• Rav Uriel Aviges

10 Tevet 5771


Le jeûne du 10 Tevet est le seul jeûne que l’on ne repousse pas quand il tombe un vendredi. Le rav Aboudaraham (un auteur du 14ème siècle) va jusqu'à dire que même si le 10 Tevet tombait un chabath on devrait jeuner le jour du chabath. Il y a deux raisons pour les quelles on ne repousse pas le jeune du 10 Tevet. La première raison est le que la date du jour du jeune a été donnée spécifiquement au prophète Ezekiel. En effet la bible (Ezekiel 24) dit : « Dans la neuvième année, le dixième jour du dixième mois, la parole de l'Eternel me fut adressée en ces termes: 2 "Fils de l'homme, note-toi le nom de ce jour, du jour même où nous sommes: le roi de Babylone prend le contact de Jérusalem aujourd'hui même ». Dans ce texte D dit au prophète d’inscrire le jour du 10 Tevet comme étant le jour ou le siège de Jérusalem a commencé.

(Cette prophétie concernant la date exacte du 10 Tevet avait pour but de prouver aux yeux du peuple qu’Ezekiel était un prophète véridique, puisque Ezekiel habitait en Babylone et il ne pouvait pas savoir le jour même, la date exacte du début du siège. Quand Ezekiel a annoncé cette date au peuple de Babylone le jour même, et qu’il a ensuite était prouvé qu’il disait la vérité, il devenait évident qu’Ezekiel était un vrai prophète. C’est le sens du dernier verset du chapitre qui dit «Ce jour-là, ta bouche s'ouvrira avec celle du fuyard, tu parleras et ne seras plus réduit au mutisme; tu leur serviras de symbole, et ils sauront que je suis l'Eternel. »)

La deuxième raison pour laquelle on ne repousse pas le jeûne du 10 Tevet c’est par ce qu’il ne commémore pas une punition ou un malheur de l’histoire d’Israël. En général on repousse toujours les jeûnes qui commémorent un événement douloureux de l’histoire d’Israël lorsqu’ils tombent un vendredi ou un chabath. Le talmud dit « le malheur suffit en son temps » on ne devance jamais une occasion triste.

Mais le fait que nabuchodonosor ait amassé ses troupes autour de Jérusalem, ce n’était pas vraiment un malheur en soit. Le 10 Tevet ce n’est pas vraiment le début du siège de Jérusalem, c’est le moment où les troupes de Nabuchodonosor ont mis un ultimatum aux habitants de Jérusalem pour qu’ils se rendent.

Si les juifs s’étaient rendus à ce moment la, le temple n’aurait pas été détruit et la ville n’aurait pas été mise à sac. Le 10 Tevet c’était le moment où tout était encore possible. Comme le prophète dit ailleurs « si vous aviez versé une seule larme de repentir ce jour là, vous n’auriez jamais du pleurer le reste de votre histoire ».

Le 10 Tevet est le moment charnière de l’histoire juive où tout a basculé du mauvais coté, mais le but du jeûne c’est de nous faire comprendre qu’à cette date on peut tout refaire basculer du bon coté. Que s’est-il réellement passé le 10 Tevet ?

Pour comprendre le sens de ce jeune nous allons analyser le texte prophétique qui parle de cette date. Ce texte c’est le chapitre 24 du livre d’Ezekiel. Je le cite intégralement.

