©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Toldot 5768

Et Isaac est sorti dans les champs avant le soir et il a levé les yeux et il a vu, et voila que des chameaux arrivent: et rivkah a leve ses yeux et elle a vu Isaac et elle est tombe du chameau... et elle prit un foulard et elle se recouvrit les cheveux...et Isaac l’a amenée dans la tente de sa mère Sarah et il la prie et elle devint sa femme et Isaac l'aima.


Parashat toldot

1- il est aujourd’hui difficile de comprendre le personnage d'Isaac (le fils d'avraham et le père de Jacob), car Isaac représente la crainte; qui est un sentiment tabou aujourd'hui. Quand Jacob se réfère au D' de son père il l'appelle "la crainte d'Isaac", Isaac représente aussi l'annulation de toutes les volontés, il se porte volontaire pour être égorgé par son père, il avance sa nuque vers le couteau, il devient aveugle et il reste cloitre dans sa maison presque toute sa vie nous dit Rashi. Dans le midrash et la Kabala il symbolise la rigueur de la justice, et de la logique. C'est la face de l'aigle qui est inscrite sur le char céleste. Tout ces attribut nous sont aujourd'hui très étrangers et nous semblent très rébarbatifs, et pourtant Isaac est appelle a la naissance "celui qui rigolera", ou qui s'amusera. Ou est l'amusement dans le fait d'être enferme dans sa maison, en perdant peu à peu la vue?

2 une autre chose que Rashi nous dit au sujet de Isaac, c'est qu'après avoir survécu a la ligature sur l'autel, Isaac s'est considéré toute sa vie durant comme un sacrifice holocauste, (c'est à dire un sacrifice qui doit être entièrement brule a d'), et tout son travail etait de rester a ce niveau de spiritualité, de rester annulé complètement dans le sentiment de proximité avec d'. on remarque que la torah nous relate la mort de Isaac avant toute l'histoire de Josef et ses frères, alors qu'Isaac est mort bien après la vente de Josef, il serait mort l'année ou Josef est devenu vice roi, mais le midrash nous explique qu'il etait si proche de d' qu'il etait considéré comme mort.

Le midrash dit en effet que Isaac savait par prophétie que Josef etait vivant en Egypte mais il n'a rien dit a son fils Jacob qui etait pourtant inconsolable de tristesse, par ce qu'il s'est dit "si d' ne dit rien, moi aussi je ne dit rien". Ce niveau de passivité est difficile à comprendre. A un autre endroit lorsque d' apparait sur l'échelle a Jacob il s'annonce comme le d' d'Isaac, Rashi s’étonne, car, on sait que d' ne se définit jamais comme le D d'un être vivant, puisque l'homme est doué de libre arbitre, tant qu'il est vivant, il pourrait change de chemin et ne plus être un exemple du rapport a d', alors comment se fait il que d' s’annonce comme le d' d'Isaac? Et le midrash répond "puisqu'il etait aveugle et enferme chez lui a la maison il est considéré comme mort et sans libre arbitre". Aujourd'hui on a du mal à tenir pour exemplaire une telle passivité, pourquoi d' nous aurait il donne la vie, si c'est pour l'annuler comme cela, comment peut on aimer d' si on rejette la vie?, et pourtant le midrash dit ailleurs que toute la survie d'Israël ne tient que sur le mérite de Isaac, pas sur celui d'avraham ou celui de Jacob, comment comprendre cela?

3- le midrash quand il nous parle du ligotage d'Isaac dit ceci " et malgré son amour pour d', les yeux d'avraham se remplirent de larmes, et certaines de ces larmes tombèrent dans les yeux d'Isaac, et c'est a ce moment lorsqu'Isaac etait attache sans défense sur l'autel, qu'Isaac fut frape par l'impacte dramatique de la situation et qu'il commença a prier pour sa survie, et c'est en réponse a sa prière que d' le sauva, [c'est pour cela que nous prions en disant que celui qui a répondu a Isaac sur l'autel nous réponde." Meam loez], ce que l'on apprend de ce midrash c'est que Isaac ne voulait vivre que pour ne pas faire de peine a avraham, mais que si avraham n'avait pas pleure Isaac n'aurait pas prie pour être sauve. Ce que l'on voit aussi ca fait cool, il ne sentait rien, on a l'impression qu'Isaac ne comprend les choses qu'après coup, comment ca se fait?

