• Rav Uriel Aviges

Noah 5775

Updated: Oct 16, 2018

Signe de l’alliance

Il y a plusieurs passages qui posent problème dans cette parasha. Dans ce cours nous allons nous arrêter principalement sur trois points. Le premier, le sens de l’alliance contractée par D envers Noah, la symbolique de l’arc en ciel. Le deuxième point sera le sens des libations de vins offertes par Noah à D, qui sont la cause de l’alliance. Et le troisième point sera le passage de l’ivresse de Noah sa castration et le viol dont il a été victime.

1- Le signe de l’alliance

Dans la parasha on peut lire le passage suivant « "Et moi, je veux établir mon alliance avec vous et avec la postérité qui vous suivra; 10 et avec toute créature vivante qui est avec vous, oiseaux, bétail, animaux des champs qui sont avec vous, tous les animaux terrestres qui sont sortis de l'arche. 11 Je confirmerai mon alliance avec vous nulle chair, désormais, ne périra par les eaux du déluge; nul déluge, désormais, ne désolera la terre." 12 Dieu ajouta: "Ceci est le signe de l'alliance que j'établis, pour une durée perpétuelle, entre moi et vous, et tous les êtres animés qui sont avec vous. 13 J'ai placé mon arc dans la nue et il deviendra un signe d'alliance entre moi et la terre. 14 A l'avenir, lorsque j'amoncellerai des nuages sur la terre et que l'arc apparaîtra dans la nue, 15 je me souviendrai de mon alliance avec vous et tous les êtres animés et les eaux ne deviendront plus un déluge, anéantissant toute chair. 16 L'arc étant dans les nuages, je le regarderai et me rappellerai le pacte perpétuel de Dieu avec toutes les créatures vivantes qui sont sur la terre. 17 Dieu dit à Noé: "C'est là le signe de l'alliance que j'ai établie entre moi et toutes les créatures de la terre."

Ce passage de la torah est étrange, puisque l’arc en ciel est un phénomène naturel, tout a fait explicable et prévisible, l’arc apparait souvent lorsqu’il n’y a pas de nuage dans le ciel. Il parait donc tout à fait délirant de voir dans l’arc en ciel le signe d’un pacte intentionnel entre D et l’humanité. 

Si la torah semble délirer, le talmud, comme a son habitude, pousse le délire encore plus loin.

Le talmud dit dans le traité de haguigah (16a) qu’il ne faut jamais regarder fixement un arc en ciel, car l’arc en ciel est en fait une émanation directe de la présence divine. Celui qui l’observerait avec un peu trop d’assistance risquerait de perdre la vue. Le talmud conclue qu’observer attentivement un arc en ciel c’est manquer de respect a D car cela revient à regarder l’essence de la gloire divine. 

Le talmud conclue en disant « celui qui regarde un arc en ciel, il aurait mieux valu pour lui qu’il ne soit jamais créé. »

Comme si cela ne suffisait pas le talmud explique dans un autre traité (sanhédrin 92) que l’arc en ciel, c’est en fait le pénis de D, c’est pour cette raison qu’il ne faut pas le regarder. Le talmud se base sur un verset du prophète habakouk (chapitre 3) « Ton arc se montre nu, tes serments sont des traits lancés par ton verbe, Sélah! La terre, s'ouvrant, livre passage à des fleuves. » Pour le talmud si des fleuves s’écoulent de l’arc, c’est bien pour faire allusion a un certain membre qui fait jaillir la semence comme des flèches (haguigah 15 a, Yevamoth 65 etc..). 

Il apparait clairement, que le talmud veut mettre en parallèle deux événements de notre parasha. Le fait que D montre son pénis a découvert aux hommes, avec le passage suivant, ou c’est Noah qui montre son pénis à ses enfants.

Dans le premier passage, lorsque D montre sont pénis, le résultat est positif, le monde est sauf. Par contre dans le deuxième passage, lorsque Noah montre son pénis, c’est la catastrophe, puisque Noah est sodomisé puis castré par un de ses enfants.