Dans la neuvième année, le dixième jour du dixième mois, la parole de l'Eternel me fut adressée en ces termes: 2 "Fils de l'homme, note-toi le nom de ce jour, du jour même où nous sommes: le roi de Babylone prend le contact de Jérusalem aujourd'hui même. 3 Imagine aussi une parabole à l'endroit de la maison de rébellion; tu leur diras: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Pose la marmite, pose-la, et puis verses-y de l'eau. 4 Rassembles-y les morceaux, rien que de bons morceaux, cuisse et épaule, remplis-la d'os excellents. 5 Prends ce qu'il y a de mieux dans les agneaux, fais aussi cuire les os par dessous ; qu'elle bouille à gros bouillons, pour que les os également puissent y cuire. 6 C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur Dieu: Malheur, ô ville de sang, marmite à laquelle la crasse reste fixée, qui n'a pas été débarrassée de sa crasse! Qu'on la vide morceau par morceau, sans que le sort ait à intervenir à son sujet. Car le sang qu'elle a versé est demeuré au milieu d'elle; elle l'a jeté sur une roche aride, elle ne l'a pas répandu sur le sol, de façon à le recouvrir de terre. 8 C'est pour faire éclater la colère, pour en tirer vengeance que j'ai exposé son sang sur une roche aride, où il ne pouvait être recouvert. 9 C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur Dieu: Malheur, ô ville de sang! Moi aussi j'élèverai un grand bûcher. 10 Qu'on accumule le bois, qu'on allume le feu, qu'on consume la viande, qu'on brouille la mixture et que les os soient carbonisés! 11 Puis, qu'on la pose à vide sur ses charbons, afin qu'elle s'échauffe, que s'embrase son cuivre, que son impureté fonde au dedans et que sa crasse disparaisse. 12 Elle a coûté de vains efforts, l'abondance de sa crasse n'en sort pas: au feu sa crasse! 13 II y a de l'infamie dans ton impureté: puisque j'ai cherché à t'épurer et que tu n'es pas devenue pure, tu ne te débarrasseras plus de ton impureté, jusqu'à ce que j'aie assouvi ma colère sur toi. 14 Moi, le Seigneur, j'ai parlé; cela arrivera, je l'accomplirai; je ne me raviserai point, je n'aurai ni pitié ni regret. Selon tes voies et selon tes actes, on te jugera, dit le Seigneur Dieu." 15 La parole de l'Eternel me fut adressée en ces termes: 16 "Fils de l'homme, je vais t'enlever les délices de tes yeux par un coup soudain; mais tu ne te lamenteras pas, tu ne pleureras pas et tes larmes ne couleront pas. 17 Soupire en silence, ne prends pas le deuil comme pour des morts; attache sur toi ta coiffure, mets tes chaussures à tes pieds. Tu ne t'envelopperas pas jusqu'aux lèvres et tu ne mangeras pas le pain des hommes. 18 Je parlai au peuple le matin, et le soir ma femme mourut; le [lendemain] matin je fis comme il m'avait été ordonné. 19 Le peuple me dit: "Ne nous expliqueras-tu pas ce que signifie pour nous ta manière d'agir? " 20 Je leur répondis: "La parole de l'Eternel m'a été adressée en ces termes: 21 Dis à la maison d'Israël: Ainsi parle le Seigneur Dieu: Je vais profaner mon sanctuaire, votre orgueil et votre force, les délices de vos yeux, l'objet de votre amour; et vos fils et vos filles que vous avez laissés tomberont sous l'épée. 22 Et vous ferez comme j'ai fait; vous ne vous envelopperez point jusqu'aux lèvres, et vous ne mangerez pas le pain des hommes. 23 Votre coiffure [restera] sur votre tête et vos chaussures à vos pieds; vous ne vous lamenterez point et ne pleurerez point; mais vous vous consumerez par vos fautes et vous geindrez l'un en présence de l'autre. 24 Et Ezéchiel vous servira de symbole: tout ce qu'il a fait, vous l'imiterez; quand cela arrivera, vous saurez que je suis le Seigneur Dieu." 25 Pour toi, fils de l'homme, certes, le jour où je leur prendrai le boulevard de leur force, la joie de leur parure, les délices de leurs yeux et l'attrait de leur âme, leurs fils et leurs filles, 26 ce jour-là, il viendra un fuyard auprès de toi pour l'annoncer aux oreilles [de tous]. 27 Ce jour-là, ta bouche s'ouvrira avec celle du fuyard, tu parleras et ne seras plus réduit au mutisme; tu leur serviras de symbole, et ils sauront que je suis l'Eternel."

Dans ce texte on peut séparer deux passages. Le premier passage on peut l’appeler « l’allégorie de la marmite ». Le deuxième passage c’est la mort de la femme d’Ezekiel. On peut aussi constater que le prophète met en opposition, d’une part, la mort lente des juifs qui vont « mijoter » dans Jérusalem, frappés par les maladies et la famines dans un siège terrible qui va durer de longues années, et d’autre part, la mort subite de la femme d’Ezekiel qui meurt d’une maladie fulgurante en un jour. (Le talmud dans Moed Kattan met en exergue la rapidité de la mort de la femme d’Ezekiel).

