• Rav Uriel Aviges

Yitro 5776



Les documents

L'Éternel dit à Moïse: "Voici, moi-même je t'apparaîtrai au plus épais du nuage, afin que le peuple entende que c'est moi qui te parle et qu'en toi aussi ils aient foi constamment." Alors Moïse redit à l'Éternel les paroles du peuple. 10 Et l'Éternel dit à Moïse: "Rends-toi près du peuple, enjoins-leur de se tenir purs aujourd'hui et demain et de laver leurs vêtements, 11 afin d'être prêts pour le troisième jour; car, le troisième jour, le Seigneur descendra, à la vue du peuple entier, sur le mont Sinaï. 12 Tu maintiendras le peuple tout autour, en disant: ‘Gardez-vous de gravir cette montagne et même d'en toucher le pied, quiconque toucherait à la montagne serait mis à mort. 13 On ne doit pas porter la main sur lui, mais le lapider ou le percer de flèches; homme ou bête, il cesserait de vivre. Mais aux derniers sons du cor, ceux-ci monteront sur la montagne’". 14 Moïse descendit de la montagne vers le peuple, lui enjoignit la pureté et ils lavèrent leurs vêtements. 15 II dit au peuple: "Tenez-vous prêts pour le troisième jour; n'approchez point d'une femme." 16 Or, au troisième jour, le matin venu, il y eut des tonnerres et des éclairs et une nuée épaisse sur la montagne et un son de cor très intense. Tout le peuple frissonna dans le camp.

Rashi

Ils seront prêts Séparés de leur femme (Mekhilta).

Alors Dieu prononça toutes ces paroles, savoir: 2 (1) "Je suis l'Éternel, ton Dieu, qui t'ai fait sortir du pays d'Égypte, d'une maison d'esclavage. (2) "Tu n'auras point d'autre dieu que moi.3 Tu ne te feras point d'idole, ni une image quelconque de ce qui est en haut dans le ciel, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux au-dessous de la terre. 4 Tu ne te prosterneras point devant elles, tu ne les adoreras point; car moi, l'Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui poursuis le crime des pères sur les enfants jusqu'à la troisième et à la quatrième générations, pour ceux qui m'offensent; 5 et qui étends ma bienveillance à la millième, pour ceux qui m'aiment et gardent mes commandements.

Rashi

Qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte Il valait la peine que vous sortiez, afin que vous soyez soumis à ma puissance (Mekhilta). Autre explication : Tandis qu’Il s’est manifesté sur la mer comme un puissant guerrier, Il s’est montré ici comme un vieillard rempli de miséricorde, comme il est écrit : « et sous Ses pieds comme un ouvrage du brillant du saphir » (infra 24, 10) – cette expression s’applique à la période de servitude – « et comme la substance des cieux quant à la pureté » (ibid.) – ceci s’applique à celle qui a suivi la délivrance. Et comme je me suis manifesté successivement sous des apparences différentes, ne dites pas qu’il existe deux pouvoirs : C’est moi-même qui vous ai fait sortir d’Egypte, et aussi celui qui vous ai sauvés sur la mer. Autre explication : Etant donné qu’ils ont entendu de nombreux sons, comme il est écrit : « Et tout le peuple voit “les sons” » (verset 15) – des sons qui venaient tout à la fois des quatre points cardinaux, du ciel et de la terre – ne dites pas qu’il existe plusieurs pouvoirs. Et pourquoi le texte emploie-t-il le singulier : « ton » Eloqim ? Pour procurer un argument à Mochè lorsqu’il prendra leur défense lors de l’affaire du veau d’or, où il dira : « Pourquoi, Hachem, ta colère s’enflammera-t-elle contre ton peuple ? » (infra 32, 11), ce qui voudra dire : « Ce n’est pas à eux que tu as ordonné : “Tu n’auras pas d’autres dieux !”, mais à moi seul ! »

Tu n’auras pas Pourquoi cela est-il stipulé ? Etant donné qu’il est écrit : « Tu ne te feras pas de sculpture » (verset 4), j’aurais pu en déduire que seule la fabrication est interdite. D’où aurais-je su qu’il en est de même de ce qui est déjà fait ? Aussi le texte précise-t-il : « Tu n’auras pas d’autres dieux » (Mekhilta).

