• Rav Uriel Aviges

Behaaloteha 5775

L’éternité de la chair


Introduction

Le monde moderne est écartelé par l’opposition de deux courants. D’une part, le progrès scientifique tend au post modernisme, au trans-humanisme ; la technologie et le virtuel ont détruit le réel. L’homme n’est plus sexué, il n’a plus de nature, il est une sorte de robot vierge de toute substance que la société doit programmer. L’identité est devenue virtuel, l’image bi dimensionnelle de l’individu  prime sur la réalité de son corps. Le corps n’est plus qu’un  instrument nécessaire aux selfies. Dans cette optique le corps a pour vocation de disparaitre.

D’autre part, il y a Isis, el quaida, bokoharam and Co. Ces mouvements sont une réaction au mouvement précédent. Pour l’islam radical, c’est les entrailles et les tripes qui doivent prendre le dessus sur le virtuel et la technologie. Le fondamentalisme religieux s’épanouit par ce qu’il est alimente par le malaise que créent la technologie et le post modernisme.

Il est évident que la majorité des hommes seraient rassurée par un statut quo, figeant les repaires du 19 et du 20 Emme siècle, conservant un certain équilibre entre l’humanisme et le progrès scientifique. Cependant, ce statut quo parait utopique, car la société a évolué. Le clonage, la fécondation in vitro, le féminisme, le socialisme, le mariage gay ; « le progrès », ont dores et déjà crée une fracture avec l’état de nature et il est impossible de faire marche arrière. L’homme du vingtième siècle n’existe plus.

 Il  est donc nécessaire de refonder un système de valeur qui permette de gérer d’une manière différente le rapport au réel. C’est à travers ce système que la société moderne pourra retrouver la paix.

1- la manne

Dans la parasha de la semaine on peut lire les versets suivants : « Or, le ramas d'étrangers qui était parmi eux fut pris de convoitise; et, à leur tour, les enfants d'Israël se remirent à pleurer et dirent: "Qui nous donnera de la viande à manger? 5 Il nous souvient du poisson que nous mangions pour rien en Égypte, des concombres et des melons, des poireaux, des oignons et de l'ail. 6 Maintenant, nous sommes exténués, nous manquons de tout: point d'autre perspective que la manne!" 7 (Or, la manne était comme de la graine de coriandre, et son aspect comme l'aspect du bdellium. 8 Le peuple se dispersait pour la recueillir, puis on l'écrasait sous la meule ou on la pilait au mortier; on la mettait cuire au pot, et l'on en faisait des gâteaux. Elle avait alors le goût d'une pâtisserie à l'huile. 9 Lorsque la rosée descendait sur le camp, la nuit, la manne y tombait avec elle ».

 Le midrash nous explique que la manne pouvait prendre tous les gouts que l’on désirait. Il peut donc paraitre étonnant d’entendre les juifs demander de la viande, puisque la man pouvait prendre le gout de la viande.  La manne pouvait avoir le gout de la viande, mais elle n’avait pas la texture de la viande. La manne était une nourriture virtuelle. Elle pouvait prendre tous les gouts désirés mais elle n’était qu’une copie de ce gout elle n’était pas l’objet du désir lui même.

On peut prolonger ce commentaire et expliquer d’autre points obscure de ce passage biblique.

 Par exemple rashi nous explique que les juifs avaient de la viande à manger. Il dit « Qui nous fera manger de la viande : Se peut-il qu’ils n’avaient pas de viande ? Il est pourtant écrit : « Et aussi un ramassis monta avec eux, et du menu bétail et du gros bétail… » (Chemoth 12, 38). Se peut-il qu’ils les avaient déjà mangés ? Mais il est écrit, au moment de leur entrée en Erets Israël, que « les fils de Reouven et les fils de Gad avaient de nombreux troupeaux » (infra 32, 1). En fait, ils cherchaient un prétexte (Sifri). », L’explication de rashi parait faible. On peut par contre expliquer les juifs se plaignent du fait que la viande réel et moins bonne que la viande virtuel qu’il goute en mangeant de la man.

