• Rav Uriel Aviges

Bechalah 5778

Updated: Sep 25, 2018



Les documents

 Moïse fit décamper Israël de la plage des joncs et ils débouchèrent dans le désert de Chour, où ils marchèrent trois jours sans trouver d'eau. 2

Rashi

Mochè fit partir Il les a forcés à partir, car les Egyptiens avaient orné leurs chevaux de parures d’or et d’argent et de pierres précieuses, et les enfants d’Israël s’affairaient à les extraire de la mer (Mekhilta). Le butin de la mer a été plus important que celui d’Egypte, comme il est écrit : « Nous te ferons des ornements d’or avec des paillettes d’argent » (Chir haChirim 1, 11). Voilà pourquoi il a dû les faire partir contre leur gré (Mekhilta).

Texte 2

Les enfants d'Israël s'étaient conformés à la parole de Moïse, en demandant aux Égyptiens des vases d'argent, des vases d'or et des vêtements 36 et le Seigneur avait inspiré pour ce peuple de la bienveillance aux Égyptiens, qui lui prêtèrent, de sorte qu'il dépouilla les Égyptiens.

Rashi

Ils empruntèrent (littéralement : « ils leur donnèrent davantage ») Ils leur donnaient même ce qu’ils ne demandaient pas. « Tu dis : “Un !” Prends-en deux et va-t’en ! »

Ils dépouillèrent Traduction du Targoum Onqelos : « ils vidèrent »

 Pesahim 118

R. Huna said: The Israelites of that generation [sc. of the Egyptian exodus] were men of little faith, and as Rabbah b. Mari expounded: What is taught by the verse, But they were rebellious at the sea, even at the Red Sea?3 This teaches that in that moment the Israelites were rebellious and said: Just as we ascend at one side [of the sea] so do the Egyptians ascend from another. Whereupon the Holy One, blessed be He, ordered the Prince of the Sea,4 ‘Spue them forth on to the dry land.’ Said he to Him, ‘Sovereign of the Universe! Does a master make a gift to his servant and then take it back from him!’ ‘I will give you one and a half times their number,’ He replied. ‘Sovereign of the Universe, he pleaded, ‘can a servant claim [a debt] from his Master!’ ‘Let the brook of Kishon be surety for Me,’ He answered. Straightway he spewed them forth on to the dry land, and Israel came and saw them, as it is said, and Israel saw the Egyptians dead on the sea-shore.5

Chabat 119

Joseph-who-honours-the-Sabbaths had in his victory a certain gentile who owned much property. Soothsayers17  told him, 'Joseph-who-honours-the-Sabbaths will consume all your property.18  — [So] he went, sold all his property, and bought a precious stone with the proceeds, which he set in his turban. As he was crossing a bridge the wind blew it off and cast it into the water, [and] a fish swallowed it. [Subsequently] it [the fish] was hauled up and brought [to market] on the Sabbath eve towards sunset. 'Who will buy now?' cried they. 'Go and take them to Joseph-who-honours-the-Sabbaths,' they were told, 'as he is accustomed to buy.' So they took it to him. He bought it, opened it, found the jewel therein, and sold it for thirteen roomfuls19  of gold denarii.20  A certain old man met him [and] said, 'He who lends to the Sabbath,21  the Sabbath repays him.'

Un roi nouveau s'éleva sur l'Égypte, lequel n'avait point connu Joseph. 9 Il dit à son peuple: "Voyez, la population des enfants d'Israël surpasse et domine la nôtre. 10 Eh bien! usons d'expédients contre elle; autrement, elle s'accroîtra encore et alors, survienne une guerre, ils pourraient se joindre à nos ennemis, nous combattre et sortir de la province." 11 Et l'on imposa à ce peuple des officiers de corvée pour l'accabler de labeurs et il bâtit pour Pharaon des villes d'approvisionnement, Pithom et Ramessès.

Rashi

Des villes d’approvisionnement (miskenoth) Traduction du Targoum Onqelos : « des villes servant d’entrepôts à Pharaon », comme dans : « va trouver cet intendant (sokhèn) » (Yecha’ya 22, 15). Il s’agit de l’intendant préposé aux entrepôts (Chemoth raba).

Pithom et Ra‘amsés [Ces villes existaient déjà, Ra‘amsés étant mentionnée dans Beréchith 47, 11]. Elles ne convenaient cependant pas à cet usage. Aussi les a-t-on fortifiées et renforcées pour qu’elles servent d’entrepôt

Berahot 32

R. Eleazar also said: Moses spoke insolently towards heaven, as it says, And Moses prayed unto the Lord.7  Read not el [unto] the Lord, but 'al [upon] the Lord, for so in the school of R. Eliezer alefs were pronounced like 'ayins and 'ayins like alefs. The school of R. Jannai learnt it from here: And Di-Zahab.8  What is 'And Di-Zahab'? They said in the school of R. Jannai: Thus spoke Moses before the Holy One, blessed be He: Sovereign of the Universe, the silver and gold [zahab] which Thou didst shower on Israel until they said, Enough [dai], that it was which led to their making the Calf. They said in the school of R. Jannai: A lion does not roar over a basket of straw but over a basket of flesh. R. Oshaia said: It is like the case of a man who had a lean but large-limbed cow. He gave it lupines to eat and it commenced to kick him. He said to it: What led you to kick me except the lupines that I fed you with? R. Hiyya b. Abba said: It is like the case of a man who had a son; he bathed him and anointed him and gave him plenty to eat and drink and hung a purse round his neck and set him down at the door of a bawdy house. How could the boy help sinning? R. Aha the son of R. Huna said in the name of R. Shesheth: This bears out the popular saying: A full stomach is a bad sort, as It says, When they were fed they became full, they were filled and their heart was exalted; therefore they have forgotten Me.9  R. Nahman learnt it from here: Then thy heart be lifted up and thou forget the Lord.10  The Rabbis from here: And they shall have eaten their fill and waxen fat, and turned unto other gods.11  Or, if you prefer, I can say from here. But Jeshurun waxed fat and kicked.12  R. Samuel b. Nahmani said in the name of R. Jonathan. Whence do we know that the Holy One, blessed be He, in the end gave Moses right? Because it says, And multiplied unto her silver and gold, which they used for Baal.13

