©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Ki Tissa 5779

Updated: Feb 25, 2019

Video en trois parties




Les documents

Berahot 31b

Et Rabbi Elazar a dit: Hannah a parlé impertinemment envers Dieu en haut. Comme il est dit: «Et elle a prié le Seigneur», par opposition à la phrase courante: Au Seigneur. Ceci enseigne qu'elle a parlé impertinemment vers le tres haut.

Et sur une note similaire, le rabbin Elazar a dit qu'Élie parlait impertinemment envers Dieu en haut, dans sa prière au mont Carmel, ainsi qu'il est écrit: «Répondez-moi, Seigneur, répondez-moi, ce peuple saura que vous êtes le Seigneur. , Dieu, et tu as retourné leur cœur en arrière »(I Rois 18:37), prétendant que Dieu avait fait pécher Israël. Sur ce sujet, le rabbin Shmouel, le rabbin Yitzḥak, a déclaré: D'où savons-nous que le Saint, Béni soit-Il, a finalement concédé à Élie qu'il avait raison?

Comme il est écrit dans une future prophétie: «En ce jour-là, dit le Seigneur, je rassemblerai les boiteux et je rassemblerai ceux qui sont abandonnés et ceux avec qui j'ai agi avec méchanceté» (Michée 4: 6). Dieu déclare qu'il a fait qu'Israël agisse méchamment.

De même, Rabbi Samama, fils de Rabbi Tanina, a déclaré: Sans ces trois versets, les jambes des ennemis d’Israël, un euphémisme pour Israël même, se seraient effondrées, car Israël n’aurait pas pu résister au jugement de Dieu.

L'un est le verset qui vient d'être mentionné et dans lequel il est écrit: "Ceux à qui j'ai agi avec méchanceté. maison d'Israël »(Jérémie 18: 6).

Un autre est le verset dans lequel il est écrit: «Voici, comme de l’argile dans la main du potier, ainsi tu es dans ma main, maison d’Israël »

Et l’un est le verset dans lequel il est écrit: «Et je vous donnerai un nouveau cœur et un nouvel esprit que je placerai en vous, je retirerai le cœur de pierre de votre chair et je vous donnerai un cœur de chair. ”(Ezéchiel 36:26). Ces trois versets indiquent que Dieu influence les décisions d’une personne et qu’il n’est donc pas seul responsable de ses actes.

Rav Pappa a dit qu'il y avait une preuve plus claire d'ici: "Et je placerai mon esprit en vous et je vous ferai marcher dans mes statuts, et vous observerez mes décrets et les ferez" (Ézéchiel 36:27).

Et Rabbi Elazar dit: Moïse a aussi parlé impertinemment à Dieu d'en haut, comme il est dit dans le verset suivant le péché de ceux qui murmuraient contre Dieu dans le désert: "Et Moïse pria le Seigneur et le feu disparut" (Nombres 11: 2), et ce verset est interprété de façon homilétique: Ne lis pas à [el] le Seigneur, mais plutôt à [al] le Seigneur, ce qui indique qu'il a parlé avec impertinence.

La Guemara explique le fondement de cette interprétation: En tant que sages de l’école du rabbin Eliezer ben Ya’akov, ils liraient indifféremment alef comme ayin et ayin comme alef et, dans ce cas, transformant el en al.

Les Sages de l’école de Rabbi Yannai, cependant, disent que la preuve que Moïse parlait impertinemment envers Dieu en haut provient de là, la réprimande de Moïse au début du Deutéronome: «Et Di Zahav» (Deutéronome 1: 1). Ceci est une entrée dans une liste d'endroits où Moïse avait parlé à Israël. Comme aucun nom n’a été trouvé sous ce nom, il est interprété comme une allusion à un autre sujet.

Nous devons clarifier: Quel est le sens de et Di Zahav?

Les Sages de l'école de Rabbi Yannai ont dit que Moïse avait dit ce qui suit devant le Saint, Béni soit-Il, pour expier Israël après le péché du Veau d'or: Maître de l'univers, à cause de l'or et de l'argent que vous avez prodigués Israël pendant l'exode d'Égypte jusqu'à ce qu'ils en disent assez [dai]; c'est cette richesse qui a amené Israël à fabriquer le veau d'or.

Établissant un principe moral général, les Sages de l'école du rabbin Yannai ont déclaré: Un lion ne rugit pas debout au-dessus d'un panier de paille dont il ne tire aucun plaisir, mais il rugit au-dessus d'un panier de viande, car il rugit seulement lorsqu'il est rassasié.