C’est ce malaise qui crée la révolte. Cette explication est tout à fait apparente dans les versets lorsque les juifs  se plaignent ils disent : « nous manquons de tout: point d'autre perspective que la manne ». S’ils ont de la viande comment peuvent-ils dirent qu’ils manquent de tout ? En réalité il manque de tout par ce qu’il n’y a pas d’autre perspective que la man. La man est tellement bonne que l’on ne peut plus manger la viande ! La copie virtuel est plus belle que réel et maintenant le réel nous dégoute !

Quand les enfants d’Israël réclament de la viande, ils demandent un moyen de reconnecter avec la chair, avec ce qui est tangible avec le réel.

Cette explication permet de répondre une autre question encore plus forte sur ce passage de la torah. Dans l’exode lorsque la torah nous raconte la première foi ou la man tombe du ciel elle nous dit que des cailles tombaient tous les soirs avec la manne. Les versets disent en effet: « 'Éternel parla ainsi à Moïse: 12 "J'ai entendu les murmures des Israélites. Parle-leur en ces termes: ‘Vers le soir vous mangerez de la viande, au matin vous vous rassasierez de pain et vous reconnaîtrez que moi, l'Éternel, je suis votre Dieu.’ " 13 En effet, le soir, les cailles arrivèrent et couvrirent le camp et le matin, une couche de rosée s'étendait autour du camp. 14 Cette couche de rosée ayant disparu, on vit sur le sol du désert quelque chose de menu, de floconneux, fin comme le givre sur la terre. 15 A cette vue, les enfants d'Israël se dirent les uns aux autres: "Qu'est ceci?" car ils ne savaient ce que c'était. Et Moïse leur dit: "C'est là le pain que l'Éternel vous donne pour nourriture. 16 Voici ce qu'a prescrit l'Éternel: Recueillez-en chacun selon ses besoins: un Omer par tête; autant chacun a de personnes dans sa tente, autant vous en prendrez."

Dans ce passage de l’exode il est dit clairement que depuis le début de la sortie d’Égypte les cailles tombaient du ciel tous les soirs. Alors comment comprendre que dans notre parasha, Moshé se demande comment D va faire pour donner de la viande à tout le peuple pendant un mois. Dans notre parasha le texte dit en effet : « Quant à ce peuple, tu lui diras: Tenez-vous prêts pour demain, vous mangerez de la chair, puisque vous avez sangloté aux oreilles de l'Éternel en disant: "Qui nous donnera de la viande à manger? Nous étions plus heureux en Égypte!" L'Éternel vous en donnera à manger, de la viande. 19 Ce n'est pas un jour ni deux que vous en mangerez; ce n'est pas cinq jours, ni dix jours, ni vingt jours, 20 mais un mois entier, tellement qu'elle vous ressortira de la gorge et vous deviendra en horreur; parce que vous avez outragé l'Éternel qui est au milieu de vous, et que vous avez pleuré devant lui en disant: Pourquoi sommes-nous sortis de l'Égypte?" 21 Moïse repartit: "Six cent mille voyageurs composent le peuple dont je fais partie, et tu veux que je leur donne de la viande à manger pour un mois entier! 22 Faudra-t-il leur tuer brebis et bœufs, pour qu'ils en aient assez? Leur amasser tous les poissons de la mer, pour qu'ils en aient assez?" 23 Et l'Éternel dit à Moïse: "Est-ce que le bras de l'Éternel est trop court? Tu verras bientôt si ma parole s'accomplit devant toi ou non."

Si cela faisant déjà plusieurs mois que les juifs recevaient des cailles tous les soirs, l’étonnement de Moshé parait étrange. 

Évidemment, il est encore plus difficile de comprendre les plaintes des juifs, vu que depuis la sortie d’Égypte ils recevaient des cailles tous les soirs !

Mais a la lumière du commentaire précédent le texte retrouve sa cohérence, ce n’est pas la viande qui manquaient aux juifs, c’est la capacité de jouir de la réalité physique de la chair. Si la viande virtuelle de la manne est si bonne, comment peut-on maintenant jouir de la viande réelle qui n’est qu’un ersatz du plaisir virtuel.

