• Rav Uriel Aviges

Vayikra 5777



Les documents

Et il appela Moïse, et  L'Éternel  lui parla, de la Tente d'assignation, en ces termes: 2 "Parle aux enfants d'Israël et dis-leur: Si quelqu'un d'entre vous veut présenter au Seigneur une offrande de bétail, c'est dans le gros ou le menu bétail que vous pourrez choisir votre offrande

Il appela Mochè Toutes les fois que Hachem s’est adressé à Mochè en lui « parlant », en lui « disant » et en lui « ordonnant », il a commencé par « appeler », expression d’affection (Yoma 4b, Wayiqra raba), identique à celle employée par les anges de service, comme il est écrit : « Il “appela” l’un l’autre… » (Yecha’yah 6, 3). Tandis que c’est de manière fortuite et impure qu’Il se révèle aux prophètes des nations du monde, comme il est écrit : « Éloqim “survint” vers Bil‘am, il lui dit… » (Bamidbar 23, 4).

Il appela Mochè La voix se propageait et atteignait ses oreilles, et nul en Israël ne l’entendait. J’aurais pu penser qu’il y eût eu un appel également pour signaler les interruptions dans le discours. Aussi est-il écrit : « lui parla », ce qui veut dire qu’il y a eu un « appel » lors de la prise de parole, et non pour les interruptions. Et à quoi les interruptions ont-elles servi ? À donner à Mochè le temps de réfléchir entre chaque paragraphe et le suivant et entre un sujet et l’autre. À plus forte raison un s Il appela Mochè Toutes les fois que Hachem s’est adressé à Mochè en lui « parlant », en lui « disant » et en lui « ordonnant », il a commencé par « appeler », expression d’affection (Yoma 4b, Wayiqra raba), identique à celle employée par les anges de service, comme il est écrit : « Il “appela” l’un l’autre… » (Yecha’yah 6, 3). Tandis que c’est de manière fortuite et impure qu’Il se révèle aux prophètes des nations du monde, comme il est écrit : « Éloqim “survint” vers Bil‘am, il lui dit… » (Bamidbar 23, 4).

Il appela Mochè La voix se propageait et atteignait ses oreilles, et nul en Israël ne l’entendait. J’aurais pu penser qu’il y eût eu un appel également pour signaler les interruptions dans le discours. Aussi est-il écrit : « lui parla », ce qui veut dire qu’il y a eu un « appel » lors de la prise de parole, et non pour les interruptions. Et à quoi les interruptions ont-elles servi ? À donner à Mochè le temps de réfléchir entre chaque paragraphe et le suivant et entre un sujet et l’autre. À plus forte raison un simple être humain en a-t-il besoin lorsqu’il étudie auprès d’un de ses semblables.

En disant Va leur dire des paroles sévères : « C’est à cause de vous qu’Il me parle ! » Il se trouve que jamais, pendant les trente-huit années qu’Israël a passées dans le désert après avoir été rejeté à cause de la faute des explorateurs, la parole de Hachem ne s’est pas adressée exclusivement à Mochè, comme il est écrit : « Ce fut, quand ont pris fin tous les hommes de la guerre, pour mourir… » (Devarim 2, 16), suivi de : « Hachem me parla en disant » (verset 17), comme pour marquer que « ce n’est qu’à ce moment-là qu’Il m’a adressé la parole ».

Guide des égarés 2 37

On sait que, dans chacune de ces trois classes, il y a un grand nombre de gradations. Chacune des deux premières classes se divise en deux parties, comme nous l'avons exposé. En effet, l’émanation qui arrive à chacune des deux classes est, ou bien suffisante seulement pour perfectionner l’individu, et pas plus, ou bien elle est assez forte pour qu’il en reste à cet individu de quoi en perfectionner d’aùtres”-. En ce qui concerne la première classe, celle des savants, tantôt ce qui se répand sur la faculté rationnelle (3) de l’individu est suffisant pour en faire un homme d’élude et d’intelligence, possédant des connaissances et dù discernement, mais qui ne se sent pas porté à instruire les autres, ni à composer des ouvrages, n’ayant pour cela ni le goût ni la capacité (nécessaire); tantôt, ce qui se répand sur lui est d'une force suffisante pour le stimuler nécessairement à composer des  ouvrages et à professer. Il en est de même de la deuxième classe: tantôt tel prophète a des inspirations qui servent seulement à le perfectionner lui-même; tantôt il est inspiré de manière à être forcé de faire un appel aux hommes, de les instruire et de répandre sur eux (une partie) de sa perfection. Il est donc clair que, sans cette perfection surabondante , on n'aurait pas composé de livres sur les sciences, et les prophètes n'auraient pas appelé les hommes à la connaissance de la vérité. En effet, un savant n'écrit rien pour lui-même, afin de s'enseigner à lui même ce qu’il sait déjà; mais il est dans la nature de cet intellect (actif) (il de se communiquer perpétuellement et d'étendre successivement son épanchement d'un individu à un autre, jusqu'à ce qu'il arrive à un individu au delà duquel son influence ne saurait se répandre (3) et qu'il ne fait que perfectionner (personnellement). comme nous l'avons expliqué, par une comparaison, dans un des chapitres de ce traité“). La nature de cette chose fait que celui qui a reçu cet épanchement surabondant prêche nécessairement aux hommes, n'importe qu'il soit écouté ou non, dût-il même exposer sa personne (5); de sorte que nous trouvons des prophètes qui prêchèrent aux hommes jusqu'à se faire tuer, stimulés par cette inspiration divine qui ne leur lais sait ni tranquillité ni repos (l), lors même qu'ils étaient frappés de grands malheurs. C’est pourquoi tu vois Jérémie déclarer, qu'à cause du mépris qu'il essuyait de la part de ces hommes rebelles et incrédules qui existaient de son temps, il voulait cacher (3) sa mission prophétique et ne plus les appeler à la vérité qu'ils avaient rejetée, mais que cela lui était impossible: Car la parole de l’Èternel, dit—il, est devenue pour moi une cause d’opprobre et de dérision tout le jour. Je me disais: Je ne ferai plus mention de-lui, et je ne parlerai plus en son nom ; mais il y avait dans mon cœur comme un feu ardent, renferme‘ dans mes os; j’e’tais las de le supporler, je ne le pouvais plus (lérémie, XX, 8, 9). C’est dans le même sens qu'un autre prophète a dit: Le Seigneur, l’Èternel, a parlé; qui ne prophetiserait pas (Amos,  III, 8)? —— Il faut te pénétrer de cela.