D’autres dieux Qui ne possèdent pas de caractère divin, mais que d’autres ont établis comme divinités sur eux (Mekhilta). Et il ne faut pas expliquer : « d’autres dieux » comme voulant dire : « d’autres que moi », car il serait irrespectueux envers le Tout-Puissant de comparer leur « divinité » à la sienne. Autre explication : « D’autres dieux », c’est-à-dire des dieux qui sont étrangers à ceux qui les adorent. Ils crient vers eux, mais ils ne leur répondent pas, se comportant comme s’ils étaient « autres », comme s’ils n’avaient jamais connu ceux qui les servent.

Alors l'Éternel dit à Moïse: "Va, descends! car on a perverti ton peuple que tu as tiré du pays d'Égypte! 8 De bonne heure infidèles à la voie que je leur avais prescrite, ils se sont fait un veau de métal et ils se sont courbés devant lui, ils lui ont sacrifié, ils ont dit: ‘Voilà tes dieux, Israël, qui t'ont fait sortir du pays d'Égypte!’" 9 L'Éternel dit à Moïse: "Je vois que ce peuple est un peuple rétif. 10 Donc, cesse de me solliciter, laisse s'allumer contre eux ma colère et que je les anéantisse, tandis que je ferai de toi un grand peuple!" 11 Mais Moïse implora l'Éternel son Dieu, en disant:"Pourquoi, Seigneur, ton courroux menace-t-il ton peuple, que tu as tiré du pays d'Égypte “

Rashi

Pourquoi, Hachem… Seules sont compréhensibles la jalousie du sage envers un sage et celle d’un héros envers un héros (‘Avoda zara 55a).

Texte3 37-6

Il confectionna un propitiatoire d'or pur, ayant deux coudées et demie de longueur, une coudée et demie de largeur. 7 Il fabriqua deux chérubins d'or, qu'il fit d'une seule pièce, ressortant des deux bouts du propitiatoire. 8 Un chérubin à l'un des bouts, un chérubin au bout opposé; c'est du propitiatoire même qu'il-fit saillir ces chérubins, à ses deux extrémités. 9 Les chérubins, dont les ailes étaient déployées en avant, dominaient de leurs ailes le propitiatoire; et leurs visages, tournés l'un vers l'autre, s'inclinaient vers le propitiatoire.

Genese 1

Dieu dit: "Faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail; enfin sur toute la terre, et sur tous les êtres qui s'y meuvent." 27 Dieu créa l'homme à son image; c'est à l'image de Dieu qu'il le créa. Mâle et femelle furent créés à la fois. 28 Dieu les bénit en leur disant "Croissez et multipliez! Remplissez la terre et soumettez-la! Commandez aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, à tous les animaux qui se meuvent sur la terre!" 

Rashi

Faisons l’homme Nous apprenons ici la modestie du Saint béni soit-Il. L’homme étant à l’image des anges, ceux-ci auraient pu être jaloux. C’est pourquoi Il les a consultés (Sanhèdrin 38b, Beréchith raba 8, 7). Et lorsque Dieu juge les rois [de la terre], Il consulte Sa famille [céleste] (Midrach tan‘houma Chemoth 18), ainsi que nous le trouvons à propos de A‘hav, à qui Mikha a déclaré : « J’ai vu Hachem assis sur son trône, tandis que toute l’armée céleste se tenait debout près de lui, à droite et à gauche » (I Melakhim 22, 19). Or, Dieu a-t-Il une droite et une gauche ? C’est donc que se tenir « à droite » signifie prendre la défense de l’accusé, et se tenir « à gauche » veut dire l’accabler. De même : « Tel est l’arrêt prononcé par la volonté des anges et la résolution décrétée par les saints » (Daniel 4, 14). Ici aussi, Dieu consulte Sa famille et lui dit : « Dans les mondes supérieurs, il y a des êtres à mon image. S’il n’y en avait pas à mon image dans les mondes inférieurs, il y aurait de la jalousie dans l’œuvre de la création. »