Pour parler plus clairement, les porno stars sont toujours plus belles que les filles que l’on croise dans la rue, comment peut on donc tomber amoureux ? (c’était pour vous réveiller).

2- les virtualités de la man

La manne était une nourriture virtuelle. Mais comment fonctionnait cette virtualité ? Il y a un paradoxe dans ce fonctionnement. D’une part la man fonctionne par le souvenir. Il fallait se souvenir d’une nourriture que l’on avait mange précédemment pour pouvoir la gouter dans la man. 

La man est aussi la nourriture que mange les anges, c’est aussi la nourriture que l’on donne aux justes dans le monde futur. Le kedouchat levy remarque à ce sujet qu’avant de donner la man, D nourrit les juste du Léviathan un poisson géant, et du chor habar, un bœuf géant a la chair délicieuse, puis il les nourrit aussi du ziv, un oiseau merveilleux. Le kedouchat Levi demande, si les justes vont manger de la man dans le jardin d’éden, et si la manne peut prendre tous les gouts possible, alors, pourquoi doit on d’abord donner au juste a manger de la chair du Léviathan, ou du chor habar, ils n’ont qu’a manger directement de la man et y gouter le gout du Léviathan ?

Le kedouchat levy répond que la manne fonctionne par le souvenir, il fallait d’abord avoir mange une foi du Léviathan réel pour pouvoir retrouver son gout dans la man.

Dans cette optique la virtualité de la man n’est que l’activation du souvenir. Selon le talmud d’une manière générale, l’imagination n’est qu’une manière de se souvenir. Pour le talmud (berahot 56) l’imagination ne crée rien elle ne fait que combiner des souvenirs.

Cependant, dans le deutéronome quand la torah décrit la manne, elle la décrit comme quelque chose de fondamentalement nouveau. Elle dit « Oui, il t'a fait souffrir et endurer la faim, puis il t'a nourri avec cette manne que tu ne connaissais pas et que n'avaient pas connue tes pères; pour te prouver que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais qu'il peut vivre de tout ce que produit le verbe du Seigneur. »

La manne est le pain que l’on ne connait pas. Le support du virtuel est inconnue c’est pour cela qu’il permet la répétition exacte du souvenir.

Il est intéressant de remarquer que plus la technologie progresse vite, plus les supports du virtuels évoluent rapidement, moins le contenue virtuel évolue, plus il est répétitif. 

La man permet de répéter des expériences vécues  par ce qu’elle est un support tout à fait nouveau. On  peut écouter indéfiniment la même musique, tant que l’on peut changer d’i-phone.

La matsah pourrait être opposée a la man puisqu’elle est le pain du immuable du passe. Contrairement à la man qui pourrit tous les jours, La matsah ne pourrit pas.

 Chaque année on mange la même matsah. Lorsque l’on revit la nuit du seder on ne fait pas que répéter une expérience on la réinterprète d’une manière nouvelle.

La manne est la nourriture des morts alors que la matsah est la nourriture des vivants.

Le progrès technologique, c'est-à-dire  le renouveau du support virtuel est la nourriture d’une société morte alors que l’acte rituel religieux immuable est une ouverture sur la vie.

 Le rituel religieux permet une réinterprétation virtuelle mais renouvelle du passe alors que le progrès technologique fossilise la sensation dans une répétition stérile.

Chaque année on réinterprète la sortie d’Égypte d’une manière différente en mangeant de la matsah. Alors que les justes du monde futur ne font que re-gouter d’une manière immuable mais  délicieuse l’expérience du Léviathan.

 Les justes du jardin d’éden changent d’i-phone, mais ils ne changent pas de Library. Les vivants changent de Library par ce qu’ils ne changent pas d’i-phone, par ce qu’ils gardent toujours le même support mémoriel.

Le monde futur est décrit dans les midrashim comme étant plus virtuel que le monde présent, la virtualité ne serait donc pas la fin du religieux mais plutôt le commencement. 

C’est dans le monde virtuel que l’acte gratuit est possible  (lorsque l’homme est débarrassé de son corps son action est gratuite) et c’est par l’acte gratuit que l’homme communie avec D.

