• Rav Uriel Aviges

Vayetse 5778


1- Jacob l’homme inspire par les autres

Dans la parasha on peut lire le passage suivant « Jacob se remit en chemin et alla vers la terre des enfants de l'Orient. 2 II vit un puits dans les champs et là, trois troupeaux de menu bétail étaient couchés à l’entour, car ce puits servait à abreuver les troupeaux. Or la pierre, sur la margelle du puits, était grosse. 3 Quand tous les troupeaux y étaient réunis, on faisait glisser la pierre de dessus la margelle du puits et l'on abreuvait le bétail, puis on replaçait la pierre sur la margelle du puits. 4 Jacob leur dit : "Mes frères, d'où êtes-vous ?" Ils répondirent : "Nous sommes de Haran." 5 II leur dit : "Connaissez-vous Laban, fils de Nahor ?" Ils répondirent : "Nous le connaissons." 6 Il leur dit : "Est-il en paix ?" Et ils répondirent: "En paix; et voici Rachel, sa fille, qui vient avec son troupeau." 7 "Mais," reprit-il, "le jour est encore long, il n'est pas l'heure de faire rentrer le bétail: abreuvez les brebis et les menez paître." 8 Ils dirent: "Nous ne saurions, jusqu'à ce que tous les troupeaux soient rassemblés: on déplacera alors la pierre qui couvre l'orifice du puits et nous ferons boire les brebis." 9 Comme il s’entretenait avec eux, Rachel vint avec le troupeau de son père car elle était bergère. 10 Lorsque Jacob vit Rachel, fille de Laban, frère de sa mère et les brebis de ce dernier, il s'avança, fit glisser la pierre de dessus la margelle du puits et fit boire les brebis de Laban, frère de sa mère. 11 Et Jacob embrassa Rachel et il éleva la voix en pleurant. »

La pierre qui couvre le puit ne peut être déplacée que par plusieurs personnes, Jacob lui-même au début du narratif n’est pas capable de la déplacer.  Puis, lorsque rachel arrive, Jacob est sublimé par elle et il se trouve investi d’une force surnaturelle qui lui permet de déplacer la pierre avec facilité. Ce passage de la torah parait superflu, il ne s’inscrit pas dans le développement de l’histoire familiale et tribale du peuple d’Israël. Cette anecdote aurait dû se trouver dans le midrash.

En réalité, ce passage vient nous expliquer l’essence de la nature de Jacob, Jacob est capable de se dépasser, il est habité par une force supérieure, mais uniquement lorsqu’il est inspiré par quelqu’un d’autre. Jacob a pris les bénédictions d’Isaac uniquement par ce qu’il est inspiré par sa mère, lorsqu’il va se marier, il le fait pour accomplir la volonté de ses parents. Lorsqu’il va travailler et faire fortune il le fait par ce qu’il est inspiré par Rachel.

Lorsqu’il se bat avec l’ange, il le fait pour protéger sa famille. Tant que Jacob est inspiré par ses proches il est invincible, surhumain, hyper courageux, mais dès qu’il n’est plus inspiré par ceux qui l’entoure toute sa force l’abandonne il devient peureux et dépressif.

Lorsque dinah se fait violer par Sichem le fils de Hamor, il condamne l’action de ses fils, non pas au nom de la justice, il ne condamne pas ses enfants par ce qu’ils ont massacré des innocents, il les condamne par ce dont il a peur des représailles.

