• Rav Uriel Aviges

Roch Hachana 5773


Le midrash et le Zohar nous disent qu’à chaque foi qu’il est marqué dans la bible « et ce fut le jour », il s’agit du jour de Roch Hachana. Il y a donc quatre passages biblique qui ont lieu à Roch Hachana, la prière de Hannah et la naissance de Samuel (Samuel 1 verset 4), la naissance du fils de la shunamit et sa résurrection par Élisée (Rois 2 chap. 4, verset 8), la décision de Jonathan, le fils de Saul de se battre seul contre toute une armée de philistins (Samuel 1 chap. 14), et finalement le jugement de Job et le début de ses malédictions (Job chap. 1, verset 13). 

Dans ce cours nous allons nous concentrer sur le passage de job.

Le texte de la bible dit :

Or, un jour les fils de Dieu vinrent se présenter devant l'Eternel, et le Satan, lui aussi, vint au milieu d'eux. 7 L'Eternel dit au Satan: "D'où viens-tu?" Le Satan répondit au Seigneur et dit: "J'ai visité la terre et l'ai parcourue en tous sens." 8 L'Eternel demanda au Satan: "As-tu porté ton attention sur mon serviteur Job? Certes, il n'a point son pareil sur la terre, tellement il est un homme intègre et droit, craignant Dieu et évitant le mal." 9 Le Satan répliqua au Seigneur et dit: "Est-ce donc gratuitement que Job craint Dieu? 10 N'as-tu pas élevé comme une haie tutélaire autour de lui, de sa maison et de tout ce qui lui appartient? Tu as béni l'œuvre de ses mains, et ses troupeaux se répandent dans le pays. 11 Or ça, étends une fois ta main et touche tout ce qui est à lui; tu verras s'il ne te reniera pas en face.

Les versets racontent une scène étonnante, des fils de D viennent se présenter devant l’eternel, le Satan aussi intervient pour juger Job. Cette mise en scène est tellement étonnante pour le lecteur juif, qu’à première vue on la croirait directement extraite du nouveau testament, ou d’un mythe grec. A aucun autre endroit dans la bible D est mis en scène de la sorte.

Le Zohar interprète ces versets de la manière suivante :

« Rabi Eliezer dit « et ce fut le jour » et les anges du ciel vinrent se dresser devant D et le Satan aussi était parmi eux ». « Et ce fut le jour », ce jour là était le jour de Roch Hachana où D s’assoit pour juger le monde, et « les anges se dressèrent en face de D », ici le verset exprime l’amour de D pour Israël, car les anges (sont jaloux des hommes et particulièrement d’Israël) et ils volent à travers le monde pour regarder les mauvaises actions des hommes, et plus particulièrement les actions des enfants d’Israël.

Le Satan, lui, s’intéresse exclusivement à critiquer Israël, il ne critique pas les autres nations, par ce que ce sont les enfants d’Israël qui sont les véritables enfants de D, en effet, les enfants d’Israël permettent à D de se dévoiler dans le monde.

Lorsque les anges veulent critiquer Israël, D considère que les anges viennent l’attaquer personnellement, c’est pour cela que le verset dit : « les anges se dressèrent en face de D ». Si les enfants d’Israël font de bonnes actions, alors D a le pouvoir de s’opposer aux anges, sinon, il ne peut pas les rejeter sans rien… Lorsque D voit que les juifs ont certains mérites, alors il envoie le Satan attaquer les justes des nations pour qu’il ait de quoi s’occuper et qu’il laisse les juifs tranquilles…. »

Je vais essayer d’expliquer ce passage du Zohar d’une manière linéaire.