4- Dans la parasha de la semaine dernière lorsqu’on nous raconte la rencontre entre Isaac et Rebekka la torah met en opposition la réaction des 2 protagonistes. "Isaac etait partie parle dans le champ de beer lahai roi, le puits du d' qui voit mais que je l'on ne voit pas, et il leve les yeux et il voit des chameaux, nous dit le verset c'est tout. Par contre rebekah, elle, elle lève aussi les yeux et elle voit Isaac elle tombe du chameau elle comprend tout de suite qui est Isaac c'est le coup de foudre au premier regard, elle se couvre la tête, comme pour dire qu'avant même de lui avoir parle elle se considéré comme son épouse, alors qu'Isaac, lui, en est encore à voir des chameaux. La torah continue Isaac amène rivkah dans sa tente il vie avec elle et il voit que ces actions sont aussi vertueuses que celle de sa mère, alors le verset dit que Isaac a aime rivkah, on pourrait ce dire qu'est qu'on en a faire?, mais ce que la torah veut dans ce passage c'est mettre en opposition l'amour de rivkah, qui tombe du chameaux au premier regard qui a su le voir Isaac par un seul regard, avec l'amour d'Isaac qui ne vient qu'après coup. En tout cas on a une confirmation de l'idée que l'aveuglement d'Isaac c'est l'incapacité de voir les choses a l'avance, mais uniquement de les comprendre a après coup, comme dans le récit du ligotage.

5- On retrouve ce trait de caractère d'Isaac qui ne comprend qu'après coup, lors des bénédictions qu'il donne par erreur à Jacob, alors qu'il croit les donner à son frère Esaü, lorsqu’Isaac comprend la vérité il dit "que Jacob soit béni!" Il ne comprend la grandeur de Jacob qu'après coup. On peut constater la même chose dans le rapport d'Isaac a ses enfants, on voit dans la parasha qu'Isaac est asocial tout le monde le déteste (a part sa femme), il est rejette de tout les endroits ou il essaie de s'intégrer. Comment Esaü réussit il malgré cet enfermement à créer une relation avec Isaac? il force la relation!, il lui apporte a manger tout les jours, et a la fin Isaac rentre dans le jeux, c'est pour cela que la formule qui est employée pour montrer l'amour de Isaac a Esaü "veyeehav" est une formule passive au passe, c'est par ce que Esaü a force Isaac a l'aimer en rentrant dans son monde de force, que Isaac l'a aime après coup. Mais cet aveuglement cette incapacité à voir le futur est il une qualité ou un défaut?

6- Nous avons vu qu'Isaac est toujours en train de se balader seul dans le "beer lahai roi" le puits ou " le d' invisible qui voit" est apparu a h agar pour annoncer la naissance d'Ishmaël. Ce puits est juxtapose a un autre puits qui est apparu a Hagar lorsqu'elle est chassée par avraham, elle se perd dans le désert et elle n'a plus d'eau, elle prie, et d' lui apparait en ouvrant ses yeux et elle voit un puits. Le midrash et les commentateurs expliquent que ce puits etait la depuis toujours, seulement elle ne le voyait pas, jusqu'a ce que d' lui ai ouvert les yeux. De la vient le célèbre midrash "rabbi binyamine dit" tous les êtres humains sont considérés comme des aveugles, jusqu'a ce que d 'leur ouvre les yeux comme il est dit et d' a ouvert ses yeux et elle a vue".

Qu'est ce que cela veut dire?

