©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Emor 5774

Dans ce cours nous parlons de la signification du compte du Omer. Par le compte, l'homme cree un espace, chaque jour est separe du jours precedent par le compte. La vie se distingue de l'éternité par la sensation du passage du temps, chaque jour efface le precedent. Pour construire sa vie il faut creer une discontinuité un oubli. Pour se rappeler il faut d'abord oublier. Le compte c'est oublier pour se rappeler. Pendant la periode du Omer l'homme aménage le vide de l'espace profane qui permet dans un deuxième temps de recevoir la torah.

La parasha de la semaine nous parle de la mitsvah de compter « le Omer ». Les versets disent « Puis, vous compterez chacun, depuis le lendemain du chabath, depuis le jour où vous aurez offert l'Omer du balancement, sept semaines, qui doivent être entières; 16 vous compterez jusqu'au lendemain de la septième semaine, soit cinquante jours, et vous offrirez à l'Éternel une oblation nouvelle. 17 De vos habitations, vous apporterez deux pains destinés au balancement, qui seront faits de deux dixièmes de farine fine et cuits à pâte levée: ce seront des prémices pour l'Éternel. 18 Vous offrirez, avec ces pains, sept agneaux sans défaut, âgés d'un an, un jeune taureau et deux béliers; ils formeront un holocauste pour le Seigneur, avec leurs oblations et leurs libations, sacrifice d'une odeur agréable à l'Éternel. »

Dans la Mishna Edouioth (chapitre 2) rabbi Yohanan ben Nouri associe étrangement la période de l’Omer au temps que les mécréants doivent passer en enfer avant d’aller au paradis. La Mishna dit « rabbi Yohanan ben Nouri dit : « les coupables restent en enfer 49 jours correspondants à la période entre pessah et chavouot, comme le dit le verset «, à chaque sabbat, (littéralement de la période du chabath à son chabath) toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l'Eternel », quel est le chabath qui est suivit de son chabath ? C’est pessah qui est suivi par chavouot ».

Techniquement, la déduction de la Mishna fonctionne de la manière suivante. Le jour de pessah est appelle chabath dans la torah, le verset dit « et vous compterez à partir du lendemain du chabath ». En général, les jours de fête ne sont pas appelle chabath, ils sont appelle « moed », « rendez vous ». Car pour fixer un rendez-vous il faut que les deux personnes qui veulent se rencontrer soient d’accord sur la date fixée.

La date des fêtes ne dépend pas uniquement de la volonté divine, puisque les juifs peuvent altérer les dates du calendrier en rajoutant un mois à l’année, ou en rajoutant un jour au mois, le chabath par contre est fixé par D, et les juifs n’ont pas la possibilité d’adapter la date du chabath.

Le soir de pessah D a décidé de faire sortir les juifs d’Égypte, cette décision a été prise sans l’accord des juifs, ils ont du sortir dans l’empressement sans avoir la possibilité de s’attarder une minute de plus. C’est pour cette raison que la fête de pessah est appelée chabath. La nuit de pessah est appelée chabath, par ce qu’elle était choisie unilatéralement par D sans la consultation des enfants d’Israël. 

A chavouot lorsque D a donné la torah, les juifs avaient la possibilité de changer la date de ce rendez vous, le talmud dit que « Moshé a rajouté un jour », c'est-à-dire qu’en réalité, la torah n’a pas été donnée à chavouot mais le lendemain de chavouot.

Pourtant, en Israël on ne fête que le premier jour de chavouot, pourquoi ? Par ce que le but du compte du Omer c’est de transformer le statut de la fête de chavouot, le compte du Omer doit transformer le « rendez vous de chavouot », en jour de chabath. Le compte de l’Omer oblige les juifs à fixer la date de la fête 49 jours après la date fixée par D pour la sortie d’Égypte. Cette obligation fige la date de chavouot indépendamment de la volonté du peuple. Chavouot a été historiquement « un moed », un rendez vous, mais il doit être transformé par le travail des juifs en « un chabath ». (Maimonide, tosafoth Yom Tov, commentaire de la Mishna citée)

C’est pour cette raison que chavouot est appelée « le chabath de pessah ». Le verset d’Isaïe, appelle donc la période de pessah à chavouot « la période d’un chabath à son chabath ». Isaïe explique que cette période est la période ou les juifs peuvent monter de niveau spirituellement, et que, pour cette raison, il devra punir en enfer ceux qui ne monteront pas spirituellement durant cette période.