Dans un premier temps le Zohar dit « « Rabi Eliezer dit « et ce fut le jour » et les anges du ciel vinrent se dresser devant D et le Satan aussi était parmi eux ». « Et ce fut le jour », ce jour là était le jour de Roch Hachana où D s’assoit pour juger le monde, et « les anges se dressèrent en face de D », ici le verset exprime l’amour de D pour Israël, car les anges (sont jaloux des hommes et particulièrement d’Israël) et ils volent à travers le monde pour regarder les mauvaises actions des hommes, et plus particulièrement les actions des enfants d’Israël. Le Satan, lui, s’intéresse exclusivement à critiquer Israël et il ne critique pas les autres nations, par ce que ce sont les enfants d’Israël qui sont les véritables enfants de D. par ce que les enfants d’Israël permettent a D de se dévoiler dans le monde. »

Nous avons déjà expliqué qu’Israël est en lutte avec les anges. Israël signifie dans la bible « celui qui dominera les anges ». Les anges représentent les forces du hasard ou du chaos. On peut tenter d’expliquer la dialectique existant entre Israël et les anges à travers l’exemple suivant. Si on laisse un terrain à l’abandon, alors, de part elles-mêmes, certaines plantes vont de développer sur ce terrain, et certaines espèces animales vont aussi naturellement s’y développer. Pour la bible, lorsque la nature se développe de cette manière hasardeuse, on considère que ce sont les anges qui s’occupent du terrain. 

Par contre, si l’homme s’occupe du terrain, s’il canalise la nature et qu’il lui permet de se développer suivant son intention et sa volonté. Dans ce cas, l’homme se bat contre les anges, c'est-à-dire contre les forces de la nature et du hasard. Le rôle de l’homme en général et d’Israël en particulier et de donner un ordre rationnel au monde, pour lui donner un sens. C’est ce que le Zohar appelle « faire descendre la présence divine sur terre ». Lorsque D a créé l’homme, à Roch Hachana, il voulait que l’homme donne un sens à l’univers, grâce à sa propre rationalité.

Il est évident que les anges et le Satan sont complètement opposés à la rationalité humaine, pour eux les forces de la nature doivent se développer de manière spontanée et darwinienne. Le combat de l’homme contre les anges c’est le combat de l’ordre rationnel face au chaos du hasard des forces de la nature.

Lorsque les anges viennent attaquer l’homme, c'est-à-dire lorsque les force de la natures veulent imposer leurs volontés hasardeuses à l’homme, elles s’attaquent par la même à la volonté divine, puisque D voulait que l’homme donne un sens au monde. De ce fait, les anges et le Satan, c'est-à-dire les forces de la nature ne devraient avoir aucune prise sur la volonté de l’homme. 

Pourtant, le Zohar nous dit que D n’a pas toujours la possibilité de s’opposer aux forces de la nature, parfois, D est obligé de s’incliner et de laisser les forces du hasard et de la nature dominer l’homme et sa rationalité, pourquoi ?

On peut répondre à cette question en analysant la deuxième partie du passage du Zohar.

Le Zohar dit : « Lorsque D voit que les juifs ont certains mérites, alors il envoie le Satan attaquer les justes des nations pour qu’il ait de quoi s’occuper et qu’il laisse les juifs tranquilles…. ». Ce passage est très étonnant, on a l’impression que l’ennemi du peuple d’Israël à Roch Hachana ce ne sont pas les mauvais, « les rechaim ». Les ennemis à Roch Hachana ce ne sont pas les Staline les Hitler ou les Ben Laden, ce sont les justes des nations ! Les mères Theresa, ou les abbés Pierre ! Pourquoi ? Pourquoi ce sont les justes des nations qui vont être frappées à la place des juifs ?

Job était un très grand juste, il était un homme parfait, il avait un seul défaut il n’était pas juif. C’est pour cela qu’il est frappé par des souffrances atroces et inhumaines. Dans la bible Job est décrit comme un juste d’un plus haut calibre que les juifs. Pour le talmud (Sotah) la femme de Job était juive, elle était la fille d’un des patriarches et pourtant, c’est elle qui conseille à son mari de maudire D pour qu’il arrête de le faire souffrir. Job n’écoute pas le conseil de sa femme et il reste fidele à sa foi malgré les souffrances. Alors, pourquoi Job est il considéré comme l’ennemi d’Israël a Roch Hachana, celui qui doit être puni pour que le peuple d’Israël soit sauvé ?