La manne ne tombait pas le chabath et le chabath est aussi un opposé de la man.

 Il fallait cuisiner la man pour la manger le chabath il fallait lui donner une consistance. Les versets disent « Il leur répondit: "C'est ce qu'a dit le Seigneur: Demain est le sabbat solennel, le saint chômage en l'honneur de l'Éternel! Ce que vous avez à cuire, cuisez-le, à faire bouillir, faites-le bouillir aujourd'hui et toute la provision restante, gardez-la en réserve pour demain." 24 Ils la réservèrent pour le lendemain, comme l'avait ordonné Moïse et elle ne se gâta point et il ne s'y mit point de vers. 25 Moïse dit: "Mangez-la aujourd'hui, car c'est aujourd'hui sabbat en l'honneur de l'Éternel, aujourd'hui vous n'en trouveriez point aux champs. 26 Six jours de suite vous en recueillerez; mais le septième jour, jour de chômage, il n'y en aura point."

Les interdit de chabath ne sont pas explicites dans la torah, on le déduit en appliquant la réalité contemporaine a l’époque du désert (chabath 6).  Le chabath c’est transformer le réel du contemporain en concept eternel.

Le cholent et la dafinah sont le contraire de la man. Dans la man on imagine un gout précis très spécifique et on ressent ce gout, alors que dans la dafinah et le cholent le gout des aliments sont dissous dans un  ensemble indistinct. La man c’est le gout sans la texture, le dafinah, c’est la texture sans le gout. Le chabath on retrouve l’eternel dans le matériel, on sort du virtuel.

On peut donc identifier trois types de relations entre le réel et le virtuel dans la torah

1- le virtuel du monde futur ou de la man. Dans cette modalité c’est le support du contenue virtuel qui change constamment alors que le contenue virtuel lui même se répète à l’ infini.

2- le virtuel de la mitswah de l’acte rituel. Dans cette répétition le support du souvenir virtuel ne change pas alors que le contenu virtuel lui évolue constamment et change.

3- l’éternité de la chair du chabath, ou finalement le virtuel est rejeté et ou l’on évoque une éternité dans la matière elle meme.

Il y a lieu de conclure ce paragraphe par deux remarques.

1- si la finalité spirituelle du monde est virtuelle, vue que le monde futur a l’air plus virtuel que le notre, (de plus l’acte gratuit n’est possible que dans le monde virtuel) alors pourquoi D a-t-il donne vie a la matière ? 

2- si le but du monde était de transmettre de la spiritualité à la matière, c'est-à-dire, si le but de la vie est nié le virtuel pour retrouver l’éternité dans la matière, comme on le fait chabath, alors, pourquoi D a-t-il crée la mort ?

En d’autre terme. Si bokoharam a raison alors, quel est le sens de la mort, et si le monde occidentale a raison alors quel est le sens de la vie ?

3- la crise hystérique de Moshé

Il y a un autre passage étrange dans la parasha. Le voici « 10 Moïse entendit le peuple gémir, groupé par familles, chacun à l'entrée de sa tente. L'Éternel entra dans une grande colère; Moïse en fut contristé, 11 et il dit à l'Éternel: "Pourquoi as-tu rendu ton serviteur malheureux? Pourquoi n'ai-je pas trouvé grâce à tes yeux, et m'as-tu imposé le fardeau de tout ce peuple? 12 Est-ce donc moi qui ai conçu tout ce peuple, moi qui l'ai enfanté, pour que tu me dises: Porte-le dans ton sein, comme le nourricier porte le nourrisson, jusqu'au pays que tu as promis par serment à ses pères? 13 Où trouverai-je de la chair pour tout ce peuple, qui m'assaille de ses pleurs en disant: Donne-nous de la chair à manger! 14 Je ne puis, moi seul, porter tout ce peuple: c'est un faix trop pesant pour moi. 15 Si tu me destines un tel sort, ah! Je te prie, fais-moi plutôt mourir, si j'ai trouvé grâce à tes yeux! Et que je n'aie plus cette misère en perspective!" 16 L'Éternel répondit à Moïse: "Assemble-moi soixante-dix hommes entre les anciens d'Israël, que tu connaisses pour être des anciens du peuple et ses magistrats; tu les amèneras devant la tente d'assignation, et là ils se rangeront près de toi. 17 C'est là que je viendrai te parler, et je retirerai une partie de l'esprit qui est sur toi pour la faire reposer sur eux: alors ils porteront avec toi la charge du peuple, et tu ne la porteras plus à toi seul. »