 C’est ainsi que la Mishna interprète les versets suivants « Oui! Comme ces cieux nouveaux et comme cette terre nouvelle que je ferai naître dureront devant moi, dit l'Eternel, ainsi subsisteront votre race et votre nom. 23 Et il arrivera constamment, à chaque néoménie, à chaque sabbat, que toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l'Eternel. 24 Et on sortira pour contempler les cadavres de ces hommes qui se révoltèrent contre moi, car le ver qui les ronge ne mourra point, ni le feu qui les consume ne s'éteindra; et ils seront ainsi un objet d'horreur pour toute créature. »

Maimonide explique que de la même manière que les juifs devaient se purifier avant de recevoir la torah en sortant d’Égypte, ainsi, l’homme doit se purifier spirituellement durant cette période, et celui qui ne se purifie pas devra être purifié après sa mort en enfer.

Il y a lieu de s’interroger sur la nature de cette purification.

Le talmud dans le traité de Chabath page 32, raconte l’histoire connue de rabbi Chimon bar Yohai, qui doit se cacher dans une grotte enterrée dans les sables, pendant 12 ans avec son fils.

Je cite le texte traduit en anglais: « Now, why he [R. Judah son of R. Ila’i] is called the first speaker on all occasions? — For R. Judah, R. Jose, and R. Simeon were sitting, and Judah, a son of proselytes, was sitting near them. R. Judah commenced [the discussion] by observing, 'How fine are the works of this people! 15 They have made streets, they have built bridges, and they have erected baths.' R. Jose was silent. R. Simeon b. Yohai answered and said, 'All that they made they made for themselves; they built market-places, to set harlots in them; baths, to rejuvenate themselves; bridges, to levy tolls for them.' Now, Judah the son of proselytes went and related their talk, 16 which reached17 the government. They decreed: Judah, who exalted [us], shall be exalted, 18 Jose, who was silent, shall be exiled to Sepphoris; 19 Simeon, who censured, let him be executed.

He and his son went and hid themselves in the Beth Hamidrash, [and] his wife brought him bread and a mug of water and they dined.20 [But] when the decree became more severe he said to his son, Women are of unstable temperament: she21 may be put to the torture and expose us.’22 So they went and hid in a cave. A miracle occurred and a carob-tree and water well were created for them. They would strip their garments and sit up to their necks in sand. The whole day they studied; when it was time for prayers they robed, covered themselves, prayed, and then put off their garments again, so that they should not wear out. Thus they dwelt twelve years in the cave.23 Then Elijah came and stood at the entrance to the cave and exclaimed, Who will inform the son of Yohai that the emperor is dead and his decree annulled?24 So they emerged. Seeing a man ploughing and sowing, they exclaimed, 'They forsake life eternal and engage in life temporal!' Whatever they cast their eyes upon was immediately burnt up. Thereupon a Heavenly Echo came forth and cried out, 'have ye emerged to destroy my world: Return to your cave!'25 So they returned and dwelt there twelve months, saying, 'The punishment26 of the wicked in Gehenna is [limited to] twelve months.'27 A Heavenly Echo then came forth and said, 'Go forth from your cave!' Thus.’ they issued: wherever R. Eleazar wounded 28 R. Simeon healed. Said he to him, 'My son! You and I are sufficient for the world.’29 on the eve of the Sabbath before sunset they saw an old man holding two bundles of myrtle and running at twilight. What are these for?' they asked him. 'They are in honour of the Sabbath,' he replied.30 ‘but one should suffice you'? — One is for 'Remember-' and one for ‘Observe.’31 Said he to his son, 'See how precious are the commandments to Israel.' Thereat their minds were tranquilized. »