Les deux passages de la prophétie sont elliptiques. Dans les chapitres précédent Ezekiel s’était plaint à D, il lui avait demandé d’arrêter de le faire parler par des paraboles, par ce que le peuple ne comprenait pas les paraboles qu’il donnait. Dans ce chapitre D continue pourtant à parler par des paraboles et il punit même Ezekiel en lui disant en substance ceci : « tu ne veux plus parler par des paraboles par ce que tu pense que c’est trop abstrait, alors, tu va devenir toi-même une parabole, ta femme va mourir et elle sera la parabole de la destruction de mon temple. »

Pourquoi D continue-t-il à parler par parabole ?

L’explication peut être donnée grâce à un passage du talmud dans Berahot page 57. Le talmud dit là bas « tout les rêves s’accomplissent suivant la manière dont ils sont interprétés. » le talmud dit encore « et les rêves sont comparables à la prophétie. » Le talmud continue par donner l’exemple de rêves qui peuvent être interprétés de manière opposés. L’un des rêves que le talmud analyse c’est le rêve de la marmite. Le talmud dit : « celui qui voit un marmite voit la paix, comme le verset d’Isaïe dit « je vais établir la paix comme on établit un marmite ». Ensuite le talmud dit : « celui qui voit une marmite voit la guerre puisque le verset d’Ezekiel compare la destruction par la guerre à une marmite ». Le talmud conclue : « celui qui voit une marmite en rêve doit tout de suite dire le verset d’Isaïe qui associe la marmite à la paix, avant qu’il ne dise le verset d’Ezekiel qui associe la marmite à la guerre ».

Ce que le talmud veut dire, c’est, que si D veut qu’Ezekiel parle par allégorie, c’est par ce qu’Ezekiel se situe à un moment charnière de l’histoire.

Cette allégorie de la marmite peut être une promesse de paix et de reconstruction, ou alors cela peut être le début d’une destruction tout en longueur. L’allégorie dans la prophétie a toujours un double sens comme le rêve.

Ezekiel ne veut plus parler par allégorie. D répond à Ezekiel qu’il n’avait rien compris, qu’il fallait qu’il continue à parler par parabole, par ce que les juifs n’étaient pas encore « cuits ». Les juifs pouvaient encore changer le sens de l’histoire. Cette erreur d’Ezekiel lui a couté sa femme.

Les juifs âpres avoir été défait une première fois par Nabuchodonosor se sont réorganisé, ils ont reconstruit la muraille de Jérusalem, les généraux et les sages sont revenus en cachette dans la ville, l’économie se développe. « Ce sont les bons morceaux qui rentre dans la marmites ». Si les juifs font techouvah et qu’ils font la paix avec Nabuchodonosor, la vie juive en Israël peut reprendre à nouveau. L’état peut renaitre de ses cendres, mais si les juifs ne font pas techouvah, tout ce qu’ils ont fait pour reconstruire le pays va se retourner contre eux. Puisqu’au lieu d’avoir une mort rapide et indolore comme la femme de Ezekiel, ils risquent de mourir lentement et dans la douleur comme une marmite qui mijote sur le feu.

Il y a un autre enseignement que l’on peut tirer du passage de berahot. Le talmud dit que le rêve de la marmite c’est le rêve de la paix, mais principalement de la paix conjugale, selon Rashi.

En effet la marmite où mijote la dafinah ou le chaulent (qui d’âpres la prophétie d’Ezekiel semble être des plats qui datent d’au moins 2500 ans !) symbolise la paix du foyer. Ezekiel fait allusion à un mari qui prépare la marmite où l’on fait cuire le cholent le chabath.

Il semble que dans l’antiquité le fait de faire le cholent était un travail masculin, par ce qu’il fallait « établir » la marmite. Il fallait construire le trépied et faire un trou dans le sol pour établir l’endroit dans lequel on « établissait » la marmite et le feu. Il y avait dans l’hébreu biblique un verbe spécial qui voulait dire préparer l’endroit où on pouvait poser une marmite « lishpot ». Ce travail était très physique et c’était le mari qui traditionnellement préparait le cholent le chabath.