La réponse aux deux dernières questions est la suivante. Pour la torah, l’ordre universel qui s’oppose au chaos ne peut être qu’une vérité historique. Le sens de l’univers ne peut s’exprimer que par un déroulement historique rationnel. Donner un sens à la vie ou à l’univers, c’est donner un sens à l’histoire. L’histoire doit avoir un début et une fin et un sens qui les relie. Après la faute d’Adam, l’histoire prend un nouveau départ avec Abraham, Abraham a donné un sens à l’histoire, pour que l’histoire continue à avoir un sens il faut s’inscrire dans le prolongement du message d’Abraham. 

Un juste qui ne s’aligne pas à l’héritage d’Abraham, s’oppose au sens de l’histoire, par ses bonnes actions, paradoxalement, il maintient la nature chaotique du développement de l’univers. Le fait de faire le bien ne peut donner un sens à la vie ou à l’histoire, que s’il est le prolongement d’un héritage reçu des générations passées.

Après le ligotage d’Isaac, Abraham a prié pour qu’il n’y ait plus jamais dans l’histoire un autre juste qui soit plus grand que lui, un juste, qui deviendrait le patriarche d’une seconde nation monothéiste. D lui a promis que cela n’arriverait jamais. Cette prière d’Abraham parait étonnante, pourquoi Abraham aurait-il prié pour qu’il n’y ait pas un autre juste qui devienne le patriarche d’une autre nation monothéiste ? 

Pourtant cette prière a un sens, car si un autre juste créait une autre nation et un autre chemin pour servir D, alors le non sens historique du monde perdurerait, puisqu’il n’y aurait plus de continuation dans l’histoire, il n’y aurait plus de sens à faire le bien.

Si les non juifs haïssent les juifs ce n’est pas parce que les juifs représentent des vertus morales supérieures, ou par ce qu’ils représentent la foi monothéiste ou par ce qu’ils sont jaloux d’une soit disant réussite matérielle, mais, c’est simplement parce que les juifs sont dépositaire d’un héritage spirituel, dont les non juifs sont exclus. Et cette exclusion est terrible pour les nations, parce qu’elle place les non juifs de facto dans le territoire du non sens historique comme esclaves des forces du chaos.

En se démarquant du judaïsme, toutes les religions monothéistes tardives se sont d’une certaine manière exclues de l’héritage d’Abraham, elles ne veulent pas le reconnaitre, mais c’est un fait. 

Roch Hachana c’est le début du temps, le jugement de Roch Hachana est un jugement sur le sens de l’histoire et du temps, toute la prière de Roch Hachana est articulée sur ce fait. C’est à Roch Hachana que la place de chaque individu et de chaque peuple dans l’histoire va être déterminée. 

A Roch Hachana les actions de chaque individu et chaque peuple sont pesées, celui qui a une majorité de bonnes actions et jugé comme juste et est inscrit dans le livre de la vie, par contre celui qui a une majorité de fautes est inscrit dans l’autre livre. (Talmud Roch Hachana 16, selon Rashi)

Ce jugement est très difficile à admettre puisque dans d’autre passage de la torah, D dit explicitement qu’il ne calcule par les bonnes actions et les mauvaises actions d’une manière globale mais qu’au contraire il juge chaque action de manière séparée.

Dans le deutéronome (chap. 10) le verset dit « Car l'Éternel, votre D, c'est le D des dieux et le maître des maîtres, D souverain, puissant et redoutable, qui ne fait point acception de personnes, qui ne cède point à la corruption ». Nahmanide interprète ce verset « La corruption dont il est question ici, fait référence au fait que si un pieux parfait fait une seule faute, D ne va pas lui enlever une seule de ses bonnes actions comme pot de vin, pour lui pardonner sa faute, mais D va punir le pieu à cause de sa faute, puis il lui donnera le salaire de toutes ses bonnes actions ». 