Faisons l’homme Il est vrai que personne n’a aidé Dieu dans l’œuvre de la création, de sorte que les hérétiques pourraient être incités [par le pluriel « faisons »] à Le dénigrer. Cependant, le texte n’a pas voulu manquer l’occasion de donner une leçon de savoir-vivre et d’enseigner la valeur de la modestie : le supérieur doit prendre l’avis de son subordonné et lui demander son autorisation (Beréchith raba 8, 7). S’il avait été écrit : « je vais faire l’homme », cela ne nous aurait pas appris que Dieu a consulté son beith din, mais nous aurions compris qu’Il a décidé seul. Quant à la réponse aux hérétiques, elle figure au verset suivant : « Eloqim créa l’homme », et non : « créèrent ».

A notre image Sur notre modèle.

Selon notre ressemblance Capable de comprendre et doué d’intelligence.

Eloqim créa l’homme à son image Selon le modèle fait pour lui. Car tout a été créé par la parole de Dieu, tandis que l’homme a été créé, si l’on peut dire, par Ses mains, ainsi qu’il est écrit : « Tu as posé ta main sur moi » (Tehilim 139, 5). Il a été fait au moyen d’un sceau, comme une monnaie qui est frappée d’une marque, appelée en français : « coin ». C’est ainsi qu’il est écrit : « Elle se transforme comme l’argile sous le sceau » (Iyov 38, 14).

C’est à l’image de Eloqim qu’Il le créa C’est pour t’expliquer que l’image destinée à la création de l’homme reproduit le modèle de son Créateur.

Yomah 54

R. Judah contrasted the following passages: And the ends of the staves were seen16 and it is written but they could not be seen without16 — how is that possible? — They could be observed, but not actually seen. Thus was it also taught: ‘And the ends of the staves were seen One might have assumed that they did not protrude from their place. To teach us [the fact] Scripture says: ‘And the staves were so long’. One might assume that they tore the curtain and showed forth; to teach us [the fact] Scripture says: ‘They could not be seen without’. How then? They pressed forth and protruded as the two breasts of a woman, as it is said: My beloved is unto me as a bag of myrrh, that lieth betwixt my breasts.17

Proverbe americain

Boobs prove that men can concentrate on more than one thing at the same time.

Melanie Klein

Klein has the view that infants suffer a great deal of anxiety and that this is caused by the death instinct within, by the trauma experienced at birth and by experiences of hunger and frustration. She assumes the very young infant to have a rudimentary although unintegrated ego, that attempts to deal with experiences, particularly anxiety, by using phantasies of splitting, projection and introjection.

The infant splits both his ego and his object and projects out separately his loving and hating feelings (life and death instincts) into separate parts of the mother (or breast), with the result that the maternal object is divided into a 'bad' breast (mother that is felt to be frustrating, persecutory and is hated) and a 'good' breast (mother that is loved and felt to be loving and gratifying). Both the 'good' and the 'bad' objects are then introjected and a cycle of re-projection and re-introjection ensues. Omnipotence and idealisation are important aspects of this activity; bad experiences are omnipotently denied whenever possible and good experiences are idealised and exaggerated as a protection against the fear of the persecuting breast.

This 'binary splitting' is essential for healthy development as it enables the infant to take in and hold on to sufficient good experience to provide a central core around which to begin to integrate the contrasting aspects of the self. The establishment of a good internal object is thought by Klein to be a prerequisite for the later working through of the 'depressive position'.

A different kind of splitting, 'fragmentation', in which the object and/or the self are split into many and smaller pieces is also a feature of the paranoid-schizoid position. Persistent or enduring use of fragmentation and dispersal of the self weakens the fragile unintegrated ego and causes severe disturbance.

Klein considers that both constitutional and environmental factors affect the course of the paranoid-schizoid position. The central constitutional factor is the balance of life and death instincts in the infant. The central environmental factor is the mothering that the infant receives. If development proceeds normally, extreme paranoid anxieties and schizoid defences are largely given up during the early infantile paranoid-schizoid position and during the working through of the depressive position.

Klein holds that schizoid ways of relating are never given up completely and her writing gives the impression that the positions can be conceptualised as transient states of mind.

9 views

©2018 by Uriel Aviges.