7- Si on revient sur l'image de rivkah qui se considéré tout de suite comme la femme de Isaac, puisqu'elle se couvre les cheveux, on comprend qu'elle s'est déjà fait dans sa tète tout le scenario de sa relation avec Isaac, elle sait qui va être le traiteur du mariage, quelle salle, quelle robe, quelle appartement, alors qu'Isaac en est encore à voir des chameaux. Elle voit, elle se projette dans le rôle qu'elle va devoir jouer, elle comprend le rapport de cause a effet qu'il y dans la situation présente elle s'imagine dans le futur, c'est à dire qu'elle se projette dans une image dans un rôle. Isaac ne se projette jamais dans un image il ne voit pas le futur, mais il peut vivre le jaillissement du présent, pour lui tout est une surprise, par ce qu'il ne voit pas le futur, c'est pour cela que c'est celui qui s'amuse qui rigolera toujours au futur, par ce que puisqu'il ne voit pas et ne "s'imagine" pas, il ne fait pas de plan il laisse sa place au futur, il permet a d' de lui ouvrir les yeux. Le kouzari dit que la vue est ce qui permet de lier le present le passe et le futur dans une seule image, c'est pour cela que les prophètes voient des images bien que d' n'a pas de corps, car il doivent percevoir l'éternité de d'.( alors que l'ouïe ne permet de saisir qu'une idée a la foi), Isaac est l'homme qui ne voit pas c'est donc l'homme du surgissement, de la musique, c'est ca l'annulation de toutes les volontés c'est l'annulation de la volonté de se projeter par une image dans le futur.

8- Cependant il faut encore creuser cette idée, car l'essence de la vie ne serait elle pas la volonte de se projeter dans une action futur, si on nie la volonte de planifier on nie l'essence même de la vie (Heidegger l'être et le temps). Pour répondre à ce problème il faut partir d'un paradoxe sur la notion d'œil et de vue dans la torah. On sait que le mot "ain" l'oeuil veut dire la source, qui symbolise le jaillissement de l'essence, c'est ainsi que la lettre "ain" qui représente les yeux relies au cerveau par le nerf optique, fait penser a une source qui est le cerveau qui se diviserait en deux. Pourtant le mot "ain" dans la torah veut dire aussi "aspect extérieur" "surface", au sujet des grenouilles il est dit elles ont recouverts le "ain" de la terre, c'est à dire la surface l'aspect extérieur, comment comprendre ce paradoxe comment la torah peut elle nommer par le même mot "la source" et "la surface".

9- Le talmud dans nazir nous raconte l'histoire d'un berger qui etait très beau, il avait une très belle chevelure, et ce berger un jour a vu son image dans l'eau, et son mauvais penchant a voulu "le séparer du monde”, alors il s'est dit "imbécile! Comment peux-tu t'enorgueillir d'un monde qui n'est pas le tien! Alors que ta finalité est d'être mange par les vers, Je fais le serrement par le temple que je vais te raser au nom de d', et c'est ainsi qu'il est devenu nazir. Si on compare cette histoire avec l'analyse des lacanien sur le stade du miroir ou chez les phénoménologues husserlien du phénomène d'enracinement par la vue (patocka, merlot-ponti), on retrouve une dissension centrale sur l'interprétation de la vue. Pour Lacan l'enfant lorsqu'il se voit dans le miroir se prend pour quelqu'un d'autre il traumatise, cependant il y a une résolution du traumatisme par la suite et l'enfant finit par s'identifier a son image. Chez les phénoménologues c'est encore pire puisque l'homme ne devient sujet que lorsqu'il se rend compte que les autres le regarde et qu'il les regarde aussi dans un mouvement de va et viens obscure et complexe (cf. visible et invisible) mais le résultat est toujours le même puisqu’à la fin il ya une identification radicale entre l'homme et son image.