De la même manière, le rabbin Oshaya a déclaré: «C’est comparable à une personne qui a une vache maigre, mais à gros membres. À un moment donné, il lui a donné du lupin, un aliment de choix, et peu après, la vache lui a donné un coup de pied. Il dit à la vache: Qui t'a fait commencer à me donner des coups de pied si ce n'est les lupins que je t'ai nourris? Ici aussi, le péché a été causé par une abondance de bien.

La Guémara propose une autre analogie: le rabbin Ḥiyya bar Abba a déclaré que le rabbin Yoḥanan avait déclaré: «C’est comparable à une personne qui a un fils; il l'a baigné et l'a enduit d'huile, l'a nourri et lui a donné à boire, et a accroché une bourse d'argent à son cou. Ensuite, il a amené son fils à l'entrée d'une maison close. Que pouvait faire le fils pour éviter de pécher?

Avodah zarah 5b

Les Sages ont enseigné à propos du verset: "Qui donnerait qu'ils ont un cœur tel que toujours, pour me craindre et pour garder tous mes commandements, afin que ce soit bon pour eux et pour leurs enfants pour toujours" (Deutéronome 5 : 26). Ultérieurement, Moïse dit au peuple juif: Ingrates, enfants d'ingrates! Quand le Saint, Béni soit-Il, dit au peuple juif: "Qui donnerait qu'ils aient un tel cœur pour toujours", ils auraient dû dire: Vous devriez nous donner un cœur pour vous craindre.

La Guemara explique que Moïse appelle le peuple juif un ingrat, car il est écrit que le peuple juif a parlé de façon désobligeante de la manne: «Et notre âme déteste ce pain léger »(Nombres 21: 5), malgré le fait qu'il s'agissait d'un aliment de la plus haute qualité. Moïse les appela en outre enfants d'ingrats, comme il est écrit qu'après avoir péché et mangé de l'arbre de la connaissance, Adam dit: "La femme que Tu as donnée pour être avec moi, elle m'a donné de l'arbre et j'ai mangé" ( Genèse 3:12). Adam se plaignit que la femme lui avait été donnée pour le faire pécher, alors qu'en réalité elle lui avait été donnée pour servir de compagne.

Pourtant, même notre professeur, Moïse, qui a dit cela au peuple juif, n'a fait allusion au peuple juif qu'après quarante ans, à savoir qu'il aurait dû faire cette demande, car il est écrit: «Et je vous ai conduit quarante ans dans le désert (Deutéronome 29: 4), qui montre que Moïse parlait quarante ans après la révélation au Sinaï. Et à ce moment-là, il est écrit: "Mais jusqu'à présent, le Seigneur ne vous a pas donné le coeur pour savoir, ni les yeux ni les oreilles pour entendre." (Deutéronome 29: 3). Rabba a dit: Concluez d'ici qu'une personne ne comprend l'opinion de son professeur qu'après quarante ans, comme Moïse l'a dit au peuple juif seulement après quarante ans d'apprentissage de la Torah.



Taanith 4a

En guise de préambule à la déclaration de Rabbi Berekhya, la Guemara cite ce que Rabbi Shmuel Bar Naḥmani a déclaré: Rabbi Yonatan a déclaré: Trois personnes ont supplié Dieu de manière déraisonnable, dans des situations où leurs demandes auraient pu recevoir une réponse défavorable. Pour deux d'entre eux, Dieu a répondu de manière raisonnable, avec une réponse favorable à leurs demandes, et pour l'un d'eux, il a répondu de manière déraisonnable, c'est-à-dire de manière défavorable, d'une manière qui corresponde à la demande déraisonnable. Et ils sont: Éliézer, serviteur d'Abraham; Saul, fils de Kish; et Jephthé, le Galaadite.

La Guemara clarifie à tour de rôle chacun de ces cas: S'agissant d'Eliézer, serviteur d'Abraham, il a demandé, lorsqu'il a prié au bord du puits, comme il est écrit: "Que la jeune fille à qui je dirai: laissez tomber votre pichet que je puisse boire; et elle dira: Bois, et je donnerai aussi à boire à tes chameaux; qu'elle soit celle que vous avez désignée pour votre serviteur Isaac »(Genèse 24:14). Eliezer implora Dieu de manière déraisonnable, car sa demande permettait la possibilité qu'elle soit même boiteuse ou même aveugle. Pourtant, il avait promis de l'emmener à Isaac. Néanmoins, Dieu lui répondit raisonnablement et la reine éminemment convenable vint lui arriver.