Lorsqu’il sort de la grotte, rabbi Chimon détruit tout sur son passage, en brulant le monde par son regard. D lui dit de retourner dans la grotte enterrée dans le sable pendant 12 mois, correspondant au jugement des coupables en enfer. Lorsque rabbi Chimon sort de la grotte il ne détruit plus rien, il guérit ceux que son fils tue. Ensuite le talmud raconte qu’il rencontre un juif qui coure chez lui avant chabath avec deux tiges de myrtes, et le juif lui explique que les deux tiges correspondent à deux commandements relatif au chabath « garde le jour du chabath », et « souviens-toi du jour du chabath » en entendant cela rabbi Chimon et son fils se calment et ils arrêtent de détruire le monde.

Il est difficile de comprendre pourquoi le talmud dit que rabbi Chimon bar Yohai devait retourner dans la grotte pendant 12 mois correspondant au jugement des coupables dans l’enfer. De quoi rabbi Chimon bar Yohai est il coupable pour qu’il doive être jugé par l’enfer dans ce monde ? 

Le talmud dit ailleurs tous les juifs ont une part dans le monde futur, dans le gan éden. Ce qui veut dire que n’importe quel juif a fait assez de bien dans sa vie pour avoir donne un sens positif à sa vie. N’importe quel juif a donné au moins une foi de la tsedakah, ou a fait au moins une fois une prière, chaque juif a eu, a un moment donnée, un impacte positif sur le monde, il est donc garantie de recevoir une part dans le monde futur. Cependant, la plus part des juifs doivent passer par l’enfer, le jugement de l’enfer, n’est pas un jugement sur le bien que l’on a fait, ou que l’on n’a pas fait, c’est le jugement sur ce que l’on a fait lorsque l’on ne faisait pas du bien. Qu’est ce que l’on a fait dans les espaces vides où notre vie n’avait pas signification ?

Avant de naitre et après sa mort, l’homme évolue dans l’éternité. Dans l’éternité le temps ne passe pas. Il n’y a pas d’espace entre des moments plein, dans l’éternité le temps est un bloc compact. On dit qu’avant sa mort l’homme revoit sa vie comme faisant bloc en un seul instant, en fait l’homme vit éternellement dans cet instant après sa mort. Compter les jours c’est créer un espace, c’est oublier pour se rappeler. 

Pendant la vie le temps passe, chaque jours efface le précédent, l’oublie permet de créer l’espace, le vide de la vie.

Le compte du Omer c’est prendre conscience du passage du temps, prendre conscience du vide que la vie crée par l’oubli. Compter c’est oublier pour se rappeler, c'est-à-dire vivre.

Lorsque la torah dit « souvient toi du jour du chabath », elle implique le fait qu’on l’a oublié, car on ne peut se rappeler que de ce que l’on a oublié, pourtant, lorsqu’elle dit, « garde le jour du chabath », elle part du principe que l’on a gardé la conscience du chabath et qu’on ne l’a jamais oublié. Garder, c’est le contraire de se souvenir.

Pour se rappeler et pour garder, il faut d’abord oublier. Le cerveau de l’homme fonctionne en faisant des associations, mais pour faire ses associations créatives, il fait d’abord oublier la conscience de présent continu.

Le jugement de l’enfer c’est le jugement sur le vide que l’on a créé dans notre vie. Est ce que ce vide était en harmonie avec les moments positifs de notre vie ?, ou bien est ce que ce vide était en rupture avec les moments positifs de notre vie ? 