Par contre pour la gemarah l'homme qui se regarde dans l'eau se rend compte fondamentalement dans sa solitude qu'il n'est pas son corps, qu'il n'est pas son image, que le monde de l'image ou le monde du corps ce n'est pas son monde, on reste sur le paradoxe de la surface et de la source. Il y a un point aveugle. Ce paradoxe qui veut que plus je cherche la source plus je me rends compte qu'elle n'est qu'aspect et surface, et ceci va même jusqu'au désir les plus profond, si je regarde mes désirs je vois que je ne suis pas mes desirs (a plus forte raison je ne suis pas mes phantasme qui sont des images projetées dans le futur) ce qui veut dire que l'homme a des desirs et une image mais que ces desir et ces image se ne sont pas les siens. Le rav kook avait l'habitude d'écrire "l'homme n'est pas son âme il n'est qu'un rapport a son âme”, l'âme de l'homme lui échappe elle est un jaillissement qu'il ne peut qu'interpréter, il est responsable face a ce jaillissement de l'instant, mais il n'en est pas le maitre. Je me suis toujours amuse de cette phrase de Georges Perec qui après avoir été psychanalyse de très longues années par plusieurs psychanalystes disait a sa femme "je ne crois pas en avoir fini avec ma psychanalyse" c'est normal, car on en a jamais fini avec la psychanalyse! Car plus on creuse plus on se retrouve a la surface. Je vais revenir sur cette idée plus tard.

10- Pour revennir sur la vue. Le talmud dans sotah dit" bilaam rampait sur une jambe, car il est marque et il est parti tranquille "chefi", or chefi peut être traduit rampant comme un serpent, et shimshon rampait de ses deux jambes par ce qu'il est dit a son sujet "chefifon" ce qui veut dire serpent, ou doublement tranquille' ce passage du talmud parait obscure, comment peut on comprendre qu'un guerrier aussi puissant que chimchon rempait de ses deux jambes. En fait ce qui apparait clairement dans la torah c'est que bilaam etait borgne "setum ain", alors que shimshon est devenu aveugle après qu'on lui ait crevé les yeux. Dans les deux cas le talmud dit que la faute qu'ils avaient faite venait des yeux, bilaam avait un mauvais oeuil il etait jaloux et envieux de tous et de tout, son oeuil n'etait pas rassasie, alors que shimshon a été séduit par ses yeux en voyant Dalila. Le talmud veut nous dire que du fait que Samson et bilaam ont désiré quelque chose, qui n'etait pas la chose qui leur revenait et qui leur correspondait, ils sont devenus incapable de progresser dans le chemin qui aurait du être le leur, celui du jaillissement de l'âme qui permet se renouveler et de s'épanouir, ils sont devenu incapable de bouger et de progresser, ils se sont mis à ramper. Le talmud compare aussi par la même Samson et bilaam au serpent de la genèse qui lui aussi a "donne ses yeux dans quelque chose qui ne lui revenait pas" c'est à dire qu'il a desire Eve, la femme d'Adam, et qui a été punit par le fait qu'il a perdu ses pieds, sa locomotion et sa destine de roi des animaux. C'est ainsi que la gemarah justifie la passivité de Isaac qui ne veut pas prendre quelque chose qui ne correspond pas pleinement au jaillissement de son âme.

11- Le talmud, Baudrillard, et rika zarai font la même constatation. Dans le règne animal c'est le male qui cherche à séduire la femelle par son aspect ; la crinière du lion, la roue du paon, les bois chez les cerfs, c'est en général le male qui fait la dance nuptiale de séduction, alors que chez l'humain c'est la femme qui fait pousser ses cheveux et qui veut attirer l'attention de l'homme, pourquoi? Le talmud (eruvin) explique que cet inversement c'est produit après la faute d'Eve, en effet Eve a été séduite par ses yeux la genèse nous dit que c'est l'aspect du fruit qui a séduit les yeux d'Eve, or celui qui est séduit par une image devient lui même une image, un objet de desir, par ce qu'il doit se mettre au niveau de l'objet pour le désirer, pour créer un phantasme et un scenario qui le lie a l'objet, c'est pour cela que la femme est devenue un objet de desir elle même pour les autres.