Ezekiel donne à D le rôle du mari, il prépare le chaulent pour sa femme. D a aidé les juifs à reconstruire la muraille, à recréer une économie et une armée, il a établi la marmite pour son peuple. Mais si Israël se révolte se seront eux qui vont bouillir dans la marmite.

Grace à cette explication dérivée du talmud on comprend le lien entre la mort de la femme d’Ezekiel et l’allégorie de la marmite.

Qu’est ce que D veut montrer avec la mort de la femme d’Ezekiel ? Avant de donner une réponse claire je vais donner des indices qui viennent du talmud. La femme d’Ezekiel est appelée le « désir de ses yeux ». Le talmud dans Sanhédrin 22 dit que lorsque la première femme d’un homme meurt sa vue baisse. Il n’a plus la possibilité de voir au loin. Nous allons voir plus loin que le talmud dans Baba Batra dit « si D a détruit le temple c’est par ce que le service du temple ne donnait plus aux juifs une nouvelle perspective sur la vie. »

Le temple ne donnait plus aux juifs une possibilité de voir au loin et de se renouveler. Souvent un individu pense que son conjoint le bloque et qu’il est limité dans sa vie par ce qu’il a fait des choix qu’il ne peut plus changer. Si madame Bovary cherche à tromper son mari et qu’elle cherche l’aventure, c’est par ce que son conjoint ne lui donne plus la possibilité de se renouveler. Ce phénomène se retrouve chez le mari qui cherche à tromper sa femme. Il regarde ailleurs par ce qu’il n’a pas de perspective de renouvellement avec sa femme.

En fait dans les deux cas le mari ou la femme ne savent pas à quel point ils aiment leurs conjoints. Comme pour eux, la relation est garantie, et qu’elle confortable, ils ont oublié à quel point ils étaient dépendants l’un de l’autre.

Ils pensent que ce confort c’est de l’ennui. Quand est ce qu’Ezekiel se rend compte de l’importance de sa femme ? C’est quand elle disparait. Les juifs ne se rendent pas compte à quel point le Beth Hamikdash est important pour eux ils pensent : « on en a rien à foutre ». Quand est ce qu’ils vont se rendre compte que le Beth Hamikdash était important pour eux uniquement lorsqu’il va être détruit.

Le 10 Tevet c’est le jour où l’homme peut prendre conscience de ce qu’il aime vraiment de ce qui est important pour lui, c’est le jour où il peut créer une dynamique de renouveau à partir du confort de ce qu’il aime. C’est cette dynamique de renouveau qui peut l’empêcher de chercher à conquérir ce qu’il n’a pas.

Le talmud dans Baba Batra 4 raconte l’histoire du roi Hérode et la fin de l’histoire des hasmonéens.

Le roi Hérode était un esclave de la famille des hasmonéens. Les hasmonéens régnaient sur Israël après leur victoire contre les grecs. Hérode se révolte et il massacre toute la famille des hasmonéens sans laisser aucun survivant. Ensuite, il prend le pouvoir. Comme il pense que les rabbins ne vont jamais le légitimiser comme roi, puisqu’il est un esclave, il massacre aussi tous les rabbins. Tous sauf un, Baba ben Bouta.

Baba ben Bouta était le rabbin le plus humble et le plus « low profile » de sa génération, il avait même béni une femme qui lui avait cassé deux cruches sur le crane.

Hérode a besoin d’un conseiller, il ne peut faire confiance qu’à Baba ben Bouta. Mais, pour plus de sureté, Hérode rend Baba ben Bouta aveugle en lui crevant les yeux avec des peaux de hérisson. Ensuite, Hérode se sent coupable de toutes ses fautes et il demande à Baba ben Bouta qu’est ce qu’il pourrait faire pour se faire pardonner. Baba ben Bouta cite le passage d’Ezekiel qui compare le temple à la femme d’Ezekiel comme étant le désir de ses yeux. Il lui dit : « tu as détruit les yeux du monde en tuant les sages, D te pardonnera si tu embellis la lumière du monde qui est le Beth Hamikdash ».

A cette époque le Beth Hamikdash était en ruine. Hérode reconstruit le temple en en faisant un des bâtiments le plus beau de tout les temps.