Dans la même veine Maimonide dit dans son commentaire sur les maximes des pères « Les sages ont dit que D n’accepte pas d’être corrompu en référence au verset du deutéronome …, et il est évident que le verset ne veut pas dire que D ne va pas accepter de l’argent pour tronquer son jugement car quel argent pourrait-on lui donner ? Et a qui va-t-on donner l’argent ? Mais le verset fait référence aux bonnes actions d’un homme, si un homme fait 1000 bonnes actions et une mauvaise action, D ne va pas effacer la faute en considérant que le juste n’a fait que 999 bonnes actions, mais D punira la personne sur sa faute et il lui donnera une récompense pour toutes ses mille bonnes actions, c’est aussi ce que la Mishna exprime en disant que D ne fait pas de favoritisme, c'est-à-dire qu’il ne punit pas moins gravement les justes de haut niveau sur les rares fautes qu’ils font. Mais il punit les grands sur les petites fautes qu’ils font comme Moshé qui a été puni parce qu’il s’est mis en colère contre les juifs. De même D a rétribué Esaü sur le fait qu’il a honoré ses parents, et il a aussi rétribué Nabuchodonosor pour avoir honoré le nom de D comme le talmud le dit dans le traitée de Sanhédrin. »

Tous ces passages montrent bien que D ne peut pas juger les actions d’un homme en annulant une minorité d’action dans une majorité. Pour comprendre le jugement de Roch Hachana il faut comprendre que le jugement porte sur le rôle de l’homme dans l’histoire. Par exemple, si l’histoire exige qu’une yeshivah reçoive un don d’un million de dollars, D doit faire advenir l’histoire et il doit donner cette somme à un juif pour qu’il fasse cette mitsvah. Mais si ce juif a fait une majorité de faute, en tant que personnage historique, il est mauvais, et faire advenir une telle mitsvah par un homme mauvais, c’est un non sens historique. Lorsqu’un homme « historiquement mauvais » fait le bien, il contribue à instaurer les forces du chaos et du hasard dans l’histoire. Un homme qui a une majorité de faute est de facto dans le livre de la mort et du non sens, même si par la suite il va faire des bonnes actions, par ce que ses bonnes actions ne s’inscrivent pas dans la continuité d’une histoire personnelle ayant un sens. Le livre de la vie dans lequel il faut être inscrit c’est le livre du sens.

La majorité qui est déterminée le jour de Roch Hachana c’est la détermination de ce qui est accidentel dans l’histoire de l’homme et de ce qui est au contraire l’essence même du sens de sa vie. Tout le monde fait des fautes et des bonnes actions, à Roch Hachana l’homme doit déterminer si les fautes sont des accidents ou si ce sont les bonnes actions qui sont des accidents.

A Roch Hachana on ne mentionne pas dans la prière les actions que nous avons faites, on ne prie pas pour ses besoins individuels, l’homme ne s’envisage pas comme un sujet intrinsèque, il est jugé en tant que personnage historique ayant une place dans une nation ou dans un groupe. Par la prière de Roch Hachana l’homme s’inscrit dans le déroulement de l’histoire universelle du monde. La prière de Roch Hachana parle de la création du monde, du ligotage d’Isaac et du don de la torah ainsi que de l’avènement messianique. 

En s’inscrivant dans le prolongement du message d’Abraham et dans l’expectative de l’avènement messianique, l’homme s’inscrit de facto dans le livre du sens et de la vie. A Roch Hachana l’homme doit essayer de comprendre de quelle manière il peut être le prolongement de message d’Abraham. Il doit être prêt à consacrer sa vie pour le prolongement de ce message, tout comme Isaac l’a fait lorsqu’il a accepté de se faire ligoter. C’est en s’inscrivant dans un sens historique universel très large que l’individu peut donner un sens historique aux actions de sa vie personnelle.

C’est ce que nous disons dans la prière de Roch Hachana « Et sur les pays il sera dit « lequel sera frappé par le glaive, lequel sera en paix, lequel sera frappé par la famine, lequel vivra dans l’abondance, et les créatures seront souvenues pour les mentionner pour la vie ou la mort » le jugement est d’abord sur les nations et les collectivités, le jugement de la vie personnelle des individus découle dans un deuxième temps du jugement historique sur les nations.