 Le verset dit en effet « deux des fils de Jacob, Siméon et Lévi, frères de Dina, prirent chacun leur épée, marchèrent sur la ville avec assurance et tuèrent tous les mâles ; 26 et Hamor et Sichem son fils, ils les passèrent au fil de l’épée ; ils emmenèrent Dina hors de la maison de Sichem et ils ressortirent. 27 Les fils de Jacob vinrent dépouiller les cadavres et pillèrent la ville qui avait déshonoré leur sœur : 28 leur menu bétail, leur gros bétail, leurs ânes, ce qu'ils avaient à la ville, ce qu'ils avaient aux champs, ils le ravirent. 29 Tous leurs biens, tous leurs enfants et leurs femmes, ils les emmenèrent et les dépouillèrent, avec tout ce qui était dans les maisons. 30 Jacob dit à Siméon et à Lévi : "Vous m'avez rendu malheureux en me mettant en mauvaise odeur chez les habitants du pays, le Cananéen et le Phérézéen ; moi, je suis une poignée d'hommes, ils se réuniront contre moi et me frapperont et je serai exterminé avec ma famille." 31 Ils répondirent : "Devait-on traiter notre sœur comme une prostituée ?"

Ce passage montre que Jacob a perdu tout courage, il est défaitiste. Il a peur de l’opinion des peuples voisins. Qu’est devenu l’homme qui domine les anges et les hommes ? en réalité, du fait qu’il a été dégouté par le comportement de dinah, qui selon le verset n’est pas innocente dans son viol, et par le comportement des frères qui se sont comportés comme des brigands ou des terroristes, il n’est plus inspiré par sa famille et a ce moment la il perd toute sa force et tout son courage, il passe de surhomme a sous homme.

Par la suite lorsque Jacob croit josef mort, Jacob rentre dans une dépression qui durera 22 ans. Le midrash explique que Jacob soupçonne les frères d’avoir tuée josef, il sait donc que sa famille n’est pas pure, il n’est plus inspiré par elle, et donc descend encore plus bas, au point de ne plus vouloir sortir de son lit pendant plus de 20 ans.

Au début de la parasha on peut lire le versets suivants « Jacob sortit de Beer Shava et se dirigea vers Haran. ». Rashi commente : « Il alla Il aurait suffi d’écrire simplement : « il alla à ‘Haran ». Pourquoi mentionner son départ de Béer Chèva’ ? C’est pour nous apprendre que le départ d’un juste fait impression dans l’endroit qu’il quitte. Aussi longtemps que le juste se trouve dans une ville, c’est lui qui en est la beauté, c’est lui qui en est l’éclat, c’est lui qui en est la majesté. Lorsqu’il la quitte, finie sa beauté, fini son éclat, finie sa majesté, comme dans : « elle sortit de l’endroit » (Routh 1, 7) à propos de Naomi et Routh (Beréchith raba 68, 6). »

Ce commentaire pose problème, en effet, Avram et Isaac, se sont beaucoup déplacés, pourtant il n’est jamais dit à leur sujet qu’ils sont sortis de leur ville. Cette expression est utilisée uniquement au sujet de Jacob et plus tard chez Naomi et Routh, pourquoi ? le verset veut nous montrer que Jacob avait un impact sur les autres beaucoup plus grand qu’Abraham ou Isaac, ou même plus tard Moshe ou David.

En effet, du fait que Jacob est inspiré par les autres, du même coup, il les inspire aussi. Selon le midrash tous les élèves d’Abraham sont retournés à l l’idolâtrie après sa mort, de même Isaac n’arrive pas changer le comportement d’essav ou de ses femmes. Jacob lui arrive à changer le comportement d’essav et de tous ses enfants, et même des peuples environnants puisque les gens de la chehem sont prêt à se convertir.

 Plus un homme est inspiré par les autres plus il est capable des les inspirer, c’est pour cette raison que lorsque Jacob quitte la ville, c’est toute la ville qui ressent le manque. Avram et Isaac qui sont plus dogmatiques n’ont pas la même influence ni le même impacte sur leur entourage.

2- Sexualité inspiration et sainteté

On peut donc distinguer deux mouvements dans la vie de Jacob, d’abord un mouvement ascendant, ou tout lui réussit par ce qu’il est inspiré par sa famille, et un mouvement descendant ou il chute complètement lorsqu’il perd la foi en sa famille.