Pour comprendre le sens de l’interprétation du talmud il faut comprendre ce qui cause l’exhibitionnisme divin et celui de Noah. Dans les deux cas il s’agit de l’alcool. 

En effet, pour le talmud, si D a contracté une alliance avec Noah et avec ses descendants, c’est par ce que Noah, avait saoulé D par des libations de vin. 

Les versets disent en effet « Noé érigea un autel à l'Éternel; il prit de tous les quadrupèdes purs, de tous les oiseaux purs, et les offrit en holocauste sur l'autel. 21 L'Éternel aspira la délectable odeur, et il dit en lui-même: "Désormais, je ne maudirai plus la terre à cause de l'homme, car les conceptions du cœur de l'homme sont mauvaises dès son enfance; désormais, je ne frapperai plus tous les vivants, comme je l'ai fait. 22 Plus jamais, tant que durera la terre, semailles et récolte, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit, ne seront interrompus." Le talmud interprète (eruvin 65). Que ce sont les libations de vin qui ont séduit D, et qui lui on fait agréer les sacrifices de Noah. 

Que veut dire le talmud ?

Dans la tevah, Noah avait passé une année infernale à nourrir tous les animaux et sa famille, enfermé dans une boite minuscule. Le talmud dit qu’il était blessé et épuisé. Comme le dit Rashi « Que Noah Il est resté seul, tel est le sens littéral. Mais le Midrach (Beréchith raba 32 et Midrach tan‘houma 58, 9) explique le mot akh (« seulement ») comme voulant dire : « à cause de Noah ». Il gémissait et crachait du sang, à cause du mal qu’il se donnait pour s’occuper des animaux domestiques et des bêtes sauvages. Autre Midrach : il a un jour tardé à apporter au lion sa nourriture, et celui-ci l’a frappé. C’est à son sujet qu’il est écrit : « Voyez, même le juste est rétribué [pour ce qu’il a fait de mal] sur terre » (Michlei 11, 31). »

Lorsqu’il sort de l’arche, le monde est entièrement détruit, le monde est un gros tas de boue, il ne reste qu’un arbre debout. Noah a perdu toute sa famille, (a part sa femme et ses enfants), c'est-à-dire qu’il a perdu tous ses frères et sœur et ses parents. 

En comparaison Auschwitz c’est presque le club Med.

Normalement Noah aurait du haïr D, il aurait du haïr la vie. Les survivants de la Choa pouvaient décharger leur rancœur sur les nazis, mais le déluge, c’était une catastrophe naturelle, entièrement orchestrée par la main de D. 

La réaction naturelle de Noah aurait du être de maudire D.

Cependant Noah a quand même cherché à aimer la vie et a aimer D. pour cela il a eu besoin de l’aide d’une drogue, l’alcool.

La joie de Noah n’était pas spontanée elle ne pouvait pas l’être, elle était provoquée et artificielle. Mais plutôt que de sombrer dans la dépression et la haine, Noah a voulu retrouver un amour de D a travers une fiction embellie de la réalité. Comme le dit le talmud eruvin 65 « il s’est laisse séduire par son vin, cf. rashi ad hoc). Comme le dit encore un proverbe russe, « ce n’est pas ta maison qui est trop petite ou ta femme qui est trop grosse, c’est ton verre qui est vide !» 

On ne peut pas aimer quelqu’un si on le voit tel qu’il est réellement, on doit l’idéaliser pour l’aimer. Ceci est valable aussi pour D. Si on voit la nudité de D on ne peut pas l’aimer. Pour aimer D il faut l’idéaliser, il faut l’habiller, pour pouvoir l’imaginer plus beau qu’il n’est dans la réalité.

Le hidouch de la torah, c’est que D répond à ce regard idéalisant de l’homme. Si Noah arrive a imaginer, grâce a l’alcool, que D est bon, qu’il ne détruira plus jamais le monde, si il arrive a voir dans l’arc en ciel un signe de la clémence divine, alors en réponse, D se saoule aussi et il promet qu’il se comportera en fonction de cette vision idéale.

D montre son pénis, c'est-à-dire qu’il montre qu’il veut faire un avec la vision de l’homme, comme si voulait faire l’amour avec lui.