Il revient à chacun d’approfondir à sa manière ce qu’est le message d’Abraham et de quel manière il peut être le prolongement de ce message. Comme piste de réflexion je donnerai simplement cette idée. Abraham avait deux attributs principaux : la générosité, et la foi en un D unique comme étant une vérité ultime et indiscutable. Parmi les nations ces deux idées existent mais elles ne sont jamais liées ensembles. Par exemple dans les démocraties, la générosité est la règle, mais elle s’exerce au dépend de la foi en une vérité unique absolue. Parmi ces nations pour être généreux il faut que tout le monde soit égal et que toutes les idées se valent. Par contre, dans nations ou l’on croit en un D unique comme étant une vérité inébranlable, on a tendance à manquer de générosité envers l’étranger. Le but du judaïsme est d’arriver à lier ces deux éléments apparemment contradictoires, créer ce lien c’est acquérir la sagesse de la torah. Le but de l’étude de la torah c’est pouvoir lier la générosité humaniste avec une foi en une vérité objective historique qui dépasse l’humain.


Les documents

Michne torah Lois du repentir : Chapitre Trois

1.            Chaque homme a des mérites et des fautes ; celui dont les mérites surpassent les fautes est un juste. Celui dont les fautes surpassent les mérites est un méchant. [Celui dont les fautes et les mérites sont] équivalents est un homme moyen. De même, dans une ville, si les mérites [des habitants] surpassent leurs fautes, c’est [une ville] juste. Si leurs fautes surpassent [leurs mérites], c’est une [ville] mauvaise. Et de même pour le monde entier.

2.            Un homme dont les fautes surpassent les mérites meurt immédiatement de son mal, comme il est dit : « à cause de la grandeur de tes méfaits ». De même, une ville dont les fautes [des habitants] sont plus nombreuses [que les mérites] périt immédiatement, comme il est dit : « Comme le décri de Sodome et Gomorrhe est grand ». Il en est de même pour le monde entier : si les fautes sont plus nombreuses que les mérites, ils sont immédiatement détruits, comme il est dit : « l’Eterne-l vit que grands étaient les méfaits de l’homme ». Le compte n’est pas basé sur le nombre de mérites et de fautes, mais sur leur importance : certains mérites équivalent à plusieurs fautes, comme il est dit : « car en lui, se trouvait quelque chose de bien », et certaines fautes équivalent à plusieurs mérites, comme il est dit : « Mais un seul pécheur gâte beaucoup de bien ». Le compte n’est effectué que selon la sagesse du D.ieu Qui connaît. Lui sait comment mesurer les mérites aux fautes.

3.            Qui regrette les mitsvot qu’il a faites et déplore ses mérites, se disant en son cœur : « Qu’ai-je gagné en faisant ceci ? J’aurais mieux fait de ne rien faire » perd tous ceux-ci, et aucun mérite ne lui sera rappelé, ainsi qu’il est dit : « La vertu du juste ne la préservera pas au jour de son péché », cela ne concerne que celui qui déplore ses [bonnes actions] passées. De même que les mérites et les fautes d’un homme sont balancées à l’heure de la mort, ainsi chaque année, les fautes et les mérites de tout un chacun sont balancés le jour de fête de Roch Hachana : [le verdict de] celui qui est un juste est scellé pour la vie. [Le verdict de] celui qui est un méchant est scellé pour la mort. Et [le verdict de l’homme] moyen est mis en suspend jusqu’au jour de Kippour : s’il se repent, il est scellé pour la vie. Sinon, il est scellé pour la mort.

4.            Bien que la sonnerie du choffar le jour de Roch Hachana soit un décret de l’Écriture, elle a un sens profond, comme si elle disait : « Réveillez-vous, dormeurs, de votre sommeil, et vous qui somnolez [profondément] levez-vous, de votre léthargie ! Méditez vos actions, repentez-vous, et souvenez-vous de votre Créateur ! Ceux qui oublient la vérité dans les vanités du temps et s’égarent toute l’année dans les futilités et le vide qui ne sont d’aucun intérêt et d’aucun salut, observez votre âme ; amendez vos voies et vos actions. Que chacun de vous abandonne ses mauvais chemins et mauvaises pensées. » C’est pourquoi, chaque homme doit considérer toute l’année comme s’il était moitié innocent, moitié coupable, et que le monde entier était moitié innocent, moitié coupable : s’il commet une faute, il fait pencher le plateau de la culpabilité contre lui-même ainsi que le monde entier, et cause sa destruction. S’il accomplit un commandement, il fait balancer le plateau du mérite en sa faveur et en faveur du monde, et apporte pour lui-même et pour les autres le salut et la délivrance, comme il est dit : « Le juste est le fondement du monde », [c'est-à-dire] Celui qui agit avec justice fait pencher le plateau du mérite en faveur du monde entier et le sauve. C’est la raison pour laquelle tous les juifs ont pris l’habitude de multiplier la charité, les bonnes actions, et de s’investir dans les mitsvot depuis Roch Hachana jusqu’au jour de Kippour plus que tout le restant de l’année. Tous ont l’habitude de se lever [quand il fait encore] nuit durant ces dix jours, de prier à la synagogue [en adressant] de ferventes supplications jusqu’à l’aube.