Toute l’histoire de rabbi Chimon bar Yohai repose sur la difficulté de son rapport au profane. Le rav Yehudah fait l’éloge des bains des marchés et des ponts, alors que rabbi Chimon bar Yohai, pense que ces choses sont futiles et impures, « ils ont fait des marchés pour y mettre des prostituées », ce qui donnerait aujourd’hui, « ils ont fait internet pour y diffuser du porno ».

Rabi Chimon bar Yohai, ne supporte pas la vue de gens qui travaillent, pour lui la vie doit être consacrée uniquement à l’étude. Il ne voit pas le sens du vide, il ne comprend pas le profane entre les moments de sainteté spirituelle.

C’est pour cette raison que D lui demande de retourner dans la grotte pour comprendre ce qu’est le jugement des coupables dans l’enfer, pour qu’il comprenne que l’essence même de la vie terrestre c’est la création du vide et de l’oubli.

A la fin de l’histoire après avoir passé 12 mois supplémentaires dans la grotte, Il comprend que l’on ne peut sanctifier le chabath que si on l’a oublié, il ne peut y avoir du saint que s’il y a du profane. C’est pour cette raison qu’à la fin de l’histoire, rabbi Chimon dit que Jacob a construit des marchés et des bains dans la ville de chehem, à ce moment, il comprend finalement le sens du profane.

Rabi Chimon sort de la grotte où il est enterré dans le sable (sol=hol=profane), il doit comprendre l’importance de l’espace, des routes et des ponts, à la fin de l’histoire, on décrit rabbi Chimon en train de prendre un bain avec son gendre rabbi pinhas ben yahir.

Rabi Chimon prend conscience du temps qu’il faut laisser passer pour que la pate fermente et qu’elle devient pain. Le passage des temps vides nécessaires pour que l’espace existe dans la pate. A chavouot la torah demande d’apporter des pains levés en offrande à D. La fermentation c’est la pourriture, c’est la mort. Mais la vie ne peut exister que par cette pourriture, par la sensation du passage du temps.

Le compte de l’Omer est apparenté par le gaon de Vilnah à la période de sept jours que la femme nida doit compter avant d’être permise à son mari. D’autre part, la période de l’Omer est apparentée à l’épisode de la femme sotah, la femme soupçonnée d’avoir trompe son mari. Le sacrifice qui est apporté au début du compte du Omer, le lendemain de pessah, est le même que celui de la femme soupçonnée d’adultère devait apporter au temple avant de boire l’eau ou le nom de D avait été effacé.

La femme doit créer un espace entre elle est son mari, c’est le sens des sept jours de la nida. Par contre, l’histoire de la sotah c’est l’histoire de l’inavouable, lorsqu’on étudie ce passage de la torah on se rend compte, qu’il importe peu de savoir si la femme a trompé ou non son mari, ce qui est important, c’est qu’elle s’est cachée, qu’elle a crée une zone d’ombre inavouable, en rupture avec la relation qu’elle avait avec son mari. La femme d’un homme aveugle ne peut pas être sujette au passage de la sotah, par ce qu’elle n’a pas eu besoin de se cacher pour le tromper. La sotah c’est la femme qui se cache et qui crée un moment de rupture dans la relation qu’elle a avec son mari.

La période de l’Omer est associée au compte de la nida et au passage de la sotah. Car le don de la torah est considéré comme un mariage avec la torah. Pendant l’Omer l’homme doit créer l’espace qui va lui permettre de vivre avec la torah, il est jugé sur ses loisirs. Il faut que le profane existe pour que le saint puisse advenir. C’est pour cela, que le compte de l’Omer est associé au compte de la femme nida, créant un espace entre elle et son mari, pour ensuite pouvoir vivre avec lui.

Cependant, il ne faut pas que cette espace soit un endroit caché inavouable, en rupture avec la sainteté, c’est pour cela que le compte du Omer est aussi associé au cas de la femme qui s’est cachée de son mari, la sotah, car elle symbolise l’espace qu’il faut éviter et réduire au maximum.

