• Rav Uriel Aviges

Terouma 5775


Les documents

Terouma

Et ils me construiront un sanctuaire, pour que je réside au milieu d'eux, 9 semblable en tout à ce que je t'indiquerai, c'est-à-dire au plan du tabernacle et de toutes ses pièces et vous l'exécuterez ainsi. On fera une arche en bois de chittîm, ayant deux coudées et demie de long, une coudée et demie de large, une coudée et demie de hauteur. 11 Tu la revêtiras d'or pur, intérieurement et extérieurement; et tu l'entoureras d'une corniche d'or." 12 Tu mouleras pour l'arche quatre anneaux d'or, que tu placeras à ses quatre angles; savoir, deux anneaux à l'un de ses côtés et deux anneaux au côté opposé. 13 Tu feras des barres de bois de chittîm, que tu recouvriras d'or. 14 Tu passeras ces barres dans les anneaux, le long des côtés de l'arche, pour qu'elles servent à la porter. 15 Les barres, engagées dans les anneaux de l'arche, ne doivent point la quitter. 16 Tu déposeras dans l'arche le Statut que je te donnerai.

נתיבות עולם נתיב התורה פרק ט"ז

"והראשונים כמו הרמב״ם זכרונו לברכה והטור זכרוגו לברכה, אף על גב שגם הם חברו הפסקים בלא בירור לא היה דעתם רק להורות סוף ההלכה ואשר הוא עולה מתוך התלמוד. אבל לפסוק האדם מתוכה מבלי שידע מאיזה מקום יוצא הדת רק הלכתא בלא טעמא לא עלה על דעתם ועל מחשבותם, שהרי אמרו כאן הפוסק  מתוך המשנה נחשב אמגושי כמו שהתבאר ושאר שמות שהוא נחשב פמו כותי. ואלו ידעו המחברים כי החבורים ההם יהיו גורמת שיהיו עוזבין את התלמור לגמרי ויהיו פוסקין מתוך החבורים לא היו מחברים אותם. כי יותר ראוי ויותר נכון שיהיה פוסק מתור התלמוד, ואף כי יש לחוש שלא ילך בדדך האמת ולא יפסוק הדין לאמיתו שתהיה ההוראה לפי האמת, מכל מקום אין לחכםרק מה שהשכל שלו נותן ומבין מתוך התלמוד, וכאשר תבונתו וחכמתו תטעה אותו עם כל זה הוא אהוב אל השם יתברך כאשר הוא מורה כפי מה שמתחייב מן שכלו ואין לדיין רק מה שעיניו רואות, והוא יותר טוב ממי שפוסק מתוך חבור אחד ולא ידע טעם הדבר כלל שהולך כמו עור בדרך"

Et les auteurs précédents comme le rambam et le tour, bien qu’ils aient rassemble les décisions sans expliquer les causes de la décision, ils voulaient simplement montrer la conclusion du talmud, mais qu’un homme suive aveuglement leur décision sans savoir pourquoi, ca ils ne l’ont jamais voulu et si ils avaient su que les lecteurs allaient les suivre aveuglement, ils n’auraient jamais écrit leur livre ! car mieux vaut suivre une décision que l’on comprend a partir du talmud, même si elle est fausse plutôt que de suivre une décision vraie dont on ne comprend pas la source. La halacha est un cheminement qui ne s’arrêtera qu’avec la venue du messie.

Halacha 1

It is a mitzvah to love and fear this glorious and awesome God, as [Deuteronomy 6:5] states: "And you shall love God, your Lord" and, as [Deuteronomy 6:13] states: "Fear God, your Lord."

Rambam yesodei torah 2 Halacha 2

What is the path [to attain] love and fear of Him? When a person contemplates His wondrous and great deeds and creations and appreciates His infinite wisdom that surpasses all comparison, he will immediately love, praise, and glorify [Him], yearning with tremendous desire to know [God's] great name, as David stated: "My soul thirsts for the Lord, for the living God" [Psalms 42:3].

When he [continues] to reflect on these same matters, he will immediately recoil in awe and fear, appreciating how he is a tiny, lowly, and dark creature, standing with his flimsy, limited, wisdom before He who is of perfect knowledge, as David stated: "When I see Your heavens, the work of Your fingers... [I wonder] what is man that You should recall Him" [Psalms 8:4-5].

Based on these concepts, I will explain important principles regarding the deeds of the Master of the worlds to provide a foothold for a person of understanding to [develop] love for God, as our Sages said regarding love: "In this manner, you will recognize He who spoke and [thus,] brought the world into being."