Deuteronome 10 17

Car l'Éternel, votre Dieu, c'est le Dieu des dieux et le maître des maîtres, Dieu souverain, puissant et redoutable, qui ne fait point acception de personnes, qui ne cède point à la corruption;

Rashi

Et ne prendra pas de corruption Pour se Le concilier avec de l’argent.

Nahmanide

ופירשו בשחד, שאפילו חסיד גמור שיעבור עבירה לא יקח ממנו מצוה ממצותיו בשחד לכפר לו, אבל יענישהו על חטאיו ויגמול לו ככל טובותיו:

La corruption dont il est question ici, fait refference au fait que si un pieux parfait fait une seule faute, D ne va pas lui enlever une seule de ses bonnes actions comme pot de vin, pour lui pardonner se faute, mais D va  punir le pieu a cause de sa faute, puis il lui donnera le salaire de toutes ses bonnes actions.

Pirkei avoth chap 4 mishnah 24

[כד] הוא היה אומר הילודים למות והמתים להחיות והחיים לידון לידע להודיע ולהודע שהוא אל הוא היוצר הוא הבורא הוא המבין הוא הדיין הוא עד הוא בעל דין והוא עתיד לדון ברוך הוא שאין לפניו לא עולה ולא שכחה ולא משוא פנים ולא מקח שוחד שהכל שלו ודע שהכל לפי החשבון ואל יבטיחך יצרך שהשאול בית מנוס לך שעל כרחך אתה נוצר ועל כרחך אתה נולד ועל כרחך אתה חי ועל כרחך אתה מת ועל כרחך אתה עתיד ליתן דין וחשבון לפני מלך מלכי המלכים הקדוש ברוך הוא:

Il disait aussi : « Ceux qui naissent sont destinés à mourir, ceux qui meurent à ressusciter ; les vivants vont au jugement, afin que l’on sache, que l’on annonce et que l’on prenne conscience qu’Il est le Dieu qui forme, crée, perçoit, est juge, témoin et partie, et qu’un jour Il rendra Son verdict. Béni soit Il, Celui chez qui il n’est point d’injustice, ni privilège, ni oubli, ni acception de personnes, ni corruption, car tout Lui appartient. Sache bien que tout est pris en compte mais que tout dépend de la majorité de nos actions.

רמב"ם

ואומרו ולא מיקח שוחד, כמו שאמר גם כן בתורה: +דברים י יז+ "אשר לא ישא פנים ולא יקח שוחד", אין עניינו שהוא לא יקח ממון ויטה הדין, כי שטות היא לשלול ממנו יתעלה מה שלא יצויר אפילו בדמיון, איך ישולם לו השוחד, ומה יהיה השוחד? ואמנם עניינו מה שבארו, שהוא לא יקח שוחד הטובות, כגון שיעשה האדם אלף טובות ורעה אחת, הרי לא ימחק לו ה' זאת העבירה לרוב טובותיו, ויחשבו לו אלף טובות חסר אחת או יותר, אלא יפרע ממנו על זאת, ויגמל על ההן. וזה הוא ענין לא יקח שוחד, והוא כמו לא ישא פנים, אלא יפרע מהגדול במעלה על דבר מועט, כמו שנפרע ממשה רבנו על חטא הכעס, כמו שבארנו בפרקים הקודמים, וגמל עשו הרשע על כיבוד אב ואם, ונבוכדנצר על כיבוד השם, רצוני לומר: שם ה', כמו שנתבאר בסנהדרין בגמרא. וזה הוא ענין לא משוא פנים.