Lorsque les juifs demandent de la viande, Moshé craque. Pourquoi craque t il ? Pas par ce qu’il ne sait pas quoi faire, mais par ce qu’il sait que les juifs vont mourir, il est trop sensible, il ne veut pas être le seul à pleurer la mort des juifs.

 Alors D demande à Moshé de prendre 70 sages qui vont pleurer avec lui. Les 70 sages ne servent a rien, ils n’ont aucun pouvoir juridique ou législatif, ils ne peuvent pas interpréter les messages de D. la seule raison d’être de ces sages c’est leur sensibilité. D va conférer une hyper sensibilité aux sages qui vont souffrir avec le peuple et avec moise, et c’est cette sensibilité qui va aider Moshé à supporter le choque.

Ce passage est étrange, par ce qu’on ne comprend pas pourquoi cette histoire de viande est tellement difficile à vivre pour Moshé. Jusqu'à maintenant on n’avait jamais vu moche dans le rôle de « la mémé  tunisienne » ou d’une «Drama-Queens».

La torah veut nous expliquer que ce qui est insupportable dans le virtuel c’est l’isolement qu’elle crée. Le monde virtuel de la manne crée une humanité insensible narcissique repliée sur elle même. Les juifs veulent manger de la viande, ils veulent palper le réel, car ils se sentent enferme dans le virtuel, en écho Moshé est atteint par leur insensibilité, il ne supporte pas la solitude dans laquelle l’enferme le monde virtuel de la génération du désert.

 Le virtuel est terrifiant car il confine l’individu dans un isolement hermétique.

 Dans la jardin d’éden, le monde virtuel par excellence, le midrash dit que chaque juste est brule par la dais de son voisin. 

Mais la torah nous montre que cette souffrance est la solution du problème. Pourquoi Moshé souffre de voir les enfants Israël mourir ? Par ce qu’il est égoïste. Si Moshé voulait vraiment sauver les juifs ils auraient du prier pour eux. Ici il demande juste à ne pas être le seul à pleurer quand les juifs meurent. Ce passage nous enseigne que tout amour, même celui de Moshé est égoïste. C’est par ce que Moshé ne veut pas souffrir qu’il aime les juifs. Celui qu’il aime, en fait, c’est lui-même.

Cette constations n’est pas cynique au contraire elle montre que la rédemption est inévitable. Si le virtuel enferme l’homme dans la solitude et l’égoïsme, et si par égoïsme l’homme souffre de la solitude, alors il est évident qu’il va nécessairement, tôt ou tard, apprendre gérer son rapport ou virtuel pour s’ouvrir a l’autre. En d’autre terme le virtuel crée son propre antidote.


Les documents

1- la parasha la plainte pour la viande

Nombres, 11 (Français)