Le point de basculement entre ces deux périodes se trouve dans la parasha de la semaine prochaine, lorsque Jacob rencontre essav.

Le verset dit en effet (32, 23) « Il se leva, quant à lui, pendant la nuit ; il prit ses deux femmes, ses deux servantes et ses onze enfants et passa le gué de Jacob. “ Rashi explique : Et ses onze fils Et Dina, où était-elle ? Ya‘aqov l’avait enfermée dans une caisse verrouillée pour que ‘Essav ne puisse porter ses regards sur elle. Et il a été puni pour l’avoir ainsi refusée à son frère. Peut-être l’aurait-elle ramené vers le bien ! On sait qu’elle est tombée par la suite entre les mains de Chehem (Beréchith raba 76, 9). ».

Jacob enferme dina dans une boite, à partir de ce moment toute la vie de Jacob est une chute.

Jacob enferme dinah, par ce qu’il voit en elle un désir sexuel fort. La torah remarque qu’elle a hérité ce désir de sa mère Leah. En effet, au sujet de dinah il est écrit plus tard « Or, Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour faire connaissance avec les filles du pays. » et Rashi explique « La fille de Léa Et non la fille de Ya‘aqov ! Si on l’appelle ici « la fille de Léa », c’est à cause de sa « sortie ». Car Léa aussi avait l’habitude de sortir, ainsi qu’il est écrit (supra 30, 16) : « Léa sortit à sa rencontre » (Beréchith raba 80, 1). (Pour avoir une relation sexuelle tarifée avec Jacob) D’où le proverbe : Telle mère, telle fille ! “

(En réalité tous les descendants de Leah auront des problèmes avec le sexe. (Judah et tamar, David et Bethsabée, Salomon pratique l’idolâtrie par ce que les femmes ont détourné son cœur). Alors que tous les descendant de Rachel auront des problèmes avec l’argent, Rachel vole les statues de son père, le veau d’or est un symbole de josef, plus tard réutilise par jéroboam le fils de Neva qui en fait construire 2 dans le domaine hérité par josef. Le veau d’or symbolise l’adoration de l’argent. La déchéance des dix tributs est attribuée par Isaïe par l’amour de l’argent et du profit. Selon certains de mes élèves Rachel n’a consentie à se marier avec Jacob que lorsqu’elle a vue qu’il est devenu riche. Cette lecture n’est pas inadmissible.)

Il est important de remarquer, que Jacob en enfermant dinah copie le comportement de Lavan, en effet dans le passage de notre parasha, lorsque Jacob rencontre rachel au bord du puit, Leah qui est pourtant la grande fille que Laban cherche à marier est absente. Pourtant elle aurait dû aussi s’occuper du troupeau de son père, et profiter de son occupation pour rencontrer les jeunes bergers qui s’attroupaient autours du puit tous les jours. Nahmanide explique que Lavan avait vu que Leah avait une sexualité très forte, et c’est pour cette raison qu’il l’enfermait a la maison en l’empêchant de travailler.

Or ce point est crucial, puisque toutes les bénédictions que Jacob devait recevoir dépendaient d’une condition, qu’il ne soit pas influencé par le comportement de Lavan. Au début de la parasha après le rêve de l’échelle Jacob fait un veux il dit « Jacob prononça un vœu en ces termes: "Si le Seigneur est avec moi, s'il me protège dans la voie où je marche, s'il me donne du pain à manger et des vêtements pour me couvrir; 21 si je retourne en paix à la maison paternelle, alors le Seigneur aura été un Dieu pour moi 22 et cette pierre que je viens d'ériger en monument deviendra la maison du Seigneur et tous les biens que tu m'accorderas, je veux t'en offrir la dîme."

