©2018 by Uriel Aviges.

  • Rav Uriel Aviges

Chemot 5777



Les documents

Texte 1

 Or, en ce temps-là, Moïse, ayant grandi, alla parmi ses frères et fut témoin de leurs souffrances. 12 Il aperçut un Égyptien frappant un Hébreu, un de ses frères. Il se tourna de côté et d'autre et ne voyant paraître personne, il frappa l'Égyptien et l'ensevelit dans le sable. 13 Étant sorti le jour suivant, il remarqua deux Hébreux qui se querellaient et il dit au coupable: "Pourquoi frappes-tu ton prochain?" 14 L'autre répondit: "Qui t'a fait notre seigneur et notre juge? Voudrais-tu me tuer, comme tu as tué l'Égyptien?" Moïse prit peur et se dit: "En vérité, la chose est connue!" 15 Pharaon fut instruit de ce fait et voulut faire mourir Moïse. Celui-ci s'enfuit de devant Pharaon et s'arrêta dans le pays de Madian, où il s'assit près d'un puits

Texte 2

Moïse dit à l'Éternel: "De grâce, Seigneur! je ne suis habile à parler, ni depuis hier, ni depuis avant-hier, ni depuis que tu parles à ton serviteur; car j'ai la bouche pesante et la langue embarrassée." 11 L'Éternel lui répondit: "Qui a donné une bouche à l'homme? qui le fait muet ou sourd, clairvoyant ou aveugle, si ce n'est moi, l'Éternel? 12 Va donc, je seconderai ta parole et je t'inspirerai ce que tu devras dire." 13 Il repartit: "De grâce, Seigneur! donne cette mission à quelque autre!" 14 Le courroux de l'Éternel s'alluma contre Moïse et il dit: "Eh bien! c'est Aaron ton frère, le Lévite, que je désigne! Oui, c'est lui qui parlera! Déjà même il s'avance à ta rencontre et à ta vue il se réjouira dans son cœur. 15 Tu lui parleras et tu transmettras les paroles à sa bouche; pour moi, j'assisterai ta bouche et la sienne et je vous apprendrai ce que vous aurez à faire.

Rashi

La colère de Hachem s’enflamma Rabi Yehochou‘a ben Qor‘ha a enseigné : Toutes les fois que, dans la Tora, « s’allume la colère » de Hachem, cela comporte des conséquences, sauf ici. Rabi Chim‘on bar Yo‘haï a enseigné : Ici aussi elle comporte des conséquences, car il est écrit : « N’est-ce pas Aharon ton frère le léwi ». « Aharon était destiné à être un léwi, et non un kohen, et c’est à toi que je me proposais de conférer le sacerdoce. Désormais, c’est lui qui sera kohen, et toi léwi, ainsi qu’il est écrit : “Et Mochè, homme de Eloqim, ses fils seront nommés dans la tribu de Léwi” » (II Divrei Hayamim 23, 14) (Zeva‘him 102a).

Et aussi voici qu’il sort à ta rencontre Lorsque tu te seras mis en route pour te rendre en Egypte.

Il te verra, se réjouira dans son cœur Contrairement à ce que tu pensais, il ne s’offusquera pas de ton accession à une haute dignité. C’est cette attitude qui vaudra à Aharon la faveur de porter les ornements du pectoral, qui est placé sur le « cœur » (Midrach tan‘houma 27 ; Chabath 139a).

Texte 3

 Alors tu diras à Pharaon: ‘Ainsi parle l'Éternel: Israël est le premier-né de mes fils; 23 or, je t'avais dit: Laisse partir mon fils, pour qu'il me serve et tu as refusé de le laisser partir. Eh bien! moi, je ferai mourir ton fils premier-né.’ " 24 Pendant ce voyage, il s'arrêta dans une hôtellerie; le Seigneur l'aborda et voulut le faire mourir. 25 Séphora saisit un caillou, retrancha l'excroissance de son fils et la jeta à ses pieds en disant: "Est-ce donc par le sang que tu es uni à moi?" 26 Le Seigneur le laissa en repos. Elle dit alors: "Oui, tu m'es uni par le sang, grâce à la circoncision!"