De manière générale le chiffre sept symbolise la création d’un espace et d’une rupture dans la continuité. La fête de pessah est associée au tefillin du bras, (le bras étendu), c’est pour cette raison que l’on met un zeroah sur le plateau du seder, le bras est liée au cœur et aux émotions. La fête de chavouot est associée au tefillin de la tête, car c’est le moment ou l’on peut voir la face de D, symbolisée par les tefillin de la tête. 

Entre les deux, il y a les sept tours qu’il faut faire autour du bras, qui symbolisent le compte de l’Omer. Entre ce que l’on ressent ce que l’on pense, ce que l’on dit, il faut créer un espace, mais cette espace ne doit pas être une rupture complète, il est l’oubli nécessaire au souvenir. 


Les documents

משנה מסכת עדויות פרק ב משנה י

[י] אף הוא היה אומר חמשה דברים של שנים עשר חדש משפט דור המבול שנים עשר חדש משפט איוב שנים עשר חדש משפט המצריים שנים עשר חדש משפט גוג ומגוג לעתיד לבא שנים עשר חדש משפט רשעים בגיהנם שנים עשר חדש שנאמר (ישעיה י"ט /סו/) והיה מדי חדש בחדשו רבי יוחנן בן נורי אומר מן הפסח ועד העצרת שנאמר ומדי שבת בשבתו:

MISHNAH10. ALSO HE USED TO SAY: THERE ARE FIVE THINGS OF [THE DURATION OF] TWELVE MONTHS: THE JUDGMENT OF THE GENERATION OF THE FLOOD [CONTINUED] TWELVE MONTHS;68 THE JUDGMENT OF JOB [CONTINUED] TWELVE MONTHS;69 THE JUDGMENT OF THE EGYPTIANS [CON TINUED] TWELVE MONTHS;70THE JUDGMENT OF GOG AND MAGOG71 IN THE TIME TO COME [WILL CONTINUE]TWELVE MONTHS;72 THE JUDGMENT OF THE UNGODLY IN GEHENNA [CONTINUES] TWELVE MONTHS, FOR IT IS SAID, AND IT WILL BE FROM ONE MONTH UNTIL ITS[SAME] MONTH.73 R. JOHANAN B. NURI SAYS: [AS LONG AS] FROM PASSOVER TOPENTECOST,74 FOR IT IS SAID, AND FROM ONE SABBATH75 UNTIL ITS [NEXT]SABBATH.

ישעיהו פרק סו

כב) כִּי כַאֲשֶׁר הַשָּׁמַיִם הַחֲדָשִׁים וְהָאָרֶץ הַחֲדָשָׁה אֲשֶׁר אֲנִי עֹשֶׂה עֹמְדִים לְפָנַי נְאֻם יְקֹוָק כֵּן יַעֲמֹד זַרְעֲכֶם וְשִׁמְכֶם:(כג) וְהָיָה מִדֵּי חֹדֶשׁ בְּחָדְשׁוֹ וּמִדֵּי שַׁבָּת בְּשַׁבַּתּוֹ יָבוֹא כָל בָּשָׂר לְהִשְׁתַּחֲוֹת לְפָנַי אָמַר יְקֹוָק:(כד) וְיָצְאוּ וְרָאוּ בְּפִגְרֵי הָאֲנָשִׁים הַפֹּשְׁעִים בִּי כִּי תוֹלַעְתָּם לֹא תָמוּת וְאִשָּׁם לֹא תִכְבֶּה וְהָיוּ דֵרָאוֹן לְכָל בָּשָׂר:

Oui! Comme ces cieux nouveaux et comme cette terre nouvelle que je ferai naître dureront devant moi, dit l'Eternel, ainsi subsisteront votre race et votre nom. 23 Et il arrivera constamment, à chaque néoménie, à chaque sabbat, que toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l'Eternel. 24 Et on sortira pour contempler les cadavres de ces hommes qui se révoltèrent contre moi, car le ver qui les ronge ne mourra point, ni le feu qui les consume ne s'éteindra; et ils seront ainsi un objet d'horreur pour toute créature.