Rashi explique « En paix Le mot Chalom (« paix ») contient l’idée « d’intégrité ». « Entier » de tout péché, car je ne veux rien apprendre des manières d’agir de Lavan. »

De même lorsque Jacob rencontre essav (dont la valeur numérique du nom est Chalom paix) la première chose qu’il lui dit par messager c’est « ”Vous parlerez ainsi à mon seigneur, à Ésaü : ‘Ainsi parle ton serviteur Jacob : 6 J'ai séjourné (garti, en hébreux) chez Laban et prolongé mon séjour jusqu'à présent. J'ai acquis bœufs et ânes, menu bétail, esclaves mâles et femelles ; je l'envoie annoncer à mon seigneur, pour obtenir faveur à ses yeux.’ " Et Rashi commente « La valeur numérique des lettres de « garti » est six cent treize, comme si Ya‘aqov avait voulu dire : Tout en séjournant chez Lavan l’impie, j’ai continué d’observer les six cent treize commandements et je n’ai pas suivi ses mauvais exemples. »

Mais Jacob se trompe en disant cela. Où est l’erreur ?

En réalité, plus on réprime la sexualité plus on l’exacerbe, il est réellement impossible et stérile de combattre la sexualité par l’enfermement, la sexualité ne peut être que canalisée pour la mitswah de procréer, ce que fait Leah de manière exemplaire, ou bien elle peut être sublimée dans un acte créateur, comme le fait David en écrivant les psaumes.

Pourquoi Jacob n’a-t-il pas été capable de comprendre et de gérer la sexualité de sa fille ? pourquoi c’est par cette faille qu’il va tout perdre ?

Dans le combat avec l’ange le verset dit que la hanche de Jacob a été luxée, Rashi commente que la hanche c’est l’endroit qui permet d’avoir des rapports sexuels. (C’est par là où l’on donne le coup de rein).

En réalité ce qui empêche l’homme d’être véritablement inspiré par son prochain, c’est le désir sexuel. Le sexe comme son nom latin l’indique, est une rupture qui empêche de voir la grandeur et la spiritualité qui existe chez l’autre. C’est pour cette raison que la sexualité reste le point aveugle que Jacob a du mal à gérer.

L’attribut de Jacob est la sainteté. La bible dit en effet : (Isaïe 29 23) « Car, lorsque ses enfants la verront, l'œuvre des mains que j'accomplirai au milieu de lui, ils rendront hommage à mon nom ; ils sanctifieront le Saint de Jacob et exalteront le Dieu d'Israël. », un autre verset dit « Mais sur le mont Sion un débris subsistera et sera une chose sainte, et la maison de Jacob rentrera en possession de son patrimoine ».

Dans le livre de vaykrah la torah commende aux juifs d’être saints au moment de leur donner les lois des interdits sexuels. Le verset dit « L’Éternel parla à moïse en ces termes : 2 "Parle à toute la communauté des enfants d'Israël et dis-leur : Soyez saints ! Car je suis saint, moi l'Éternel, votre Dieu” Rashi commente : “Soyez saints Tenez-vous complètement à l’écart de la débauche et des péchés ! Car toutes les fois que l’on trouve une mise en garde contre la débauche, on trouve mention de la sainteté : « Ils ne prendront pas une femme prostituée ou profanée […] je suis Hachem qui vous sanctifie » (infra 21, 7 et 8), « et il ne profanera pas sa descendance dans son peuple, car je suis Hachem qui le sanctifie » (infra 20, 15), « ils seront saints […] ils ne prendront pas une femme prostituée ou profanée » (infra 21, 6 et 7). » or Rashi semble oublier que la mitswah qui suit l’injonction a être saint n’a rien à voir  avec les interdits sexuel, ce qui suit immédiatement cette injonction, c’est la mitswah suivante «  Révérez, chacun, votre mère et votre père, ».  En quoi cette mitswah est elle en relation avec la sainteté ?