On apprend deux choses de ce passage du talmud. La première chose c’est que même si les hasmonéens avaient été héroïques dans leurs combats contre les grecs, pour libérer le temple, ensuite, les hasmonéens n’avaient rien fait pour embellir le temple et le rendre beau. Au contraire en période de confort et de paix les hasmonéens ont laissé le temple se délabrer petit à petit. C’est peut être pour cela qu’ils ont été massacrés.

On voit bien qu’il est plus difficile de servir D et de se renouveler dans le service divin quand tout va bien plutôt que quand tout va mal. Les hasmonéens avaient été héroïques dans les périodes de crises et de guerres, mais ils étaient incapables de progresser dans une période de paix.

C’est pour cela que le jeune du 10 Tevet a lieu juste après hanoukah, pour nous montrer qu’il faut savoir se renouveler dans notre rapport avec D même quand tout va bien.

Par ce que si non, c’est quand tout va bien que le dynamisme de la chute commence. Le 10 Tevet était le jour charnière où les juifs pouvaient décider de se renouveler dans leur relation avec D ou bien s’ils allaient au contraire oublier l’amour du temple comme on oublie l’amour de son conjoint.

Il y a un autre enseignement que l’on peut tirer du passage de Baba Batra. Baba ben Bouta dit à Hérode que le temple doit avoir le même rôle que les sages. C'est-à-dire que le temple doit donner une perspective au peuple dans le long terme.

Le temple devait servir de base au renouveau spirituelle du peuple. L’homme devait vivre l’amour du temple comme quelque chose qui lui donnait une envie et une motivation pour se renouveler. Le temple devait être « le désir de ses yeux » comme la femme doit être « le désir des yeux » du mari.

On peut déduire de ce passage du talmud, si on le replace dans le contexte de la prophétie d’Ezekiel, que de la même manière que le temple devait être une source de renouveau pour les juifs, un individu doit voir le confort de sa famille comme quelque chose qui le pousse à se renouveler. C’est le confort de ce qu’on l’aime qui doit nous motiver à aller de l’avant.

Le confort de ce que l’on aime ne doit pas nous amener à l’ennui, il doit nous donner une volonté de nous renouveler.

La prophétie d’Ezekiel montre que l’homme doit chercher une motivation au progrès dans le confort de ce qu’il aime. L’homme doit chercher une motivation à se renouveler à partir du confort. Naturellement le confort ne motive pas, au contraire il amène l’ennui. Pourtant l’homme doit chercher une dynamique à travers le confort, par ce que si il tombe dans l’ennui, il va ensuite chercher ailleurs l’aventure et la conquête. Et dans ce cas il se retrouvera à bouillir dans la marmite au lieu d’être celui qui fait bouillir la marmite.

Les juifs ont cherché le renouveau ailleurs que dans le temple. C’est pour cela qu’ils ont cherche à se battre contre Nabuchodonosor. A la fin les juifs ont été complètement détruits. La raison pour laquelle les juifs ont décidé de se battre contre Nabuchodonosor c’est par ce qu’ils ne réalisaient pas à quel point ils aimaient le temple. Comme Ezekiel ne réalisait pas a quel point sa femme était importante pour lui.

Le service des kohanim dans le temple était irréprochables, le talmud dans yomah le dit : « le fait de ne pas impurifier le temple était plus important pour les kohanim que la vie de leurs enfants ». Mais le temple a été détruit par ce qu’il ne servait plus de moteur au juifs pour progresser dans leurs vies et pour se renouveler.

Le 10 Tevet, l’homme doit réfléchir et découvrir ce qu’il aime vraiment, ce qui est vraiment important dans sa vie. Ce que l’on aime vraiment, on oublie souvent qu’on l’aime. L’homme doit reconstruire une dynamique de progrès a partir de ce qu’il aime et pas à partir d’un désir de conquête. L’ecclésiaste dit que l’homme a du mal survivre au confort « l’homme est fait pour le travail », il faut apprendre à trouver une motivation à travers le confort qu’il soit émotionnel, physique ou spirituel. Si non, on est condamné à la chute. Comme disait Cocteau : « on aime jamais assez ceux que l’on aime ».

2 views

Recent Posts

See All

Hanouca 5780

דמשק אליעזר חדושים וביאורים על האבי עזרי בהלכות חנוכה : pdf

©2018 by Uriel Aviges.