תוספות יום טוב מסכת עדויות פרק ב משנה י

שנאמר ומדי שבת בשבתו - פירש הר"ב כלומר לאחר שיהיו בגיהנם כל כך ימים כמו שיש מיום ראשון של פסח וכו' עד עצרת וכו' והאי דקאמר בשבתו מפני שי"ט של עצרת תלוי בי"ט של פסח. משא"כ בשאר מועדים שאינן תלויים זה בזה. הראב"ד. וכן פירש הרמב"ם.

Le rav ovadiah de bartinorah a explique,  « c'est-à-dire, apres qu’ils soient restes en enfer le nombre de jour qu’il y a entre le premier jour de pessah jusqu'à shvouot, » et la raison pour laquelle on appelle chavouot chabat, c’est par ce que le jour de chabouot depend completement du premier jour de pessah, alors que les autres fetes dependent d’elles même et elles ne sont pas liees l’une a l’autre. raavad, et c’est aussi l’avis de maimonide.

Vaykrah 23

L'Éternel parla ainsi à Moïse: 10 "Parle aux enfants d'Israël et dis-leur: quand vous serez arrivés dans le pays que je vous accorde, et que vous y ferez la moisson, vous apporterez un ômer des prémices de votre moisson au pontife, 11 lequel balancera cet ômer devant le Seigneur, pour vous le rendre propice; c'est le lendemain de chabat que le pontife le balancera.

ילקוט שמעוני תורה פרשת בראשית רמז טז

ברכו במן שכל ימות השבוע עומר אחד ובערב שבת שני עומרים וקדשו במן שלא ירד בו כל עיקר,

Il l’a beni avec la mane, par ce que tout les jours e la semaine il y avait un omer et le chabath 2, et il l’a sanctifie par la mane car il n’y avait pas de man qui tombait le chabat

תלמוד בבלי מסכת שבת דף לג עמוד ב

ואמאי קרו ליה ראש המדברים בכל מקום? דיתבי רבי יהודה ורבי יוסי ורבי שמעון, ויתיב יהודה בן גרים גבייהו. פתח רבי יהודה ואמר: כמה נאים מעשיהן של אומה זו: תקנו שווקים, תקנו גשרים, תקנו מרחצאות. רבי יוסי שתק. נענה רבי שמעון בן יוחאי ואמר: כל מה שתקנו - לא תקנו אלא לצורך עצמן, תקנו שווקין - להושיב בהן זונות, מרחצאות - לעדן בהן עצמן, גשרים - ליטול מהן מכס. הלך יהודה בן גרים וסיפר דבריהם, ונשמעו למלכות. אמרו: יהודה שעילה - יתעלה, יוסי ששתק - יגלה לציפורי, שמעון שגינה - יהרג.

אזל הוא ובריה טשו בי מדרשא. כל יומא הוה מייתי להו דביתהו ריפתא וכוזא דמיא וכרכי. כי תקיף גזירתא, אמר ליה לבריה: נשים דעתן קלה עליהן, דילמא מצערי לה ומגליא לן. אזלו טשו במערתא. איתרחיש ניסא איברי להו חרובא ועינא דמיא. והוו משלחי מנייהו, והוו יתבי עד צוארייהו בחלא, כולי יומא גרסי, בעידן צלויי לבשו מיכסו ומצלו, והדר משלחי מנייהו כי היכי דלא ליבלו. איתבו תריסר שני במערתא. אתא אליהו וקם אפיתחא דמערתא, אמר: מאן לודעיה לבר יוחי דמית קיסר ובטיל גזרתיה? נפקו. חזו אינשי דקא כרבי וזרעי, אמר: מניחין חיי עולם ועוסקין בחיי שעה! כל מקום שנותנין עיניהן - מיד נשרף. יצתה בת קול ואמרה להם: להחריב עולמי יצאתם? חיזרו למערתכם! הדור אזול. איתיבו תריסר ירחי שתא. אמרי: משפט רשעים בגיהנם - שנים עשר חדש. יצתה בת קול ואמרה: צאו ממערתכם! נפקו, כל היכא דהוה מחי רבי אלעזר - הוה מסי רבי שמעון. אמר לו: בני, די לעולם אני ואתה. בהדי פניא דמעלי שבתא חזו ההוא סבא דהוה נקיט תרי מדאני אסא, ורהיט בין השמשות. אמרו ליה: הני למה לך? - אמר להו: לכבוד שבת. - ותיסגי לך בחד? - חד כנגד זכור, וחד כנגד שמור. - אמר ליה לבריה: חזי כמה חביבין מצות על ישראל! יתיב דעתייהו.