Kuzari 3 39

The rabbi said our torah is tied to the oral law that was given to moshe at Sinai as well as the law that emanated from the place wich god shall choose for the torah will emanate from zion and the word of god from Jerusalem by this I mean the laws passed under the jurisdiction of the judges officers kohanim, and sanhedrin. We are commanded to heed the presiding rabbinical judge in every generation, as it says, “tu iras trouver les pontifes, descendants de Lévi, ou le juge qui siégera à cette époque; tu les consulteras, et ils t'éclaireront sur le jugement à prononcer. 10 Et tu agiras selon leur déclaration, émanée de ce lieu choisi par l'Éternel, et tu auras soin de te conformer à toutes leurs instructions. 11 Selon la doctrine qu'ils t'enseigneront, selon la règle qu'ils t'indiqueront, tu procéderas; ne t'écarte de ce qu'ils t'auront dit ni à droite ni à gauche. 12 Et celui qui, téméraire en sa conduite, n'obéirait pas à la décision du pontife établi là pour servir l'Éternel, ton Dieu, ou à celle du juge, cet homme doit mourir, pour que tu fasses disparaître ce mal en Israël; 13 afin que tous l'apprennent et tremblent, et n'aient plus pareille témérité. »

This commandment was binding while there was an organized religious community in jerusalem wich included sacrificial service, the sanhedrin and other groups of people wich made the society complete. .. this is why we are obligated to fulfill the rabbinical commandments concerning the reading of the meguilah and other laws of purim and of Chanukah.

This is also why even though these laws were ordained by the sages we are nevertheless justified in saying “god has sanctified us with his commandments and commanded us” about the reading of the meguilah, to light the candle of chnukah ….”

Contes cruel vilier de l’isle adam

Sentimentalisme

 A Monsieur Jean Marras.

 Je m'estime peu quand je m'examine ; beaucoup, quand je me compare.

 MONSIEUR−TOUT−LE−MONDE.

 Par un soir de printemps, deux jeunes gens bien élevés, Lucienne Emery et le comte Maximilien de W***, étaient assis sous les grands arbres d'une avenue des Champs−Elysées.

 Lucienne est cette belle jeune femme à jamais parée de toilettes noires, dont le visage est d'une pâleur de marbre et dont l'histoire est inconnue.

 Maximilien, dont nous avons appris la fin tragique, était un poète d'un talent merveilleux. De plus, il était bien fait, et de manières accomplies. Ses yeux reflétaient la lumière intellectuelle, charmants, mais, comme des pierreries, un peu froids.

 Leur intimité datait de six mois à peine.

 Ce soir−là, donc, ils regardaient, en silence, les vagues silhouettes des voitures, des ombres, des promeneurs.

Tout à coup, madame Emery prit, doucement, la main de son amant :  − Ne vous semble−t−il pas, mon ami, lui dit−elle, que, sans cesse agités d'impressions artificielles et, pour ainsi dire, abstraites, les grands artistes − comme vous − finissent par émousser en eux la faculté de subir réellement les tourments ou les voluptés qui leur sont dévolus par le Sort ! Tout au moins traduisez−vous avec une gêne, − qui vous ferait passer pour insensibles, − les sentiments personnels que la vie vous met en demeure d'éprouver. Il semblerait, alors, à voir la froide mesure de vos mouvements, que vous ne palpitez que par courtoisie. L'Art, sans doute, vous poursuit d'une préoccupation constante jusque dans l'amour et dans la douleur. A force d'analyser les complexités de ces mêmes sentiments, vous craignez trop de ne pas être parfaits dans vos manifestations, n'est−ce pas ? ... de manquer d'exactitude dans l'exposé de votre trouble ? ... Vous ne sauriez vous défaire de cette arrière−pensée. Elle paralyse chez vous les meilleurs élans et tempère toute expansion naturelle. On dirait que, − princes d'un autre univers, − une foule invisible ne cesse de vous environner, prête à la critique ou à l'ovation.

 "Bref, lorsqu'un grand bonheur ou un grand malheur vous arrivent, ce qui s'éveille, en vous, tout d'abord, avant même que votre esprit s'en soit bien rendu compte, c'est l'obscur désir d'aller trouver quelque comédien hors ligne pour lui demander quels sont les gestes convenables où vous devez vous laisser emporter par la circonstance. L'Art conduirait−il à l'endurcissement ? ... Cela m'inquiète.

 − Lucienne, répondit le comte, j'ai connu certain chanteur qui, auprès du lit de mort de sa fiancée et entendant la soeur de celle−ci se répandre en sanglots convulsifs, ne pouvait s'empêcher de remarquer, malgré son affliction, les défauts d'émission vocale qu'il y avait lieu de signaler dans ces sanglots et songeait, vaguement, aux exercices propres à leur donner "plus de corps". Ceci vous semble mal ? ... Cependant, notre chanteur mourut de cette séparation, et la survivante quitta le deuil juste au jour prescrit par l'usage.

Ernest ZIROMSKY

Les romantiques d’Hamlet a Nietzche sont réfractaires a la discipline par ce qu’ils font entendre de toutes parts un appel a l’affranchissement. Le romantisme fut un mouvement de révolte au nom d’un idéal malaisément définissable par ce qu’il est formé de négation…. La liberté est proclamée le but de l’art, idée enivrante mais juvénile! Erreur profonde, qui pousse l’esprit aux pires confusions. La liberté n’est pas le but mais le moyen de l’art. 

©2018 by Uriel Aviges.