction and Death say, We have heard a rumour thereof with our ears.13  He went back and declared before Him, 'Sovereign of the Universe! I have searched throughout all the earth but have not found it!' 'Go thee to the son of Amram. answered He. [So] he went to Moses and asked him, 'Where is the Torah which the Holy One, blessed be He, gave unto thee?' 'Who am I then,' he retorted, 'that the Holy One, blessed be He, should give me the Torah?' Said the Holy One, blessed be He, to Moses, 'Moses, art thou a liar!' 'Sovereign of the Universe!' he replied, 'Thou hast a stored-up treasure in which Thou takest delight every day: shall I keep the benefit for myself?'14  'Said the Holy One, blessed be He, to Moses, 'Moses, since thou hast [humbly] disparaged thyself, it shall be called by thy name, as it is said, Remember ye the law of Moses my servant.15

Il faut savoir que, malgré tout ce que nous avons dit de la ressemblance qui existe entre l'ensemble de l'univers et l'individu humain, ce n'est pourtant pas à cause de tout cela qu'on a dit de l'homme qu'il est un petit monde (microcosme) car toute cette comparaison peut se poursuivre à l'égard de tout individu d'entre les animaux d'un organisme complet, et cependant tu n'as jamais entendu qu'aucundes anciens ait dit que l'àne ou le cheval fût un petit monde. Si cela a été dit de l'homme, c'est uniquement à cause de ce qui le distingue particulièrement et c'est la faculté rationnelle, je veux dire cette intelligence qui est l'intellect hylique (3), chose qui ne se trouve dans aucune autre espèce des animaux. En voici l'explication Tout individu d'entre les animaux n'a besoin ni de pensée, ni de réflexion, ni de régime, pour pro- longer son existence; mais il va et vient selon sa nature, mange ce qu'il trouve de convenable pour lui, s'abrite dans le premier lieu venu, et saillit la première femelle qu'il rencontre quand il est en chaleur, si toutefois il a une époque de chaleur. Par là l'individu dure le temps qu'il peut durer et l'existencede son espèce se perpétue; il n'a nullement besoin d'un autre individu de son espèce pour le secourir et l'aider à se conserver, de manièreque ce dernier fasse pour lui des choses qu'il ne puisse faire lui-même. Mais il en est autrement de l'homme; car, si l'on supposait un individu humain (*) existant seul, privé de tout régime et devenu semblable aux animaux, (un tel individu) périrait sur-le-champ et ne pourrait pas même subsister un seul jour, à moins que ce ne fut par accident, je veux dire, qu'il ne trouvàt par hasard quelque chose pour se nourrir. En effet, les aliments par lesquels l'homme subsiste ont besoin d'art et de longs apprêts qu'on ne peut accomplir qu'à force de penser et de réfléchir, à l'aide de beaucoup d'instruments et avec le concours d'un grand nombre de personnes dont chacune se charge d'une fonction particulière. C'est pourquoi il faut (aux hommes) quelqu'un pour les guider et les réunir, afin que leur société s'organise et se perpétue, et qu'ils puissent se prêter un secours mutuel. De même, pour se préserver de la chaleur à l'époque des chaleurs et du froid dans la saison froide et se garantir contre les pluies, les neiges et les vents, l'homme est obligé de faire beaucoup de préparatifs qui tous ne peuvent s'accomplir qu'au moyen de la pensée et de la réflexion. C'est donc à cause de cela qu'il a été doué de cette faculté rationnelle par laquelle il pense, réfléchit, agit, et, à l'aide d'arts divers, se prépare ses aliments et de quoi s'abriter et se vétir; et c'est par elle aussi qu'il gouverne tous les membres de son corps, afin que le membre dominant fasse ce qu'il doit faire, et que celui qui est dominé soit gouverné comme il doit l'étre. C'est pourquoi, si tu supposais un individu humain privé de cette faculté et abandonné à la seule nature animale, il serait perdu et périrait à l'instant même. Cette faculté est très noble, plus noble qu'aucune des facultés de l'animal; elle est aussi très occulte, et sa véritable nature ne saurait être de prime abord comprise par le simple sens commun, comme le sont les autres facultés naturelles. De même, il y a dans l'univers quelque chose qui en gouverne l'ensemble et qui en met en mouvement le membre dominant et principal, auquel il communique la faculté motrice de manière à gouverner par là les autres membres W; et, ,s'il était à supposer que la chose en question pût disparaître, cette sphère (de l'univers) tout entière, tant la partie dominante que la partie dominée, cesserait d'exister. C'est par cette chose que se perpétue l'existence de la sphère et de chacune de ses parties; et cette chose, c'est Dieu [que son nom soit exalté !]. C'est dans ce sens seulement que l'homme en particulier a été appelé mïcrocosme, (c'est-à-dire) parce qu'il y a en lui un principe qui gouverne son ensemble; et c'est à cause de cette idée que Dieu a été appelé, dans notre langue, la vie du monde, et qu'il a été dit Et il jura par la vie du monde (Daniel, XII, 7) (2).