1 Le peuple affecta de se plaindre amèrement aux oreilles du Seigneur. Le Seigneur l'entendit et sa colère s'enflamma, le feu de l'Éternel sévit parmi eux, et déjà il dévorait les dernières lignes du camp. 2 Mais le peuple implora Moïse; Moïse pria le Seigneur, et le feu s'affaissa. 3 On nomma cet endroit Tabérah, parce que le feu de l'Éternel y avait sévi parmi eux. 4 Or, le ramas d'étrangers qui était parmi eux fut pris de convoitise; et, à leur tour, les enfants d'Israël se remirent à pleurer et dirent: "Qui nous donnera de la viande à manger? 5 Il nous souvient du poisson que nous mangions pour rien en Egypte, des concombres et des melons, des poireaux, des oignons et de l'ail. 6 Maintenant, nous sommes exténués, nous manquons de tout: point d'autre perspective que la manne!" 7 (Or, la manne était comme de la graine de coriandre, et son aspect comme l'aspect du bdellium. 8 Le peuple se dispersait pour la recueillir, puis on l'écrasait sous la meule ou on la pilait au mortier; on la mettait cuire au pot, et l'on en faisait des gâteaux. Elle avait alors le goût d'une pâtisserie à l'huile. 9 Lorsque la rosée descendait sur le camp, la nuit, la manne y tombait avec elle). 10 Moïse entendit le peuple gémir, groupé par familles, chacun à l'entrée de sa tente. L'Éternel entra dans une grande colère; Moïse en fut contristé, 11 et il dit à l'Éternel: "Pourquoi as-tu rendu ton serviteur malheureux? Pourquoi n'ai-je pas trouvé grâce à tes yeux, et m'as-tu imposé le fardeau de tout ce peuple? 12 Est-ce donc moi qui ai conçu tout ce peuple, moi qui l'ai enfanté, pour que tu me dises: Porte-le dans ton sein, comme le nourricier porte le nourrisson, jusqu'au pays que tu as promis par serment à ses pères? 13 Où trouverai-je de la chair pour tout ce peuple, qui m'assaille de ses pleurs en disant: Donne-nous de la chair à manger! 14 Je ne puis, moi seul, porter tout ce peuple: c'est un faix trop pesant pour moi. 15 Si tu me destines un tel sort, ah! Je te prie, fais-moi plutôt mourir, si j'ai trouvé grâce à tes yeux! Et que je n'aie plus cette misère en perspective!" 16 L'Éternel répondit à Moïse: "Assemble-moi soixante-dix hommes entre les anciens d'Israël, que tu connaisses pour être des anciens du peuple et ses magistrats; tu les amèneras devant la tente d'assignation, et là ils se rangeront près de toi. 17 C'est là que je viendrai te parler, et je retirerai une partie de l'esprit qui est sur toi pour la faire reposer sur eux: alors ils porteront avec toi la charge du peuple, et tu ne la porteras plus à toi seul. 18 Quant à ce peuple, tu lui diras: Tenez-vous prêts pour demain, vous mangerez de la chair, puisque vous avez sangloté aux oreilles de l'Éternel en disant: "Qui nous donnera de la viande à manger? Nous étions plus heureux en Egypte!" L'Éternel vous en donnera à manger, de la viande. 19 Ce n'est pas un jour ni deux que vous en mangerez; ce n'est pas cinq jours, ni dix jours, ni vingt jours, 20 mais un mois entier, tellement qu'elle vous ressortira de la gorge et vous deviendra en horreur; parce que vous avez outragé l'Éternel qui est au milieu de vous, et que vous avez pleuré devant lui en disant: Pourquoi sommes-nous sortis de l'Egypte?" 21 Moïse repartit: "Six cent mille voyageurs composent le peuple dont je fais partie, et tu veux que je leur donne de la viande à manger pour un mois entier! 22 Faudra-t-il leur tuer brebis et bœufs, pour qu'ils en aient assez? Leur amasser tous les poissons de la mer, pour qu'ils en aient assez?" 23 Et l'Éternel dit à Moïse: "Est-ce que le bras de l'Éternel est trop court? Tu verras bientôt si ma parole s'accomplit devant toi ou non." 24 Moïse se retira, et rapporta au peuple les paroles de l'Éternel; puis il réunit soixante-dix hommes parmi les anciens du peuple et les rangea autour de la tente. 25 L'Éternel descendit dans une nuée et lui parla, et, détournant une partie de l'esprit qui l'animait, la reporta sur ces soixante-dix personnages, sur les anciens. Et aussitôt que l'esprit se fut posé sur eux, ils prophétisèrent, mais ils ne le firent plus depuis. 26 Deux de ces hommes étaient restés dans le camp, l'un nommé Eldad, le second Médad. L'esprit se posa également sur eux, car ils étaient sur la liste, mais ne s'étaient pas rendus à la tente; et ils prophétisèrent dans le camp. 27 Un jeune homme courut l'annoncer à Moïse, en disant:

"Eldad et Médad prophétisent dans le camp." 28 Alors Josué, fils de Noun, serviteur de Moïse depuis sa jeunesse, prit la parole et dit: "Mon maître Moïse, empêche-les!" 29 Moïse lui répondit: "Tu es bien zélé pour moi! Ah! Plût au Ciel que tout le peuple de Dieu se composât de prophètes, que l'Éternel fit reposer son esprit sur eux!" 30 Et Moïse rentra dans le camp, ainsi que les anciens d'Israël. 31 Cependant un vent s'éleva de par l'Éternel, qui suscita des cailles du côté de la mer, et les abattit sur le camp dans un rayon d'une journée de part et d'autre, autour du camp, et à la hauteur de deux coudées environ sur le sol. 32 Le peuple s'occupa tout ce jour-là, toute la nuit, et toute la journée du lendemain, à ramasser les cailles; celui qui en recueillit le moins en eut encore dix omer. Et ils se mirent à les étaler autour du camp. 33 La chair était encore entre leurs dents, elle n'était pas encore consommée, lorsque la colère du Seigneur éclata contre le peuple, et le Seigneur frappa le peuple d'une mortalité très considérable. 34 On donna à ce lieu le nom de Kibroth-Hattaava, parce que c'est là qu'on ensevelit ce peuple pris de convoitise. 35 De Kibroth-Hattaava, le peuple partit pour Hacêroth, et il s'arrêta à Hacêroth.

Rashi

Qui nous fera manger de la viande : Se peut-il qu’ils n’avaient pas de viande ? Il est pourtant écrit : « Et aussi un ramassis monta avec eux, et du menu bétail et du gros bétail… » (Chemoth 12, 38). Se peut-il qu’ils les avaient déjà mangés ? Mais il est écrit, au moment de leur entrée en Erets Yisrael, que « les fils de Reouven et les fils de Gad avaient de nombreux troupeaux » (infra 32, 1). En fait, ils cherchaient un prétexte (Sifri).

Se dispersait Pour une promenade d’agrément. En français médiéval : « esbanier », sans peine.

Et moulaient dans la meule… Sans qu’on eût besoin d’utiliser une meule, ni un mortier ni un chaudron, mais son goût se changeait en celui de mets moulus, pilés ou cuits (Sifri).

Des concombres Rabi Chim‘on a enseigné : Pourquoi la manne prenait-elle tous les goûts à l’exception de ceux-là ? Parce qu’ils sont malsains pour les nourrices. On dit à la femme : « Ne mange pas d’ail ni d’oignon à cause de l’enfant. » Cela ressemble à un roi…, comme enseigné dans le Sifri.

Et si tu (at) me fais ainsi Mochè eut une défaillance comme une femme lorsque le Saint béni soit-Il lui montra la punition qu’Il leur infligerait un jour pour cette faute, et il lui a dit : « Dans ce cas, tue-moi d’abord ! » (Sifri).

 Et je ne verrai pas mon mal (bera‘athi) Le texte aurait dû mettre : bera‘atham (« “leur” mal »). Mais le texte s’est exprimé autrement, et c’est un des euphémismes contenus dans la Tora, employés pour la beauté de la langue (Sifri).

Textes precedent

Moïse dit à Hobab, fils de Ragouêl le Madianite, beau-père de Moïse: "Nous partons pour la contrée dont l'Éternel a dit: C'est celle-là que je vous donne. Viens avec nous, nous te rendrons heureux, puisque l'Éternel a promis du bonheur à Israël." 30 Il lui répondit: "Je n'irai point; c'est au contraire dans mon pays, au lieu de ma naissance, que je veux aller." 31 Moïse reprit: "Ne nous quitte point, de grâce! Car, en vérité, tu connais les lieux où nous campons dans ce désert, et tu nous serviras de guide. 32 Or, si tu nous accompagnes, ce même bonheur dont l'Éternel nous fera jouir, nous te le ferons partager."