Rashi

Ce fut en chemin dans l’auberge… Mochè « était en chemin, dans l’auberge »

Et l’ange « réclama sa mise à mort » Parce qu’il n’avait pas circoncis son fils Eli‘èzèr. Et cette négligence le rendait passible de mort. Une barayetha nous apprend : Rabi Yossi a enseigné : Loin de nous l’idée qu’il ait pu se montrer négligent ! Mais il a fait le raisonnement suivant : « Vais-je circoncire l’enfant et me mettre en route ? L’enfant sera en danger pendant trois jours ! Vais-je le circoncire et attendre trois jours [pour la guérison] ? Le Saint béni soit-Il m’a pourtant ordonné : “Va, retourne en Egypte !” » Pourquoi, alors, a-t-il été puni ? Parce qu’il s’est préoccupé d’abord de son hébergement [au lieu de procéder immédiatement à la circoncision] (Nedarim 31b). L’ange avait pris la forme d’un serpent et il avalait [Mochè] en commençant par la tête jusqu’aux hanches, puis il le rejetait et recommençait par les pieds jusqu’au membre viril. C’est ainsi que Tsipora a compris que c’était à cause de la circoncision (Nedarim 32a).

Elle la jeta à ses pieds Elle l’a jetée devant les pieds de Mochè (Yerouchalmi Nedarim 3, 9).

Elle dit Concernant son fils.

Car tu es un époux de sangs pour moi Tu as été la cause que mon époux ait pu se faire tuer à cause de toi. Tu aurais été le meurtrier de mon mari !

רש"ר הירש שמות פרק ד פסוק כד

יש להבין את המלה "ויבקש", שאם לא כן, יהיה לביטוי, כמוסב על ה', משמעות קשה, וזאת משתי בחינות: ה', המרחם על הכל, לא יחפוץ במות האדם, ומי שה' ירצה להמיתו, הריהו מת. ברם לפי פירושנו בא ביטוי זה ללמדנו, כי ביצוען של תכניות ה' אינו מותנה באיש, - "הרבה שלוחים למקום" - שום אדם, גם לא האיש משה, חיוני והכרחי הוא לה'. ואם הפצרת ה' במשה לקבל עליו את השליחות נתנה מקום לדעה מוטעית זו, כאן תשובתה בצידה. גם לשלוחו, גם למשה, לא ישא ה' פנים. אדרבה: "בקרבי אקדש" (ויקרא י, ג ועי' פי' שם). דבר זה נרמז כבר כאן, בצורה תמציתית.

Menahot 29

Rab Judah said in the name of Rab, When Moses ascended on high he found the Holy One, blessed be He, engaged in affixing coronets to the letters.5 Said Moses, ‘Lord of the Universe, Who stays Thy hand?’6 He answered, ‘There will arise a man, at the end of many generations, Akiba b. Joseph by name, who will expound upon each tittle heaps and heaps of laws’. ‘Lord of the Universe’, said Moses; ‘permit me to see him’. He replied, ‘Turn thee round’. Moses went and sat down behind eight rows7 [and listened to the discourses upon the law]. Not being able to follow their arguments he was ill at ease, but when they came to a certain subject and the disciples said to the master ‘Whence do you know it?’ and the latter replied ‘It is a law given unto Moses at Sinai’ he was comforted. Thereupon he returned to the Holy One, blessed be He, and said, ‘Lord of the Universe, Thou hast such a man and Thou givest the Torah by me!’ He replied, ‘Be silent, for such is My decree’.8 Then said Moses, ‘Lord of the Universe, Thou hast shown me his Torah, show me his reward’. ‘Turn thee round’, said He; and Moses turned round and saw them weighing out his flesh at the market-stalls.9 ‘Lord of the Universe’, cried Moses, ‘such Torah, and such a reward!’ He replied, ‘Be silent, for such is My decree’