L’arc en ciel était un signe créé par l’imagination de Noah lorsqu’il était sous l’influence de l’alcool, mais puisque Noah a choisit de croire en la bonté de D, a travers ce signe, alors D répond a l’amour de Noah en lui disant que ce signe sera une alliance véridique pour l’éternité.

(Le message principal de la torah, c’est la foi en un D unique. L’enjeu de cette foi, c’est qu’elle implique de manière irrémédiable l’amour de D pour l’homme. Si D est unique, il ne peut pas être contre nous, puisque nous faisons nous même partie de D.)

Si D est unique, et donc en nous, notre comportement influence le comportement de D, puisque D ne peut que refléter la manière dont on le perçoit et dont on se perçoit soi même. 

Par contre, si on croit en une multitude de D, on admet de facto qu’il y a des forces qui nous sont antagonistes. 

Les hommes de la génération de la tour de Babel veulent construire une tour, pour s’opposer à D et se protéger des éléments naturels. Ils vivent dans une dynamique de morcèlement. Pour eux, il y a l’homme contre la nature, l’homme contre D, ils ne comprennent pas que l’homme fait partie de la nature, et qu’il fait un avec D.)

2- Le viol de Noah, et sa castration.

Dans la suite de la parasha Noah se saoule et il montre son sexe à ses enfants. Un de ses enfants, le plus jeune, viole Noah puis le castre.

Les versets disent « Ce sont là les trois fils de Noé par lesquels toute la terre fut peuplée. 20 Noé, d'abord cultivateur planta une vigne. 21 Il but de son vin et s'enivra, et il se mit à nu au milieu de sa tente. 22 Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et alla dehors l'annoncer à ses deux frères. 23 Sem et Japhet prirent la couverture, la déployèrent sur leurs épaules, et, marchant à reculons, couvrirent la nudité de leur père, mais ne la virent point, leur visage étant retourné. 24 Noé, réveillé de son ivresse, connut ce que lui avait fait son plus jeune fils et il dit : "Maudit soit Canaan! Qu'il soit l'esclave des esclaves de ses frères!" 26 Il ajouta: "Soit béni l'Éternel, divinité de Sem et que Canaan soit leur esclave, 27 que Dieu agrandisse Japhet! Qu'il réside dans les tentes de Sem et que Canaan soit leur esclave! 2 »

Rashi dit : 

Il vit la nudité de son père Certains disent qu’il l’a émasculé, d’autres qu’il l’a sodomisé (Sanhèdrin 70a).

Maudit soit Kenaan A cause de toi, je n’aurai pas un quatrième fils pour me servir. Maudit soit donc ton quatrième fils, et qu’il soit asservi aux descendants des aînés sur lesquels incombe désormais la charge de me servir ! (Beréchith raba 36, 7) Et pourquoi ‘Ham l’a-t-il émasculé ? Il a dit à ses frères : « Adam a eu deux fils, dont l’un a tué l’autre pour l’héritage du monde. Notre père a déjà trois fils, et il en voudrait encore un quatrième ? ! » (Beréchith raba 36, 5).

Rashi explique pourquoi Ham aurait eu intérêt à émasculer son père, mais il n’explique pas quel était l’intérêt pour Ham de sodomiser son père. Dans toute la bible, on retrouve beaucoup de perversion et d’acte abominable, mais on ne retrouve jamais un homme qui sodomise son père. Même dans l’underground newyorkais qui n’a rien à envier a Sodome ou gomor, je n’ai jamais entendu parler d’un fils qui sodomise son père, bien que le contraire soit malheureusement assez fréquent. Le comportement de Ham parait donc assez étonnant et nécessité une explication.