12- Je vais essayer d'éclairer encore cette idée de jaillissement d'un autre point de vue. Le midrash nous l'avons dit pose Isaac comme le symbole du din de la justice et de la logique, or le jaillissement de l'instant semble être le contraire de la logique. La logique semblerait être la relation qui fait qu'une chose en entraine une autre, comme rivkah qui peut déduire en voyant Isaac ce que va être l'histoire de sa relation et le rôle qu'elle va jouer, alors qu'Isaac semble dénué d'esprit logique déductif puisqu'il ne comprend qu'après coup? Pour répondre a cette question j'ai besoin d'introduire le théorème d'incomplétude de Gödel qui dit que pour montrer une théorie logique on est toujours oblige d'inventer de nouveaux concepts qui n'appartiennent pas cette théorie. La véritable logique est une logique créatrice de concepts, une logique de jaillissement, car chaque théorie logique n'est que l'expression d'une vérité inconsciente. Gödel disait que la recherche mathématique est comparable a la recherche de l'homme qui vient de se réveiller qui veut retrouver un rêve oublie. Gödel disait aussi que lorsque l'on crée une nouvelle théorie conceptuelle (b) pour démontrer la précédente (a) on sera aussi oblige d'en créer une nouvelle (c) pour démontrer (b), c’est ce que j’expliquais en parlant du paradoxe du « ain », qui fait que plus on creuse plus on se retrouve a la surface.

13- Lorsque on commence la prière on dit "hachem ouvre ma bouche pour que je puisse réciter tes louanges. Ce verset est une allusion au verset des proverbes qui dit "les cheminements du cœur appartiennent a l'homme mais la parole vient de d'", c'est pour cela que nous disons que c'est d' qui ouvre notre bouche, notre travail est uniquement de penser les mots de la priere. Or, il est étonnant de constater que la première chose que l'on dit avant de demander quoi que ce soit a d', c'est "c'est toi qui donne a l'homme l'intelligence", si c'est d' qui donne l'intelligence que reste t il donc a l'humain?, comment peut on dire que le cheminement du cœur est a l'homme?, la réponse est la suivante. Il est évident que le jaillissement vient de d' ou de l'âme ce qui n'est pas nous, mais ce que l'homme doit faire c'est orienter le jaillissement, il est l'interprète de la musique qu'il ya en lui (mais qui n'est pas lui). En l'interprétant il transforme ce jaillissement, comme l'a montre Gödel.

14- Il est tout à fait centrale de comprendre que l'homme n'est pas son âme et qu'il n'est pas son desir. Ce qui a rendu Nietzsche fou c'est qu'il croyait qu'il etait la musique qu'il ya en lui, ce qui rend un homme heureux et équilibré c'est de savoir qu'il n'est pas cette musique, qu'il n'est pas ses desirs. Toutes l'idée des phénoménologues et des psychanalyses qui veulent se posséder eux même par le discours ou la pensée est fausse et ne mène nulle part si ce n'est a la folie. C'est ce que rav nahman de breslev disait "je suis extraordinaire (ou incroyable)!, mais mon âme est beaucoup plus extraordinaire et incroyable que moi!", pour rester en phase avec son intériorité il faut savoir garder "ses yeux rassasies", pour avoir "les yeux rassasies" et ne pas désirer ce qui ne nous revient pas il suffit d'être a l'écoute de son intériorité.

15- J'avais voulu finir sur une citation d'une prière de marc Chagall mais je n'ai pas accès a son livre "ma vie" et je suis oblige de citer les bribes de mémoire, mais si vous avez la possibilité aller lire le livre qui montre bien ce que c'est écouter la musique de son âme et qu'est ce que c'est que prier.

(Qui en apprend énormément aussi sur l'âme des juifs russes d'avant la guerre.) ""Je regardais les cubistes de côté et pensais, qu'ils mangent à leurs faims leurs poires carres sur leurs tables triangulaires. Mon art, pensais-je, c'est peut-être un art insensé, un mercure flamboyant, une âme bleue jaillissant sur mes toiles...Ma mère m'a fait un don. Il rayonne dans mon corps.." cela s a termine par une très belle priere ou il demande a d' qu'il lui apprenne à faire jaillir la lumière de son âme, pour renverser les images du monde pour les renouveler, ain cham. Met ton oeuil là-bas.