Guide des égarées 39

Voilà comment la chose se passa avant Moïse, notre maître. Quant à Moïse, tu sais ce qui lui fut dit et ce qu'il a dit, et (tu connais) cette parole que lui adressa tout le peuple : Aujourd'hui nous avons vu que Dieu parle à un homme etc. (Dent., V, 21). Quant à tous ceux de nos prophètes qui vinrent après Moïse, notre maître, tu sais de quelle manière ils s'expriment dans toutes leurs relations et qu'ils se présentent comme des prédicateurs qui invitent les hommes à suivre la loi de Moïse, menaçant ceux qui s'y montreraient rebelles et faisant des promesses à ceux qui s'efforceraient delà suivre'2). El nous croyons de même qu'il en sera toujours ainsi (3>, comme il a été dit : Elle n'est pas dans le ciel etc. (ibid., XXX, 12); pour nous et pour nos enfants à jamais (ibid., XXIX, 28). Et cela doit être, en effet; car, dès qu'une chose est la plus parfaite possible de son espèce, toute autre chose de la même espèce ne peut pas ne pas être d'une perfection moindre, soit en dépassant la juste mesure, soit en restant au-dessous. Si, par exemple, une complexion égale est ce qu'il y a de plus égal possible dans une espèce, toute complexion qui serait en dehors de cette égalité pécherait par la défectuosité, ou par l'excès. Il en est de même de cette loi, qu'on Voilà comment la chose se passa avant Moïse, notre maître. Quant à Moïse, tu sais ce qui lui fut dit et ce qu'il a dit, et (tu connais) cette parole que lui adressa tout le peuple : Aujourd'hui nous avons vu que Dieu parle à un homme etc. (Dent., V, 21). Quant à tous ceux de nos prophètes qui vinrent après Moïse, notre maître, tu sais de quelle manière ils s'expriment dans toutes leurs relations et qu'ils se présentent comme des prédicateurs qui invitent les hommes à suivre la loi de Moïse, menaçant ceux qui s'y montreraient rebelles et faisant des promesses à ceux qui s'efforceraient delà suivre'2). El nous croyons de même qu'il en sera toujours ainsi (3>, comme il a été dit : Elle n'est pas dans le ciel etc. (ibid., XXX, 12); pour nous et pour nos enfants à jamais (ibid., XXIX, 28). Et cela doit être, en effet; car, dès qu'une chose est la plus parfaite possible de son espèce, toute autre chose de la même espèce ne peut pas ne pas être d'une perfection moindre, soit en dépassant la juste mesure, soit en restant au-dessous. Si, par exemple, une complexion égale est ce qu'il y a de plus égal possible dans une espèce, toute complexion qui serait en dehors de cette égalité pécherait par la défectuosité, ou par l'excès. Il en est de même de cette loi, qu'on a déclarée être égale (c.-à-d. équitable ou juste), en disant : des statuts et des ordonnances justes D'pHîi (ibid., IV, 8); car tu sais que D'pHîî (justes) signifie égaux (ou équitables) (*). En effet, ce sont des pratiques religieuses dans lesquelles il n'y a ni far deau, ni excès, comme (il y en a) dans le monachisme, dans lavie de pèlerin M, etc., ni défectuosité (vice) qui conduise à la gloutonnerie et à la débauche, de manière à diminuer la perfection de l'homme, relativement aux mœurs et à l'étude, comme (le font) toutes les lois (religieuses) des peuples anciens (3). Quand nous parlerons, dans ce traité, des motifs qu'on peut alléguer pour les lois (de Moïse (*'), tu auras tous les éclaircissements nécessaires sur leur égalité 1) et leur sagesse; c'est pourquoi on en a dit : La loi de l'Éternel est parfaite ( Ps. XIX, 8). Quand on prétend qu'elles imposent de grands et lourds fardeaux et qu'elles causent des tourments, c'est là une erreur du jugement. Je montrerai que, pour les hommes parfaits, elles sont faciles; c'est pourquoi on a dit: Qu'est-ce que l'Éternel, ton Dieu, te demande? etc. (Deutér., X, 12); et encore : Ai je été un désert pour Israël, etc. (Jér. , II, 31) (21? Tout cela, certainement, (a été dit) par rapport aux hommes vertueux. Quant aux hommes impies, violents et despotes, ils considèrent, comme la chose la plus nuisible et la plus dure, qu'il y ait un juge qui empêche le despotisme; et de même, pour les hommes à passions ignobles, c'est la chose la plus dure que d'être empêchés de s'abandonner librement à la débauche et d'encourir le châtiment pour s'y être livrés (3). Et c'est ainsi que tout homme vicieux considère comme un lourd fardeau l'empêchement du mal qu'il aime à faire par suite de sa corruption morale W. Il ne faut donc pas mesurer la facilité et la difficulté de la loi selon la passion de tout homme méchant, vil et de mœurs dépravées; mais il faut considérer cette loi au point de vue de l'homme parfait qu'elle veut donner pour modèle à tous les hommes (f). Cette loi seule, nous l'appelons Loi divine; mais tout ce qu'il y a en de hors d'elle en fait de régimes politiques, comme les lois des Grecs et les folies des Sabiens et d'autres (peuples), est l'œuvre d'hommes politiques et non pas de prophètes , comme je l'ai exposé plusieurs fois.

Nous plaisons plus souvent dans le commerce de la vie par nos défauts que par nos qualités. »

La rochefoucault