Ce que les versets veulent nous montrer c’est que justement la raison pour laquelle on peut avoir accès a la grandeur de ses parents, c’est par ce qu’il n’y a pas d’attraction sexuelle envers eux.  La sexualité est vu comme une condition à la sainteté, du fait que la sainteté c’est justement être sensible à la grandeur qu’il y a chez l’autre.

Pour être inspiré par l’autre il faut faire abstraction du désir sexuel, c’est pour cette raison que Jacob a été attiré par la frigidité de rachel. (La torah raconte que rachel n’est pas attirée sexuellement par Jacob, elle préfère recevoir des fleurs, plutôt que d’avoir des relations avec son mari. La nuit de noce elle envoie sa sœur a sa place.) Jacob pensait que, du fait qu’elle n’était pas attirée sexuellement par lui, elle pourrait être inspirée par sa grandeur spirituelle. Si l’homme est attiré par les femmes qui le rejette, c’est par ce qu’inconsciemment il interprète ce rejet comme une occasion de mettre à nu sa grandeur spirituelle.

3- Jacob la face de l’homme sur le char céleste

Dans la prière journalière la première bénédiction correspond à Avram, la deuxième à Isaac, et la troisième à Jacob. La troisième bénédiction s’appelle la bénédiction de la sainteté. A l’intérieur de cette bénédiction lorsqu’il y a un minyen on recite la « kedoucha ».

La kedoucha est inspirée d’un texte d’Isaïe que voici « L'année de la mort du roi Ouzia, je vis le Seigneur siégeant sur un trône élevé et majestueux, et les pans de son vêtement remplissaient le temple. 2 Des séraphins se tenaient debout près de lui, chacun, ayant six ailes dont deux cachaient son visage, deux couvraient ses pieds, deux servaient à voler. 3 S'adressant l’un à l'autre, ils s’écriaient : "Saint, saint, saint est l'Eternel-Cebaot ! Toute la terre est pleine de sa gloire !" 4 Et les colonnes des portes s'agitèrent au bruit de cet appel, tandis que l'enceinte s'emplissait de fumée. 5 Et je me dis : "Malheur à moi, je suis perdu ! Car je suis un homme aux lèvres impures, je demeure au milieu d'un peuple aux lèvres impures, et mes yeux ont vu le Roi, l'Eternel-Cebaot !" 6 Alors un des séraphins vola à moi, tenant en main une pierre ardente, qu'il avait prise sur l'autel avec des pincettes. 7 Il en effleura ma bouche et dit : "Ceci a touché tes lèvres, et maintenant tes péchés ont disparu, tes fautes sont effacées."

Le rav David Kimmhi un des commentateurs majeurs des prophètes (sur lequel on dit l’adage « im ein kemah ein torah ») explique « Ils s’appellent l’un l’autre : j’ai entendu que ce sont les anges entre eux qui s’appellent l’un l’autre saint saint, comme quelqu’un qui appelle son ami, et ils se disent « sanctifions ensemble le puissant » qui est appelle ici le D des armées, car il règne sur les armées d’en haut et sur celle d’en bas. »

La triple sainteté mentionnée par les anges n’est pas adressée à D, elle est adressée aux anges eux-mêmes. Chacun des anges appelle l’autre saint. Chacun est inspiré par l’autre. C’est pour cette raison que l’on ne peut dire ce passage qu’en présence d’un minian, car lorsque les fidèles lisent ce texte, ils doivent être inspirés les uns par les autres et appeler chacun de membres saints.

Isaïe fait suivre cette prophétie par sa réaction disant qu’il est entouré d’un peuple impur, dans sa prophétie D le puni en lui mettant une braise sur la bouche. Cette anecdote a pour but de nous enseigner que l’essence de la kedoucha c’est justement de voir la grandeur en l’autre.