Il y a une contradiction dans le talmud en ce qui concerne la sodomie homosexuelle. (La sodomie hétéro, est envisagée différemment dans le talmud). Dans le traité de Nedarim (51) le talmud interprète le mot « toevah », utilisé par la torah pour qualifier la sodomie homosexuelle, comme « toeh atah bah », « tu te trompes dedans », ce qui semble indiquer qu’il n’y a pas de plaisir physique dans la sodomie, que ce n’est qu’un plaisir virtuel créé par l’esprit. Par contre, dans le traite de berahot 57 le talmud dit « il y a trois choses qui sont un condensé du monde futur, le chabath le soleil et la pénétration anale »

Si on met ensemble toutes les pièces du puzzle on arrive à la conclusion suivante. Tout plaisir est virtuel, pour tirer plaisir du monde il faut l’embellir par le fantasme et l’imagination. Comme nous l’avons vu, c’est ce que symbolise l’ivresse de Noah. 

Cependant les enfants de Noah sont conscients de la facticité du bonheur de Noah, ils comprennent que Noah est heureux par ce qu’il ne veut pas voir la nudité du monde. Noah invente un récit et il vit avec ce récit pour jouir du monde et donner un sens a sa vie. Mais les enfants comprenne que le message du père n’est qu’un récit, c’est une manière de voir la réalité, mais ce n’est pas la réalité elle même. Il y a un point aveugle que Noah cache. 

Noah ne peut pas voir le monde tel qu’il est dans la réalité de sa nudité. Lorsque l’enfant comprend que le message de son père est une vision partiale de la réalité. Lorsque l’enfant comprend que le père ne fait qu’interpréter le monde à travers une fiction ; une image fictive de lui même ou de la réalité. Alors, le fils a deux choix, soit il choisit couvrir la nudité du père, c'est-à-dire qu’il prolonge la fiction de son père, en s’identifiant au message de son père. C’est le chois de Chem et Yèfeth.

Il est intéressant de remarquer la construction du temple est vue comme le prolongement de l’action de Chem et Yèfeth qui voulaient couvrir la nudité du père, (rashi « Qu’Il réside dans la tentes de Chem Que Dieu fasse résider Sa chekhina (« présence divine ») en Israël. Nos sages ont expliqué : Il est vrai que Dieu a « agrandi Yèfeth », puisque c’est Cyrus, son descendant, qui a construit le deuxième Temple. La chekhina, cependant, n’y a pas résidé (Yomah 10a). Et où a-t-elle résidé ? Dans le premier Temple, construit par le roi Chelomo, descendant de Chem (Beréchith raba 36). »)

Chem et Yèfeth choisissent de rester fidele à la vision du père, bien qu’ils comprennent qu’elle n’est qu’un récit subjectif qui n’explique pas tout. 

Par opposition Ham choisit la sodomie, la sodomie c’est trouver une jouissance dans le fait de savoir que l’on se trompe ou que l’on se trompait dans le passé (toevah). Ham jouit par ce qu’il comprend que son père se trompait, qu’il ne voyait qu’une partie du réel, qu’il avait choisit un chemin alors qu’un autre chemin était possible. Ham jouit de cette remise en cause, mais elle n’aboutie a rien. 

Le monde futur c’est la jouissance que nous procure le fait de savoir que l’on se trompait. Cette jouissance est fécondante dans le monde futur, qui est le monde de la vérité, mais elle est castratrice dans ce monde.

Dans ce monde, lorsque l’homme prend conscience que la réalité objective lui échappe nécessairement, lorsque l’homme comprend que, comme son père il est condamne à se tromper, alors, il ne peut plus rien construire de positif. 

Le comportement de Ham est entièrement négatif, Ham sait que son père se trompe, il pense jouir de cette prise de conscience, mais cette jouissance est factice, car il comprend du même coup, que, lui non plus, il ne pourra jamais voir le réel tel qu’il est. 

Ham est un esclave, l’homme libre c’est celui qui choisit de croire en un rêve, c’est celui qui sait que sa foi transforme la réalité.