Maimonide

Les sages ont dit que D n’accepte pas d’être corrompu en référence au verset du deutéronome …, et il est évident que le verset ne veut pas dire que D ne va pas accepter de l’argent pour tronquer son jugement car qu’elle argent pourrait on lui donner ? et a qui va-t-on donner l’argent ?, mais le verset fait référence aux bonnes actions d’un homme, si un homme fait 1000 bonnes actions et une mauvaise action, D ne va pas effacer la faute en considérant que le juste n’a fait que 999 bonnes actions, mais D punira la personne sur sa faute et il lui donnera une récompense pour toutes ses milles bonnes actions, c’est aussi ce que la Mishna exprime en disant que D ne fait pas de favoritisme, c'est-à-dire qu’il ne punit pas moins gravement les justes de haut niveau sur les rares fautes qu’ils font. Mais il punit les grand sur les petites fautes qu’ils font comme Moshé qui a été punit par ce qu’il s’est mis en colere contre les juifs. De même D a rétribué essav sur le fait qu’il a honoré ses parents, et il a aussi rétribué nabuchodonosor pour avoir honore le nom de D comme le talmud le dit dans le traitée de sanhédrin.

Sotah 21a

ד"א: עבירה מכבה מצוה, ואין עבירה מכבה תורה. א"ר יוסף: דרשיה רבי מנחם בר יוסי להאי קרא כי סיני, ואילמלא דרשוה דואג ואחיתופל הכי, לא רדפו בתר דוד, דכתיב: +תהלים עא+ לאמר אלהים עזבו וגו'. מאי דרוש? +דברים כג+ ולא יראה בך ערות דבר וגו', והן אינן יודעין, שעבירה מכבה מצוה ואין עבירה מכבה תורה.

Une faute efface le mérite d’une mitswah, mais une faute n’efface pas le mérite de l’étude de la torah. Rabi Menahem le fils de rabi Yossi a interprété ces versets comme si ils avaient été révélés sur le mont sinai, et si doeg et ahitofel avaient interprété les verset de la sorte, ils n’auraient pas poursuivi david. ;e verset des psaumes dit « ils pensait que D l’avait abandonné » pourquoi pensaient ils cela ? Par référence au verset du deutéronome « Car l'Éternel, ton Dieu, marche au centre de ton camp pour te protéger et pour te livrer tes ennemis: ton camp doit donc être saint. Il ne faut pas que Dieu voie chez toi une chose déshonnête, car il se retirerait d'avec toi. » (après l’histoire de bat cheva, doeg et ahitofel pensaient que D ne protégerait plus david, et qu’il l’avait abandonné) mais ils ne savaient pas que bien qu’un faute efface le merite d’une mitswah, une faute ne peut pas effacer le mérite de l’étude de la torah.

Texte de job

Or, un jour les fils de Dieu vinrent se présenter devant l'Eternel, et le Satan, lui aussi, vint au milieu d'eux. 7 L'Eternel dit au Satan: "D'où viens-tu?" Le Satan répondit au Seigneur et dit: "J'ai visité la terre 'et l'ai parcourue en tous sens." 8 L'Eternel demanda au Satan: "As-tu porté ton attention sur mon serviteur Job? Certes, il n'a point son pareil sur la terre, tellement il est un homme intègre et droit, craignant Dieu et évitant le mal." 9 Le Satan répliqua au Seigneur et dit: "Est-ce donc gratuitement que Job craint Dieu? 10 N'as-tu pas élevé comme une haie tutélaire autour de lui, de sa maison et de tout ce qui lui appartient? Tu as béni l'œuvre de ses mains, et ses troupeaux se répandent dans le pays. 11 Or ça, étends une fois ta main et touche tout ce qui est à lui; tu verras s'il ne te reniera pas en face.