L'homme qui aime la sagesse réjouit son père; celui qui fréquente des courtisanes perds une fortune

אלשיך משלי פרק כט

והוא במה שידענו כי הרב לגבי התלמיד אב יקרא, ואמר בהיות (ג) איש אוהב חכמה שלפחות איש א' מהתלמידים חושק למוד החכמה ישמח אביו, כי יותר ממה שהעגל רוצה לינק פרה רוצה להניק, אמנם אשר הוא כרועה זונות שהבעל הרועה אותם חפץ לידבק בהן והן כל מגמתן לזולתו, כן החכם הרועה את תלמידיו וחפץ להריק בם מחכמתו ולבם לא כן רק בדברים חיצוניים, כי לא יאהבו החכמה רק מצות אנשים מלומדה, הנה הרועה ההוא למאבד הון יתייחס, בלמדו אותם כי בימים ההם ובזמן ההוא היה עוסק לעצמו ומעמיק להשיג הון רב מחכמת התורה וזהו ורועה וכו',

Il y a lieu d’expliquer, que le père signifie le maitre ici, donc, celui qui enseigne à un élève qui aime la sagesse, il va se réjouir, car la vache a plus besoin d’allaiter que le veau de teter. Mais si un maitre est un berger de prostituées, c’est-à-dire qu’ il enseigne a des élèves non intéressés, alors il perd une fortune, car il n’a aucune satisfaction de son travaille. L’élève peu motivé est comparé à une prostituée, par ce que le client de la prostituée veut lui donner quelque chose, mais elle ne pense qu’a elle-même.

Sartre les mots

je fus amené à penser systématiquement contre moi-même au point de mesurer l'évidence d'une idée au déplaisir qu'elle me causait",

nombre 15 39

"Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur de se faire des franges aux coins de leurs vêtements, dans toutes leurs générations, et d'ajouter à la frange de chaque coin un cordon d'azur. 39 Cela formera pour vous des franges dont la vue vous rappellera tous les commandements de l'Éternel, afin que vous les exécutiez et ne vous égariez pas à la suite de votre cœur et de vos yeux, qui vous entraînent à l'infidélité. 40 Vous vous rappellerez ainsi et vous accomplirez tous mes commandements, et vous serez saints pour votre Dieu.

Menahot 39a

  What is the minimum length of a joint? — It was taught: Rabbi says, [In a joint] the thread must be wound once, twice and a third time. It was taught: If a man wishes to make few,19 he should not make less than seven, and if many, he should not make more than thirteen. If few, he should not make less than seven, to correspond to the seven heavens;20 and if many, he should not make more than thirteen, to correspond to the seven heavens plus the six intervening spaces.

Rashi

רש"י מסכת מנחות דף לט עמוד א

מדמי סידורה לסידור הרקיעים כדי לזכרנו לטובה שאף שמים כמו כן נזקק לציצית.

On fait ressembler l’organisation du tsitsit a celui du ciel, pour qu’on se souvienne de nous pour le bien, car meme le ciel a besoin qu’on pense a lui.

On lavera dans l'eau les intestins et les jambes; alors le pontife fera fumer le tout sur l'autel comme holocauste, combustion d'une odeur agréable au Seigneur.

Zevahim2

A sacrifice is slaughtered for the sake of six things: For the sake of the sacrifice, for the sake of the sacrificer, for the sake of the Divine Name, for the sake of fire-offerings, for the sake of a savour, for the sake of pleasing, and a sin-offering and a guilt-offering for the sake of sin.

©2018 by Uriel Aviges.