Talmud meguilah 15b

Rabbi Levi a déclaré: Une fois arrivée dans la chambre des idoles, qui se trouvait dans la cour intérieure, la Présence Divine l'a quittée. Elle a immédiatement dit: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?» (Psaume 22: 2). C’est peut-être parce que vous jugez un péché non intentionnel comme commis délibérément, et que vous agissez en raison de circonstances indépendantes de la volonté de quelqu'un.

Ou peut-être m'avez-vous quitté parce que, dans mes prières, j'ai qualifié Haman de chien, comme il est indiqué: «Délivre mon âme de l'épée; mon seul de la main du chien »(Psaume 22:21). Elle s’est aussitôt rétractée et l’a appelé dans ses prières un lion, comme il est dit dans le verset suivant: «Sauvez-moi de la gueule du lion» (Psaumes 22:22).

Psaume 22

Au chef des chantres. D’après la gazelle du matin. Psaume de David. 2 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné, loin de me porter secours, d’entendre mes paroles suppliantes? 3 Mon Dieu, j’appelle de jour et tu ne réponds pas, de nuit, et il n’est pas de trêve pour moi. 4 Tu es pourtant le Saint, trônant au milieu des louanges d’Israël. 5 En toi nos pères ont eu confiance, ils ont eu confiance, et tu les as sauvés. 6 Ils ont crié vers toi et ont été délivrés; ils ont espéré en toi et n’ont pas été déçus. 7 Moi, je suis un vermisseau, et non un homme, l’opprobre des gens, objet de mépris pour le peuple. 8 Tous ceux qui me voient se moquent de moi, grimacent des lèvres, hochent la tête. 9 "Qu’il s’en remette à l’Eternel! Que celui-ci le sauve, qu’il l’arrache du danger, puisqu’il l’aime!" 10 Oui, c’est toi qui m’as tiré des entrailles maternelles, qui m’as fait reposer en sûreté dans le giron de ma mère; 11 entre tes bras j’ai été jeté dès ma naissance, dès le sein de ma mère, tu as été mon Dieu. 12 Ne t’éloigne pas de moi car l’angoisse est proche, et nul n’est là pour m’aider. 13 Des taureaux nombreux m’environnent, des bêtes puissantes de Basan m’assiègent. 14 Ils ouvrent contre moi leur gueule, tel un lion qui déchire et qui rugit. 15 Je suis comme l’eau qu’on répand, tous mes membres se disloquent; mon cœur est comme de la cire, qui fondrait au milieu de mes entrailles. 16 Ma sève est desséchée comme un tesson, ma langue est collée à mon palais; tu m’étends dans la poussière de la mort. 17 Car des chiens m’enveloppent, la bande des méchants fait cercle autour de moi; comme le lion [ils meurtrissent] mes mains et mes pieds. 18 Je pourrais compter tous mes os; eux, ils me toisent et se repaissent de ma vue. 19 Ils se partagent mes habits, ils tirent au sort mes vêtements. 20 Mais toi, ô Seigneur, ne t’éloigne pas; toi, qui es ma force, viens vite à mon secours! 21 Sauve mon âme du glaive, ma vie de la fureur des chiens; 22 arrache-moi de la gueule du lion, protège-moi contre les cornes des buffles. 23 Je proclamerai ton nom devant mes frères, au milieu de l’assemblée, je te louerai. 24 "Adorateurs de l’Eternel, louez-le vous tous, descendants de Jacob, honorez-le; révérez-le, vous tous, postérité d’Israël! 25 Car il n’a point dédaigné, il n’a point méprisé la misère du malheureux; il n'a pas caché de lui son visage, ni manqué de l'entendre quand il implorait!" 26 C'est toi dont je célébrerai les louanges dans la grande assemblée, j'accomplirai mes vœux devant ceux qui te craignent. 27 Les humbles mangeront et seront rassasiés, les adorateurs de l'Eternel le loueront. Que votre cœur renaisse à la vie pour toujours! 28 Les confins de la terre se souviendront et reviendront au Seigneur, toutes les familles des peuples se prosterneront devant lui. 29 Car à l'Eternel appartient la royauté, il domine sur toutes les nations. 30 Ils mangeront et adoreront, tous les heureux de la terre ; devant lui s'inclineront ceux qui descendent dans la poussière, incapables de sustenter leur vie. 31 La postérité lui vouera un culte; on parlera du Seigneur aux âges à venir. 32 IIs viendront et proclameront sa justice: ils diront au peuple à naître ce qu'il a fait.