Ceci est l’attribut de Jacob. Dans la parasha de la semaine suivante on peut lire ces versets difficiles « Jacob arriva ensuite à Salem, ville de Sichem, dans le pays de Canaan, à son retour du territoire d’Aram ; et il se fixa à l’entrée de cette ville. 19 Il acquit la portion de terrain ou il établit sa tente, de la main des enfants de Hamor, père de Sichem pour cent kesita. 20 Il y érigea un autel qu’il dénomma : "le Seigneur est le Dieu d’Israël."

Rashi commente « Le midrash explique que c’est le Saint béni soit-Il qui a donné à Ya‘aqov le nom de él (« le dieu »), [le verset pouvant se traduire par : « le Dieu d’Israël l’appela (Ya‘aqov) dieu »] (Meguila 18a). »

Lorsque D a créé le monde il voulait être inspiré par l’homme, c’est pour cette raison que Jacob est complétement à l’image de D. Les anges sont jaloux de Jacob et veulent se battre contre lui justement pour cela, par ce qu’il sait être sensible à la beauté spirituelle qu’il y a dans l’autre et il sait s’en inspirer, alors que les anges ne sont inspirés que par des idées.


Les documents

Genese 29

Jacob se remit en chemin et alla vers la terre des enfants de l'Orient. 2 II vit un puits dans les champs et là, trois troupeaux de menu bétail étaient couchés à l’entour, car ce puits servait à abreuver les troupeaux. Or la pierre, sur la margelle du puits, était grosse. 3 Quand tous les troupeaux y étaient réunis, on faisait glisser la pierre de dessus la margelle du puits et l'on abreuvait le bétail, puis on replaçait la pierre sur la margelle du puits. 4 Jacob leur dit: "Mes frères, d'où êtes vous?" Ils répondirent: "Nous sommes de Haran." 5 II leur dit: "Connaissez-vous Laban, fils de Nahor?" Ils répondirent: "Nous le connaissons." 6 Il leur dit: "Est-il en paix?" Et ils répondirent: "En paix; et voici Rachel, sa fille, qui vient avec son troupeau." 7 "Mais," reprit-il, "le jour est encore long, il n'est pas l'heure de faire rentrer le bétail: abreuvez les brebis et les menez paître." 8 Ils dirent: "Nous ne saurions, jusqu'à ce que tous les troupeaux soient rassemblés: on déplacera alors la pierre qui couvre l'orifice du puits et nous ferons boire les brebis." 9 Comme il s’entretenait avec eux, Rachel vint avec le troupeau de son père car elle était bergère. 10 Lorsque Jacob vit Rachel, fille de Laban, frère de sa mère et les brebis de ce dernier, il s'avança, fit glisser la pierre de dessus la margelle du puits et fit boire les brebis de Laban, frère de sa mère. 11 Et Jacob embrassa Rachel et il éleva la voix en pleurant.

[רבינו] בחיי בראשית פרק כט פסוק י

ועוד יש בזה טעם אחר: שהרי כשיראה אדם או ישמע מה שהוא חפץ, הנה זה סבה לתוספת כח בכח תולדתו, ומפני שהיה אדם חושב כי טבעו של יעקב בראותו את רחל נמשך אחר תאוה גופנית והוסיף בו כח בגלילת האבן מה שלא היה עושה מתחילה, לכך הוצרך לומר כמה פעמים "אחי אמו", להורות כי לא נתוסף כח בטבעו לאהבת רחל

Lorsqu’un homme voit ou entends une chose qu’il désire, ceci est la cause de l’augmentation de sa force, et puisque le lecteur allait penser que la force de Ya’aqov a été décuplée lorsqu’il a vu rachel, et que cette augmentation était du uniquement par l’attrait physique, et que c’est a cause de son désir qu’il a pu faire rouler la pierre, chose qui auparavant lui était impossible, c’est pour cette raison que le verset répète plusieurs fois le frère de sa mère, pour expliquer qu’effectivement la force de Ya’aqov a été décuplée par son amour pour rachel, mais que ce n’était pas un désir physique etc…