Now, why is he [R. Judah son of R. Ila'i] called the first speaker on all occasions? — For R. Judah, R. Jose, and R. Simeon were sitting, and Judah, a son of proselytes, was sitting near them. R. Judah commenced [the discussion] by observing, 'How fine are the works of this people!15  They have made streets, they have built bridges, they have erected baths.' R. Jose was silent. R. Simeon b. Yohai answered and said, 'All that they made they made for themselves; they built market-places, to set harlots in them; baths, to rejuvenate themselves; bridges, to levy tolls for them.' Now, Judah the son of proselytes went and related their talk,16  which reached17  the government. They decreed: Judah, who exalted [us], shall be exalted,18  Jose, who was silent, shall be exiled to Sepphoris;19  Simeon, who censured, let him be executed.

He and his son went and hid themselves in the Beth Hamidrash, [and] his wife brought him bread and a mug of water and they dined.20  [But] when the decree became more severe he said to his son, Women are of unstable temperament: she21  may be put to the torture and expose us.'22  So they went and hid in a cave. A miracle occurred and a carob-tree and a water well were created for them. They would strip their garments and sit up to their necks in sand. The whole day they studied; when it was time for prayers they robed, covered themselves, prayed, and then put off their garments again, so that they should not wear out. Thus they dwelt twelve years in the cave.23  Then Elijah came and stood at the entrance to the cave and exclaimed, Who will inform the son of Yohai that the emperor is dead and his decree annulled?24  So they emerged. Seeing a man ploughing and sowing, they exclaimed, 'They forsake life eternal and engage in life temporal!' Whatever they cast their eyes upon was immediately burnt up. Thereupon a Heavenly Echo came forth and cried out, 'Have ye emerged to destroy My world: Return to your cave!'25  So they returned and dwelt there twelve months, saying, 'The punishment26  of the wicked in Gehenna is [limited to] twelve months.'27  A Heavenly Echo then came forth and said, 'Go forth from your cave!' Thus.'; they issued: wherever R. Eleazar wounded,28  R. Simeon healed. Said he to him, 'My son! You and I are sufficient for the world.'29  On the eve of the Sabbath before sunset they saw an old man holding two bundles of myrtle and running at twilight. What are these for?' they asked him. 'They are in honour of the Sabbath,' he replied.30  'But one should suffice you'? — One is for 'Remember-' and one for 'Observe.'31  Said he to his son, 'See how precious are the commandments to Israel.' Thereat their minds were tranquilized.

Sotah 15b

R. Meir say: She fed him with the dainties of the world; therefore her offering is animal's fodder.1  Then said he to him, You may be right about a rich woman, but what of a poor woman! But [the reason is], As her actions were the action of an animal, so her offering [consisted of] animal's fodder.

Yebamot 62b

It was said that R. Akiba had twelve thousand pairs of disciples, from Gabbatha21  to Antipatris;22  and all of them died at the same time because they did not treat each other with respect. The world remained desolate23  until R. Akiba came to our Masters in the South and taught the Torah to them. These were R. Meir, R. Judah, R. Jose, R. Simeon and R. Eleazar b. Shammua; and it was they who revived the Torah at that time. A Tanna taught: All of them24  died between Passover and Pentecost.