קדושת לוי במדבר פרשת בהעלותך

וזהו שהקב"ה יעשה סעודה לעתיד לבא מלויתן, ושור הבר, ובר אווזות, ויין המשומר, כי באמת יאכלו בני ישראל מן כאשר היה בימי יציאת מצרים, לכך יעשה הקב"ה סעודת הצדיקים לעתיד לבא מהדברים אלו, כדי שאחר זה כשיאכלו המן יטעמו המאכלים שאכלו בסעודה, ובמי באר יטעמו כל המשקים, כאשר היה ביציאת מצרים:

Et de la même manière lorsque le saint beni soit il ferra un repas avec la peau du leviathan et le beuf du desert et l’oie geante et le vieux vin. (dans les temps messianique), ce repas aura lieu avant qu’il donne la man aux enfants d’israel, comme il leur donna au moment de la sortie d’Égypte, pour que par la suite lorsqu’ils mangent de la man, ils puissent gouter tout les gouts qu’ils ont eu dans le repas messianique, et par l’eau du puit, il gouteront le gout de toutes les boissons comme au moment de la sortie d’Égypte.

Miche 7-15

Conduis, avec ta houlette, le troupeau qui est ton héritage: qu'il occupe, solitaire, une forêt dans une région fertile; qu'il pâture en Basan et en Galaad, comme aux jours antiques! 15 Oui, comme à l'époque de ta sortie d'Egypte, je te ferai voir des prodiges. 16 Les nations en seront témoins et elles auront honte en dépit de toute leur puissance; elles poseront la main sur leur bouche, leurs oreilles seront frappées de surdité. 17 Elles lècheront la poussière comme le serpent, comme les reptiles du sol; elles trembleront au fond de leurs donjons.

שו"ת משנה הלכות חלק יא סימן רטז

וכבר חשבתי כשהיו ישראל במדבר האיך קיימו מצות הכנסת אורחים שעיקר מצוה הוא באכילה וכמ"ש ז"ל בכתובות במעשה דמר עוקבא מפני שהניי' שלה קרובה וגדולה אצל אורחים משל בעל וא"כ האיך קיימו מצוה זו הא כל אחד קבל עומר שלו וא"כ במה קיימו

Or il y a lieu de s’interroger, si la mitswah de recevoir des invités s’accomplie principalement en leur donnant a manger comment les juifs ont-ils pu accomplir cette mitswah dans le désert vu que chacun recevait du ciel le Omer qui lui était destiné?

Exode

L'Éternel parla ainsi à Moïse: 12 "J'ai entendu les murmures des Israélites. Parle-leur en ces termes: ‘Vers le soir vous mangerez de la viande, au matin vous vous rassasierez de pain et vous reconnaîtrez que moi, l'Éternel, je suis votre Dieu.’ " 13 En effet, le soir, les cailles arrivèrent et couvrirent le camp et le matin, une couche de rosée s'étendait autour du camp. 14 Cette couche de rosée ayant disparu, on vit sur le sol du désert quelque chose de menu, de floconneux, fin comme le givre sur la terre. 15 A cette vue, les enfants d'Israël se dirent les uns aux autres: "Qu'est ceci?" car ils ne savaient ce que c'était. Et Moïse leur dit: "C'est là le pain que l'Éternel vous donne pour nourriture. 16 Voici ce qu'a prescrit l'Éternel: Recueillez-en chacun selon ses besoins: un ômer par tête; autant chacun a de personnes dans sa tente, autant vous en prendrez." 17 Ainsi firent les enfants d'Israël: ils en ramassèrent, l'un plus, l'autre moins." 18 Puis ils mesurèrent à l'omer. Or, celui qui en avait beaucoup pris n'en avait pas de trop, celui qui en avait peu n'en avait pas faute, chacun avait recueilli à proportion de ses besoins

SANHEDRIN 92B

And should you ask, in those years during which the Almighty will renew his world, as it is written, And the Lord alone shall be exalted in that day,1  what will the righteous do?2  — The Lord will make them wings like eagles', and they will fly above the water, as it is written, Therefore we will not fear when the earth be removed and the mountains be carried into the midst of the sea.3  And should you imagine that they will suffer pain — therefore Scripture saith, But they that wait upon the Lord shall renew their strength; they shall mount up with wings as eagles; they shall run and not be weary; and they shall walk and not faint. 

©2018 by Uriel Aviges.