Genese 32

Le présent défila devant lui et lui, demeura cette nuit dans le camp. 23 Il se leva, quant à lui, pendant la nuit; il prit ses deux femmes, ses deux servantes et ses onze enfants et passa le gué de Jaboc. 24 Puis il les aida à traverser le torrent et fit passer ce qui lui appartenait. 25 Jacob étant resté seul, un homme lutta avec lui, jusqu'au lever de l'aube. 26 Voyant qu'il ne pouvait le vaincre, il lui pressa la cuisse; et la cuisse de Jacob se luxa tandis qu'il luttait avec lui. 27 Il dit: "Laisse moi partir, car l'aube est venue." II répondit: "Je ne te laisserai point, que tu ne m'aies béni." 28 Il lui dit alors: "Quel est ton nom?" II répondit: "Jacob." 29 Il reprit: "Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël; car tu as jouté contre des puissances célestes et humaines et tu es resté fort."

Genese 34

deux des fils de Jacob, Siméon et Lévi, frères de Dina, prirent chacun leur épée, marchèrent sur la ville avec assurance et tuèrent tous les mâles; 26 et Hamor et Sichem son fils, ils les passèrent au fil de l'épée; ils emmenèrent Dina hors de la maison de Sichem et ils ressortirent. 27 Les fils de Jacob vinrent dépouiller les cadavres et pillèrent la ville qui avait déshonoré leur sœur: 28 leur menu bétail, leur gros bétail, leurs ânes, ce qu'ils avaient à la ville, ce qu'ils avaient aux champs, ils le ravirent. 29 Tous leurs biens, tous leurs enfants et leurs femmes, ils les emmenèrent et les dépouillèrent, avec tout ce qui était dans les maisons. 30 Jacob dit à Siméon et à Lévi: "Vous m'avez rendu malheureux en me mettant en mauvaise odeur chez les habitants du pays, le Cananéen et le Phérézéen; moi, je suis une poignée d'hommes, ils se réuniront contre moi et me frapperont et je serai exterminé avec ma famille." 31 Ils répondirent: "Devait-on traiter notre sœur comme une prostituée?"

genese 28 10

Jacob sortit de Beer Shava et se dirigea vers Haran. 11 Il arriva dans un endroit où il établit son gîte, parce que le soleil était couché. II prit une des pierres de l'endroit, en fit son chevet et passa la nuit dans ce lieu. 12 Il eut un songe que voici: Une échelle était dressée sur la terre, son sommet atteignait le ciel et des messagers divins montaient et descendaient le long de cette échelle.

Rashi

Il alla Il aurait suffi d’écrire simplement : « il alla à ‘Haran ». Pourquoi mentionner son départ de Beér Chèva’ ? C’est pour nous apprendre que le départ d’un juste fait impression dans l’endroit qu’il quitte. Aussi longtemps que le juste se trouve dans une ville, c’est lui qui en est la beauté, c’est lui qui en est l’éclat, c’est lui qui en est la majesté. Lorsqu’il la quitte, finie sa beauté, fini son éclat, finie sa majesté, comme dans : « elle sortit de l’endroit » (Routh 1, 7) à propos de Naomi et Routh (Beréchith raba 68, 6).

Genese 33 20

Jacob arriva ensuite à Salem, ville de Sichem, dans le pays de Canaan, à son retour du territoire d’Aram; et il se fixa à l’entrée de cette ville. 19 Il acquit la portion de terrain ou il établit sa tente, de la main des enfants de Hamor, père de Sichem pour cent kesita. 20 Il y érigea un autel qu’il dénomma: "le Seigneur est le Dieu d’Israël."