Les documents

Genèse debut

Ceci est l'histoire de Noé. Noé fut un homme juste, irréprochable, entre ses contemporains; il se conduisit selon Dieu. 10 Noé engendra trois fils: Sem, Cham et Japhet. 11

Noé, d'abord cultivateur planta une vigne. 21 Il but de son vin et s'enivra, et il se mit à nu au milieu de sa tente. 22 Cham, père de Canaan, vit la nudité de son père, et alla dehors l'annoncer à ses deux frères. 23 Sem et Japhet prirent la couverture, la déployèrent sur leurs épaules, et, marchant à reculons, couvrirent la nudité de leur père, mais ne la virent point, leur visage étant retourné. 24 Noé, réveillé de son ivresse, connut ce que lui avait fait son plus jeune fils, 25 et il dit : "Maudit soit Canaan! Qu'il soit l'esclave des esclaves de ses frères!" 26 Il ajouta: "Soit béni l'Éternel, divinité de Sem et que Canaan soit leur esclave, 27 que Dieu agrandisse Japhet! Qu'il réside dans les tentes de Sem et que Canaan soit leur esclave! 28 Noé vécut, après le Déluge, trois cent cinquante ans. 29 Toute la vie de Noé avait été de neuf cent cinquante ans lorsqu'il mourut.

Rashi

Il vit la nudité de son père Certains disent qu’il l’a émasculé, d’autres qu’il l’a sodomisé (Sanhèdrin 70a).

Chem et Yèfeth prirent (wayiqa‘h – littéralement : « et prit Chem et Yèfeth ») Il n’est pas écrit « prirent », mais « prit ». Cela pour apprendre que Chem a accomplit la mitswa avec plus d’empressement que Yèfeth. C’est pourquoi ses descendants mériteront un jour de porter [comme « couverture »] le talith avec ses tsitsith. Quant à ceux de Yèfeth, ils mériteront de recevoir une sépulture digne, ainsi qu’il est écrit : « Je donnerai à Gog un lieu de sépulture » (Ye‘hezqel 39, 11). En ce qui concerne ‘Ham, qui a déshonoré son père, il est écrit au sujet de sa descendance : « De même les captifs d’Egypte et les exilés de Kouch, jeunes et vieux, le roi d’Achour les emmènera dévêtus et déchaussés, découverts jusqu’au bas des reins... » (Yecha’ya 20, 4 – Beréchith raba 36, 6 et Midrach tan‘houma 58, 15).

Maudit soit Kena‘an A cause de toi, je n’aurai pas un quatrième fils pour me servir. Maudit soit donc ton quatrième fils, et qu’il soit asservi aux descendants des aînés sur lesquels incombe désormais la charge de me servir ! (Beréchith raba 36, 7) Et pourquoi ‘Ham l’a-t-il émasculé ? Il a dit à ses frères : « Adam a eu deux fils, dont l’un a tué l’autre pour l’héritage du monde. Notre père a déjà trois fils, et il en voudrait encore un quatrième ? ! » (Beréchith raba 36, 5).

béni soit Hachem, le Eloqim de Chem Qui accomplira Sa promesse envers ses descendants en leur donnant le pays de Kena‘an.

Et que Kena‘an soit leur serviteur Qu’il travaille pour eux et leur verse un tribut !

Que Eloqim agrandisse Yèfeth Traduction du Targoum » : « qu’Il donne largement de l’espace ! ».

Qu’Il réside dans la tentes de Chem Que Dieu fasse résider Sa chekhina (« présence divine ») en Israël. Nos sages ont expliqué : Il est vrai que Dieu a « agrandi Yèfeth », puisque c’est Cyrus, son descendant, qui a construit le deuxième Temple. La chekhina, cependant, n’y a pas résidé (Yoma 10a). Et où a-t-elle résidé ? Dans le premier Temple, construit par le roi Chelomo, descendant de Chem (Beréchith raba 36).

Et que Kena‘an soit leur serviteur Même après la dispersion des descendants de Chem, ceux de Kena‘an leur resteront asservis.

