©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Vayera 5767

"et elle a regardé derrière elle et elle est devenue une statue de sel"

Lorsque l'on veut changer il ne faut pas regarder en arrière.

Le baal techouva doit se considérer comme si il était né aujourd'hui comme si il n'avait aucun mérite(?) ni aucune faute dit rabenou Yonah dans "la base de la techouva". Pourtant il y a un commandement positif de se souvenir de la faute du veau d'or, et des autres averot du désert pourquoi?

Il faut avoir sa faute en face de soi nous dit la gemarah dans Yomah (en citant les Psaumes) même si elle est pardonnée pourquoi? N’est ce pas traumatisant au contraire comme si l'on se choisissait une histoire de looser (Sartre; les peuples se choisissent leurs histoires comme les individus).

Réponse : c'est justement par ce qu'elle est pardonnée qu'il faut s'en souvenir, la gemarah dans Berahot dit que D a oublié la faute du veau d'or. Qu’est ce que cela veut dire que D a oublié la faute du veau d'or ? Qu'est ce que le temps et la conscience du temps?

Le Zohar dit que l'univers évolue dans trois dimensions "le temps" "l'espace "et "l'existence" olam shana nefesh. Ces trois éléments sont des créatures finies, l'éternité n'existe pas car le temps et une création. C’est la différence essentielle entre Spinoza (et rav Kook + Tania) contre Maimonide, pour Maimonide D n'est pas l'éternel car le temps est une création contrairement à Spinoza et au Tania qui voit D comme l'infini +1.

Envisageons l'avis de Maimonide, pour l'instant. (Ici, il fallait sourire). Le temps est fini c'est ce qui explique le mot cabalistique de "chana" pour le décrire, le temps comme le globe terrestre a une fin et tourne en rond, c'est l'explication du rythme des fêtes qui reviennent toujours et du chabat vu comme la fin des temps qui revient. On comprend que même la fin du temps a une fin c'est comme le baroud d'honneur que l'on fait à la fin du marathon (cf. les photos de rav Abitbol avec ses ballons), qui n'empêche pas que l'on en court un autre l'année d'après.

Le temps revient c'est l'idée du leil chimourim, etc. chaque jours a une histoire, mon rav avait l'habitude de dire que l'on peut vérifier ceci de la manière suivante si un jour de l'année un mec a fait une connerie il verra que le même jour de l'année suivante il aura la poisse, si par contre il y a un jour ou il a réussi à se contrôler il verra que ce jour il aura du mazal, c'est utile de garder ses dates surtout pour les traders.

Pourtant l'homme ne vit pas le temps de cette manière; il n'a pas l'impression à chaque année de revivre le même jour pourquoi? Car l'homme à l'image de D vit au dessus du temps c'est la dimension de nefesh.

On voit clairement que les hahamim on très bien vu se double aspect du temps dans une phrase du moussaf de Roch Hachana qui dit : "ze hayom tehilat maasseha, zicaron leyom richon".

C’est le jour même du début de tes actions en souvenir du premier jour si c'est le jour même du début de la création, pourquoi se souvenir et si il faut se souvenir ce n'est pas le jour même.

Réponse: le temps c'est comme un endroit pour l'homme, de la même manière que si je vais à Paris je peux aller visiter le Louvres, ou le Musée des arts premiers, ou boire une Leff avec les copains, parce que le lieu est multiple et par ce que je vie au dessus du lieu ainsi dans le temps à Roch Hachana je peux  m'arrêter sur la dimension de la création du monde ou celui de l'arrêt de l'esclavage d'Egypte ou encore sur mon verre de rouge du kidouch.

Contrairement à ce qu'avait dit un guest speaker psychanalyste dans ce cours même; le temps pour Maimonide en tout cas; n'est pas hélicoïdale, mais cyclique c'est la vie qui est au dessus du temps (vedok). Je veux prouver mon point du rambam qui voit comme un mystère la connaissance de D et le libre arbitre alors qu'il ne trouve pas de contradiction entre le libre arbitre et l'omnipuissance de D. alors que le contraire parait plus logique puisque lorsque je fais quelque chose D ne le fait pas, alors que la connaissance de D ne pose pas problème vu que D habite une autre dimension du temps, un peu comme les girafes qui cohabitent avec les zèbres par ce qu'ils ne mangent pas les mêmes parties de l'arbre, la réponse est que de là on prouve (mican moucrach) que le Rambam pense que l'homme et D habitent dans la même dimension du temps qui est le sur-temps; et si le libre arbitre s'exerce au dessus du temps la connaissance de D est impossible; cela rétablie aussi la vision du olam haba de Maimonide qui n'est pas celle d'Einstein comme je l'avais d'abord pensé, l'existence pour Maimonide n'est pas un rapprochement à une énergie pure d'une essence nouvelle presque une vérité mathématique, mais bien plutôt, une conscience de vivre propre et historique et justement libère du temps, parce que au dessus du temps, on comprend mieux l'idée du mein olam haba de chabat; (cependant il est important de montrer que la théorie de l'espace temps coïncide bien avec l'idée de temps créé et fini, de chana, des cabalistes.)

Pour répondre à la deuxième question sur le Rambam avec la behira et l'omni puissance il faut répondre que contrairement à ce que beaucoup d'imbéciles disent Maimonide (et le judaïsme en général) reconnait la kénose (l'unité de D avec l'homme) l'idée que la neshama est une partie de D, ce que je fais D le fait à travers mon choix ou ma neshama; il n'y a donc ici aucun problème, si ce n'est avec la connaissance car la connaissance présuppose que l'action a déjà eu lieu.

Vu sous cet angle, on comprend que D oublie, c'est a dire qu'il ne visite plus ces zones de temps, comme personne ne va voir les zones rouges des banlieues (à part les journalistes de fr2, Sarko et Ségolène avant les élections); il ne va plus voir la faute du veau d'or le neuf av, il ne se rappelle plus de l'héroïsme de certains juifs lors de l'expulsion d'Espagne, ou du deuil pour le temple dans les synagogues. Pourtant la faute existe encore immuable dans le temps, mais elle est réparée par la punition, elle n'est plus une " partie constructive de la conscience de l'histoire" c'est une ruine comme les arènes de Lutèce; il faut s'en souvenir maintenant que nous avons de la distance face à l'action, mais pas avant. Une fois que l'erreur a perdu son aspect traumatisant elle peut devenir la base d'un renouveau, mais pas avant, (nous voyons que les musées sur la Shoah étaient prématurés en Europe, car l'horreur entraine l'horreur, avera goreret avera).

Il fallait être Avraham pour pouvoir regarder Sodome bruler (Pesahim 4 tos shenemar)

Chabat chalom

Références

Genèse Yomah 86b4 Berahot 32b3. Rambam Hilchot Teshouva122-135; 150-155; 174-180 Yesod Hatechouvah de rabenou Yonah Moussaf Roch Hachana zichronot