Rashi

Le midrach explique que c’est le Saint béni soit-Il qui a donné à Ya‘aqov le nom de él (« le dieu»), [le verset pouvant se traduire par : « le Dieu d’Israël l’appela (Ya‘aqov) dieu »] (Meguila 18a). Les paroles de la Tora, que l’on peut comparer (Chabath 88b) au « marteau qui brise la roche » (Yirmeya 23, 29), sont susceptibles de maintes interprétations. Quant à moi, je ne suis venu que pour fixer le sens littéral du verset.

Isaie chapitre 3

 L'année de la mort du roi Ouzia, je vis le Seigneur siégeant sur un trône élevé et majestueux, et les pans de son vêtement remplissaient le temple. 2 Des séraphins se tenaient debout près de lui, chacun, ayant six ailes dont deux cachaient son visage, deux couvraient ses pieds, deux servaient à voler. 3 S'adressant l’un à l'autre, ils s'écriaient: "Saint, saint, saint est l'Eternel-Cebaot! Toute la terre est pleine de sa gloire!" 4 Et les colonnes des portes s'agitèrent au bruit de cet appel, tandis que l'enceinte s'emplissait de fumée. 5 Et je me dis: "Malheur à moi, je suis perdu! Car je suis un homme aux lèvres impures, je demeure au milieu d'un peuple aux lèvres impures, et mes yeux ont vu le Roi, l'Eternel-Cebaot!" 6 Alors un des séraphins vola à moi, tenant en main une pierre ardente, qu'il avait prise sur l'autel avec des pincettes. 7 Il en effleura ma bouche et dit: "Ceci a touché tes lèvres, et maintenant tes péchés ont disparu, tes fautes sont effacées."

רד"ק ישעיהו פרק ו פסוק ג

וקרא זה אל זה ואמר - שמעתי שהיה קורא שרף אל שרף זה והיה אומר אחד לחבירו דרך זרוז והיה קורא אחד לחבירו קדוש קדוש כקורא לחבירו פלוני פלוני והיו אומרים נקדש האל ביחד ונאמר קדוש ה' צבאות כי הוא אדון צבאות מעלה וצבאות מטה:

 Ils s’appellent l’un l’autre: j’ai entendu que ce sont les anges entre eux qui s’appellent l’un l’autre saint saint,  comme quelqu’un qui appelle son ami, et ils se disent « sanctifions ensemble le puissant » qui est appelle ici le D des armees, car il regne sur les armees d’en haut et sur celle d’en bas.

Osee 13

Et je parlerais aux prophètes! et je multiplierais les apparitions et, par la voix des prophètes, je ferais connaître des visions, 12 alors que Ghilead est inique et traître, alors que dans Ghilgal on égorge des victimes; alors que leurs autels sont aussi nombreux que les glèbes dans les sillons d'un champ! 13 Jacob s'était réfugié sur le territoire d'Aram; Israël avait été esclave pour une femme, pour une femme il avait été pâtre; 14 et c'est par un prophète que l'Eternel retira Israël de l'Egypte, par un prophète qu'il le protégea. 15 Et Ephraïm l'a cruellement offensé! Mais sa faute capitale, il la laissera peser sur lui, et ses outrages, son Souverain les lui fera expier.

Genese 42

Et Jacob déchira ses vêtements et il mit un cilice sur ses reins et il porta longtemps le deuil de son fils. 35 Tous ses fils et toutes ses filles se mirent en devoir de le consoler; mais il refusa toute consolation et dit: "Non! Je rejoindrai, en pleurant, mon fils dans la tombe!" Et son père continua de le pleurer.

rashi

En deuil dans la tombe Le mot cheol, au sens simple, signifie « la tombe ». « J’irai dans la tombe avec mon deuil, sans trouver de consolation jusqu’à la fin de mes jours. » Selon le midrach, il s’agit du gueihinnom : « J’ai reçu du Tout-Puissant un signe m’assurant que, si aucun de mes enfants ne meurt de mon vivant, je serai assuré de ne jamais voir le gueihinnom » (Midrach tan‘houma Wayigach 9).

©2018 by Uriel Aviges.