Talmud sanhedrin 70

And Noah awoke from his wine, and knew what his younger son had done unto him.41  [With respect to the last verse] Rab and Samuel [differ,] one maintaining that he castrated him, whilst the other says that he sexually abused him. He who maintains that he castrated him, [reasons thus;] Since he cursed him by his fourth son,42  he must have injured him with respect to a fourth son.43  But he who says that he sexually abused him, draws an analogy between 'and he saw' written twice. Here it is written, And Ham the father of Canaan saw the nakedness of his father; whilst elsewhere it is written, And when Shechem the son of Hamor saw her [he took her and lay with her and defiled her].44  Now, on the view that he emasculated him, it is right that he cursed him by his fourth son; but on the view that he abused him, why did he curse his fourth son; he should have cursed him himself? — Both indignities were perpetrated. (He both castrated and abused his father)

Cioran

Lorsqu'on n'a pas eu la chance d'avoir des parents alcooliques, il faut s'intoxiquer toute sa vie pour composer avec la lourde hérédité de leurs vertus.

Avodah zarah 5

Said Resh Lakish: Come let us render gratitude to our forebears,8  for had they not sinned, we should not have come to the world, as it is said: I said ye are gods and all of you sons of the Most High; now that you have spoilt your deeds, ye shall indeed die like mortals etc.9  Are we to understand that if the Israelites had not committed that sin they would not have propagated? Had it not been said, And you, be ye fruitful and multiply?10  — That refers to those who lived up to the times of Sinai. But of those at Sinai, too, it is said, Go say to them, Return ye to your tents11  which means to the joy of family life?12  And is it not also said, that it might be well with them and with their children?13  — It means to those of their children who stood at Sinai. But did not Resh Lakish [himself] say. What is the meaning of the verse This is the book of the generations of Adam?14  Did Adam have a book? What it implies is that the Holy One, blessed be He, showed to Adam every [coming] generation with its expositors, every generation with its sages, every generation with its leaders; when he reached the generation of R. Akiba15  he rejoiced at his teaching, but was grieved about his death, and said, How precious are Thy thoughts unto me, O God!16  Also, what of the teaching of R. Jose:17  The Son of David will only come when all the souls destined to [inhabit earthly] bodies will be exhausted, as it is said, For I will not contend for ever, neither will I be always wroth, for the spirit should fall before me and the spirits which I have made?18  — Do not take Resh Lakish's saying to mean that [if our ancestor had not sinned] we should not have come to the world, but that [they would have become immortal and] we should have been [disregarded] as if we had never come to the world. Does that mean then that if they had not sinned, they would have been immune from death? But there are written [in the Torah] the chapter about the widow of a man dying without issue, and the chapter about inheritances!19  — These were written conditionally. But are conditional passages written [in the Torah]? — Certainly; for R. Simeon b. Lakish said:20  What is the meaning of the verse, And it was evening and it was morning the sixth day?21  It teaches us that the Holy One, blessed be He, made a condition with all creation, saying, If Israel will accept the Torah all will be well, but if not, I will turn the world void and without form.

The following objection was then raised: 'The verse, O that they had such a heart as this alway that it may be well with them and their children22  cannot obviously refer to the abolition of the angel of death, since the decree [of death] had already been made?23  It means therefore that the effect of Israel's acceptance of the Torah would be that no nation or tongue could prevail against them, as it is said, that it might be well with them and their children after them'?24  He [Resh Lakish] may be of the same opinion as the following Tanna, for it is taught: R. Jose said, The Israelites accepted the Torah only so that the Angel of Death should have no dominion over them, as it is said: I said ye are gods [i.e., immortals] and all of you children of the Most High, now that you have spoilt your deeds, ye shall indeed die like mortals.25  But against R. Jose, too, [it may be argued] that the verse that it may be well with them and their children for ever holds out the promise of well-being but not of deathlessness? — R. Jose may reply: The abolition of death is surely as desirable a kind of well-being as you might wish for. Then how does the first Tanna26  explain the phrase: Ye shall indeed die? — What may be meant here by dying is to become impoverished27  for a Master has said:28  Four [kinds of persons] may be regarded as dead, they are: the poor, the blind, the leprous, and the childless; the poor, for it is said, for all the men are dead which sought thy life29  — now these 'men' were Dathan and Abiram, and they surely were not then dead, they only became reduced in their material circumstances; the blind, as it is said: He hath made me to dwell in darkness, as those that have been long dead;30  the leprous, as it is said, Let her not, I pray thee, be as one who is dead;31  the childless, as it is said, Give me children, or else I die.32

Noé érigea un autel à l'Éternel; il prit de tous les quadrupèdes purs, de tous les oiseaux purs, et les offrit en holocauste sur l'autel. 21 L'Éternel aspira la délectable odeur, et il dit en lui-même: "Désormais, je ne maudirai plus la terre à cause de l'homme, car les conceptions du cœur de l'homme sont mauvaises dès son enfance; désormais, je ne frapperai plus tous les vivants, comme je l'ai fait. 22 Plus jamais, tant que durera la terre, semailles et récolte, froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit, ne seront interrompus."