Psaume 29

la voix de l’Eternel fait trembler le désert, l’Eternel fait trembler le désert de Kadêch. 9 La voix de l’Eternel fait enfanter les biches, elle dépouille les forêts; dans son palais tous de s’écrier: "Gloire!" 10 L’Eternel trônait lors du déluge; ainsi l’Eternel trône en roi pour l’éternité. 11 Que l’Eternel donne la force à son peuple! Que l’Eternel bénisse son peuple par la paix!

בְּשַׁעֲתָא דְּאִתְעַבְּרַת, אַסְתִּימַת, כֵּיוָן דְּמָטָא זִמְנָא לְמֵילַד, גָּעָאת וְרָמַאת קָלִין, קָלָא בָּתַר קָלָא, עַד שִׁבְעִין קָלִין, כְּחוּשְׁבַּן תֵּיבִין (תהלים כ) דְּיַעַנְךָ יְיָ בְּיוֹם צָרָה, דְּאִיהִי שִׁירָתָא דְּעוּבַּרְתָּא דָּא. וְקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא שָׁמַע לָהּ, וְזַמִּין לְגַבָּהּ. כְּדֵין אַפִּיק חַד חִוְיָא רַבְרְבָא, מִגּוֹ טוּרֵי חָשׁוּךְ וְאָתֵי בֵּין טוּרִין, פּוּמֵיהּ מְלַחֲכָא בְּעַפְרָא, מָטֵי עַד הַאי אַיָּל, וְאָתֵי וְנָשִׁיךְ לָהּ בְּהַהוּא אֲתָר, תְּרֵי זִמְנֵי.

זִמְנָא קַדְמָאָה נָפִיק דָּמָא, וְאִיהִי לָחִיךְ. זִמְנָא תִּנְיָינָא, נָפִיק מַיָּיא וְשָׁתוּ כָּל אִינּוּן בְּעִירָן דִּי בְּטוּרַיָיא, וְאִתְפַּתְחַת וְאוֹלִידַת. וְסִימָנִךְ (במדבר כ) וַיַּךְ אֶת הַסֶּלַע בְּמַטֵּהוּ פַּעֲמָיִם. וּכְתִיב וַתֵּשְׁתְּ הָעֵדָה וּבְעִירָם.

בְּהַהוּא זִמְנָא דְקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא חָס עָלָהּ עַל (ס''א עובדא) עוּבַּרְתָּא דְּנָחָשׁ (ס''א דחיה) דָּא. מַה כְּתִיב, (תהלים כט) קוֹל יְיָ יְחוֹלֵל אַיָּלוֹת וַיֶּחֱשׂוֹף יְעָרוֹת וְגוֹ', קוֹל יְיָ יְחוֹלֵל אַיָּלוֹת, אִינּוּן חַבָלִין וְצִירִין, לְאַתְּעָרָא אִינּוּן שִׁבְעִין קַלִין. מִיַּד וַיֶּחֱשׂוֹף יְעָרוֹת, לְאַעְבָּרָא (נ''א לאתערא) הַהוּא נָחָשׁ, וּלְאִתְגַּלְיָיא הַהִיא חַיָּה בֵּינַיְיהוּ לְמֵיהַךְ. וּבְהֵיכָלוֹ, מַאי וּבְהֵיכָלוֹ. בְּהֵיכָלוֹ דְקוּדְשָׁא בְּרִיךְ הוּא, כָּל אִינּוּן אָכְלוּסִין, פַּתְחִין וְאַמְרִין כָּבוֹד. מַאי כָּבוֹד. (יחזקאל ג) בָּרוּךְ כְּבוֹד יְיָ מִמְּקוֹמוֹ.

Pesahim 87b

Et Rabbi Elazar dit: Le Saint, Béni soit-Il, a exilé Israël à Babylone uniquement parce que c'est un pays aussi profond que le monde souterrain, c'est-à-dire qu'il est un pays de plaines et de vallées qui fait allusion à ce qui est déclaré : "Je les rachèterai du pouvoir de l'au-delà, je les rachèterai de la mort" (Osée 13:14). Le rabbin inaanina a déclaré: C'est parce que leur langue, l'araméen, est similaire à la langue de la Torah, ce qui permet aux Juifs qui y vivent d'étudier la Torah.

Le rabbin Yoḥanan a déclaré: C’est parce qu’il les a envoyés dans la maison de leur mère, c’est-à-dire le lieu de naissance des ancêtres du peuple juif, qui vivaient à Aram-Nahara’im, qui se trouve à Babylone. Ceci est comparable à un homme qui est en colère contre sa femme; à où l'envoie-t-il? Il l’envoie chez sa mère.