Exode 32

Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s'attroupa autour d'Aaron et lui dit: "Allons! fais-nous un dieu qui marche à notre tête, puisque celui-ci, Moïse, l'homme qui nous a fait sortir du pays d'Égypte, nous ne savons ce qu'il est devenu." 2 Aaron leur répondit: "Détachez les pendants d'or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles et me les apportez." 3 Tous se dépouillèrent des pendants d'or qui étaient à leurs oreilles et les apportèrent à Aaron. 4 Ayant reçu cet or de leurs mains, il le jeta en moule et en fit un veau de métal; et ils dirent: "Voilà tes dieux, ô Israël

Rashi

Que Mochè tardait (bochéch) à descendre Il s’agit, ainsi que le rend le Targoum Onqelos, d’un mot contenant une idée de « retard », comme dans : « Pourquoi son char tarde-t-il (bachach) à venir ? » (Choftim 5, 28), « Ils attendirent jusqu’à ce qu’il fût tard (boch) » (Choftim 3, 25). Lorsque Mochè était monté sur la montagne, il leur avait annoncé : « Je serai de retour après quarante jours, dans les six premières heures. » Mais ils croyaient, eux, que le jour de son ascension faisait partie du décompte. Or, il avait parlé, lui, de jours complets, à savoir quarante jours avec les nuits qui les précédaient. La nuit qui a précédé le jour où il est monté, à savoir le 7 siwan, n’en faisait pas partie, de sorte que le quarantième tombait le 17 tamouz. Le 16 est venu le Satan qui a jeté la confusion dans le monde. Il lui a donné l’apparence de ténèbres, d’obscurité, de brume et de désordre, de sorte qu’ils se sont dit : « Mochè est sûrement mort, pour que le monde soit ainsi déréglé ! » Il leur a alors annoncé : « Mochè est mort, puisque six heures se sont écoulées et qu’il n’est pas arrivé… » C’est ce que nous enseigne le traité Chabath (89a). Et il n’est pas possible de soutenir que leur erreur ne serait provenue que d’une confusion due à la présence de nuages, qui les aurait empêchés de faire la distinction entre le matin et l’après-midi. Mochè n’est redescendu, en effet, que le lendemain, comme il est écrit : « Ils se levèrent de bon matin à partir du lendemain, ils élevèrent des holocaustes… » (verset 6).

Qui marchent devant nous Ils visaient à de nombreuses divinités.

Car celui-ci, Mochè, l’homme Le Satan leur a montré une forme ressemblant à Mochè, que l’on portait en l’air dans le firmament céleste (Chabath 89a)

Exode 15

Alors Moïse et les enfants d'Israël chantèrent l'hymne suivant à l'Éternel. Ils dirent: "Chantons l'Éternel, il est souverainement grand; coursier et cavalier, il les a lancés dans la mer

rashi

Alors chantera Mochè « Alors », quand il vit le miracle, son cœur l’engagea à chanter (au futur), comme dans : « Alors parlera Yehochou‘a… » (Yehochou‘a 10, 12), ou dans : « Il fera une maison pour la fille de Pharaon » (I Melakhim 7, 8), où le texte veut dire qu’il a pris la décision de la construire. De même ici, « il chantera » : son cœur lui a dit qu’il devait chanter, et c’est ce qu’il a fait : « ils dirent en disant : Je chanterai à Hachem… » Dans le cas de Yehochou‘a, quand il a vu le miracle, son cœur lui dit qu’il devait chanter, et c’est ce qu’il a fait : « Il dit en présence de tout Israël… » (Yehochou‘a 10, 12). De même pour le cantique du puits, où le texte commence par : « Alors chantera Israël… » (Bamidbar 21, 17), puis précise ensuite : « Monte, puits ! Répondez-lui ! » Ou encore : « Alors Chelomo construira un haut-lieu » (I Melakhim 11, 7), verset que les Sages d’Israël expliquent comme voulant dire qu’il a voulu le construire mais qu’il ne l’a pas fait (Chabath 56b, Sanhèdrin 91b). Cela nous apprend que la lettre yod [de yachir (« chantera »)] sert à marquer l’intention – tel est le sens littéral. Quant au midrach, nos Maîtres ont enseigné que l’on trouve ici une allusion faite par la Tora à la résurrection des morts (Sanhèdrin 91b). Il en est ainsi pour tous les exemples cités, sauf celui de Chelomo où ils expliquent qu’il a eu l’intention de construire mais ne l’a pas fait.

Tu guides, par ta grâce, ce peuple que tu viens d'affranchir; tu le diriges, par ta puissance, vers ta sainte demeure. 14 A cette nouvelle, les peuples s'inquiètent, un frisson s'empare des habitants de la Philistée

Sur eux pèse l'anxiété, l'épouvante; la majesté de ton bras les rend immobiles comme la pierre, jusqu'à ce qu'il ait passé, ton peuple, Seigneur! Qu'il ait passé, ce peuple acquis par toi; 1

Que tu les aies amenés, fixés, sur ce mont, ton domaine, résidence que tu t'es réservée, Seigneur! Sanctuaire, ô mon Dieu! Préparé par tes mains.

©2018 by Uriel Aviges.