Dieu ajouta: "Ceci est le signe de l'alliance que j'établis, pour une durée perpétuelle, entre moi et vous, et tous les êtres animés qui sont avec vous. 13 J'ai placé mon arc dans la nue et il deviendra un signe d'alliance entre moi et la terre. 14 A l'avenir, lorsque j'amoncellerai des nuages sur la terre et que l'arc apparaîtra dans la nue, 15 je me souviendrai de mon alliance avec vous et tous les êtres animés et les eaux ne deviendront plus un déluge, anéantissant toute chair. 16 L'arc étant dans les nuages, je le regarderai et me rappellerai le pacte perpétuel de Dieu avec toutes les créatures vivantes qui sont sur la terre. 17 Dieu dit à Noé: "C'est là le signe de l'alliance que j'ai établie entre moi et toutes les créatures de la terre."

Sanhedrin 65

R. Hanina observed: He who allows himself to be pacified when lie is taking wine possesses some of the characteristics of his Creator, for it is said in Scripture: And the Lord smelled the sweet savour; 48 and . . . said . . . ‘I will not again curse the ground any more for man's sake’. ((49) Gen. VIII, 21, which shows that the Creator allowed himself to be pacified when enjoying, so to speak, a ‘sweet savour’ (cf. prev. n.)

Haguigah 16a

WHOSOEVER TAKES NO THOUGHT FOR THE HONOUR OF HIS MAKER, IT WERE A MERCY IF HE HAD NOT COME INTO THE WORLD. What does this mean? R. Abba said: It refers to one who looks at the rainbow. R. Joseph said: It refers to one who commits transgression in secret. ‘One who looks at a rainbow’, for it is written: As the appearance of the bow that is in the cloud in the day, so was the appearance of the brightness round about. This was the appearance of the likeness of the glory of the Lord.

Sanhdrin 92

R. Eleazar also said: Whoever gazes upon one's shame,  his virility shall be emptied,( he will lose the power to beget children). for it is written, Shame shall empty thy bow [i.e., strength]. (Ton arc se montre nu, tes serments sont des traits lancés par ton verbe, Sélah! La terre, s'ouvrant, livre passage à des fleuves.)

Nedarim 51

Ben Eleasa, a very wealthy man, was Rabbi's son-in-law, and he was invited to the wedding of R. Simeon b. Rabbi. [At the wedding] Bar Kappara asked Rabbi, What is meant by to'ebah?3  Now, every explanation offered by Rabbi was refuted by him, so he said to him, 'Explain it yourself.' He replied. 'Let your housewife come and fill me a cup.' She came and did so, upon which he said to Rabbi, 'Arise, and dance for me, that I may tell it to you.' Thus saith the Divine Law, 'to'ebah' (referring to unnatural vice.) : to'eh attah bah. (by forsaking the permitted and indulging in the forbidden) At his second cup he asked him, 'What is meant by tebel?'5  He replied in the same manner as before, [until] he remarked, 'Do [something] for me, and I will tell you.' On his complying, he said 'tebel hu' means: Is there tablin [perfume] in it [the animal]? Is intimacy therewith sweeter than all other intimacies?6  Then he further questioned, 'And what is meant by zimmah?'' (Referring to incest with a wife's daughter). Do as before, [and I will tell you.'] When he did so, he said, 'zimmah' means zu mah hi' (.through promiscuous intercourse the parentage is unknown, and thus a father might marry his daughter.)8  Now, Ben Eleasa could not endure all this, so he and his wife left.

©2018 by Uriel Aviges.