Zohar parashat bo

זוהר כרך ב (שמות) פרשת בא דף לב עמוד ב

רבי אלעזר פתח (שם א) ויהי היום ויבאו בני האלהים להתיצב על יי' ויבא גם השטן בתוכם, ויהי היום דא ראש השנה דקודשא בריך הוא קאים למידן עלמא, כגוונא דא (מלכים ב ד) ויהי היום ויבא שמה, ההוא יומא יום טוב דראש השנה הוה, ויבאו בני האלהים אלין רברבין ממנן שליחן בעלמא לאשגחא בעובדין דבני נשא, להתיצב על ה' כמה דאת אמר (מלכים א כב) וכל צבא השמים עומדים עליו מימינו ומשמאלו, אבל להתיצב על ה' בהאי קרא אשכחנא רחימותא דקודשא בריך הוא עלייהו דישראל בגין דהני שליחן דאינון ממנן לאשגחא על עובדין דבני נשא אזלין ושאטין ונטלין אינון עובדין כלהו וביומא דקאי דינא למיקם למידן עלמא אתעבידו קטיגורין למיקם עלייהו דבני נשא, ותא חזי מכל עמין דעלמא לא קיימין לאשגחא בעובדיהון בר בישראל בלחודייהו בגין דאלין בנין לקודשא בריך הוא, וכד לא אשתכחו עובדין דישראל כדקא יאות, ככיכו"ל אינון ממנן שליחן כד בעאן לקיימא על אינון עובדין דישראל על ה' ודאי קיימין דהא כד ישראל עבדין עובדין דלא כשרן כביכו"ל מתישין חילא דקודשא בריך הוא, וכד עבדין עובדין דכשרן יהבין תוקפא וחילא לקודשא ברוך הוא, ועל דא כתיב (תהלים סח) תנו עז לאלהים במה בעובדין דכשרן, ועל דא בההוא יומא כלהו רברבן ממנן אתכנשו על ה', על ה' ודאי דהא כיון דעל ישראל אתכנשו עליה אתכנשו ויבא גם השטן בתוכם גם לאסגאה עלייהו דכלהו אתיין למהוי קטיגורין עלייהו דישראל

ויאמר יי' אל השטן מאין תבא, וכי לא הוה ידע קודשא בריך הוא מאן הוה אתי, אלא לאייתאה עובדא לרעותיה, ויאמר יי' אל השטן וגו' ויען השטן את יי' ויאמר משוט בארץ, מכאן אוליפנא דישובא דארעא אתמסר לסטרין אחרנין, בר ארעא דישראל, בלחודהא, כיון דאמר משוט בארץ אשגח קודשא בריך הוא דבעי למהוי דלטורא עלייהו דישראל, מיד ויאמר יי' אל השטן השמת לבך על עבדי איוב כי אין כמוהו בארץ, חמא שעתא למיהב ליה חולקא במה (נח ס"ד א') דיתעסק ויתפרש מנייהו דישראל

Rabi Eliezer dit « et ce fut le jour » et les anges du ciel vinrent se dresser devant D et le Satan aussi était parmi eux ». « et ce fut le jour », ce jour la était le jour de Roch Hachana ou D s’assoit pour juger le monde, et « les anges se dressèrent en face de D », ici le verset exprime l’amour de D pour Israël, car les anges (sont jaloux des hommes et particulièrement d’israel) et ils volent a travers le monde pour regarder les mauvaises actions des hommes, et plus particulièrement  les actions des enfants d’Israël. le Satan, lui, s’intéresse exclusivement a critiquer Israël et il ne critique pas les autres nations, par ce que ce sont les enfants d’Israël qui sont les véritables enfants de D. par ce que les enfants d’Israël permettent a D de se dévoiler dans le monde.

 Lorsque les anges veulent critiquer Israël, D considère que les anges viennent l’attaquer personnellement, si les enfant d’Israël font des bonnes actions alors D a le pouvoir de s’opposer aux anges si non il ne peut pas les rejeter sans rien… Lorsque D voit que les juifs ont certains mérites, alors il envoie le Satan attaquer les justes des nations pour qu’il s’occupe de quelque chose et qu’il laisse les juifs tranquilles….

Mussaf de roch hachanah

Et sur les pays il sera dit « lequel sera frape par le glaive, lequel sera en paix, lequel sera frape par la famine, lequel vivra dans l’abondance, et les creatures seront souvenues pour les mentioner pour la vie ou la mort »

©2018 by Uriel Aviges.