Guide des egares 1 72

Le problème de la conscience (plus exactement : de la prise de conscience) ne nous apparaît que lorsque nous commençons à saisir dans quelle mesure nous pourrions nous passer d’elle : et c’est à ce commencement de compréhension que nous conduisent aujourd’hui la physiologie et la zoologie (qui ont donc eu besoin de deux siècles pour rallier le soupçon anticipateur de Leibniz). Nous pourrions en effet penser, sentir, vouloir, nous rappeler, nous pourrions de même « agir » à tous les sens du mot : et tout cela n’aurait pas besoin pour autant de « pénétrer dans la conscience » (comme on le dit de manière imagée). Toute la vie serait possible sans se voir en quelque sorte dans un miroir : et en effet, la partie de loin la plus importante de cette vie se déroule encore en nous sans cette réflexion –, y compris notre vie pensante, sentante, voulante, si offensant que cela puisse paraître aux oreilles d’un philosophe des temps passés. A quoi bon la conscience en général, si elle est pour l’essentiel superflue ? – Eh bien, si l’on veut bien prêter l’oreille à ma réponse à cette question et à sa conjecture peut-être extravagante, il me semble que la finesse et la force de la conscience sont toujours liées à la capacité de communication d’un homme (ou d’un animal), et que la capacité de communication est liée à son tour au besoin de communication. (…) [L]à où le besoin, la nécessité ont longtemps contraint les hommes à communiquer, à se comprendre mutuellement avec rapidité et finesse, il finit par exister une surabondance de cette force et de cet art de la communication. (…) A supposer que cette observation soit exacte, il m’est permis d’avancer jusqu’à la conjecture suivante : la conscience en général ne s’est développée que sous la pression du besoin de communication, – elle ne fut dès le début nécessaire, utile, que d’homme à homme (en particulier entre celui qui commande et celui qui obéit), et elle ne s’est également développée qu’en rapport avec le degré de cette utilité. La conscience n’est proprement qu’un réseau de relations d’homme à homme, – et c’est seulement en tant que telle qu’elle a dû se développer : l’homme érémitique et prédateur n’aurait pas eu besoin d’elle. Le fait que nos actions, nos pensées, nos sentiments, nos besoins, nos mouvements pénètrent dans notre conscience – au moins en partie –, c’est la conséquence d’un « il faut » ayant exercé sur l’homme une autorité terrible et prolongée : il avait besoin, étant l’animal le plus exposé au danger, d’aide, de protection, il avait besoin de son semblable, il fallait qu’il sache exprimer sa détresse, se faire comprendre – et pour tout cela, il avait d’abord besoin de « conscience », même, donc, pour « savoir » ce qui lui manque, pour « savoir » ce qu’il pense. Car pour le dire encore une fois : l’homme, comme toute créature vivante, pense continuellement, mais ne le sait pas ; la pensée qui devient consciente n’en est que la plus infime partie, disons : la partie la plus superficielle, la plus mauvaise : – car seule cette pensée consciente advient sous forme de mots, c’est-à-dire de signes de communication, ce qui révèle la provenance de la conscience elle-même. Pour le dire d’un mot, le développement de la langue et le développement de la conscience (non pas de la raison, mais seulement la prise de conscience de la raison) vont main dans la main. (…) Toutes nos actions sont au fond incomparablement personnelles, singulières, d’une individualité illimitée, cela ne fait aucun doute ; mais dès que nous les traduisons en conscience, elles semblent ne plus l’être… Voilà le véritable phénoménalisme et perspectivisme, tel que je le comprends : la nature de la conscience animale implique que le monde dont nous pouvons avoir conscience n’est qu’un monde de surfaces et de signes, un monde généralisé, vulgarisé, – que tout ce qui devient conscient devient par là même plat, inconsistant, stupide à force de relativisation, générique, signe, repère pour le troupeau, qu’à toute prise de conscience est liée une grande et radicale corruption, falsification, superficialisation et généralisation.

Nietzsche le gai savoir

Mais Robert me rejoignit dans la voiture... les idées qui m’étaient apparues s’enfuirent. Ce sont des déesses qui daignent quelque fois se rendre visible à un mortel solitaire au détour d’un chemin, même dans sa chambre pendant qu’il dort, alors que debout dans le cadre de la porte elle lui apporte leur annonciation. Mais dès qu’on est deux, elles disparaissent les hommes en société ne les aperçoivent jamais. Et je me trouvais rejeté dans l’amitié.  

Proust